Retour à la page d'accueil  A - TERMINOLOGIE MEDICALE - A  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 25-02-2020

Aire, aré(o)-, aréol(o)-     Du latin areola, lui-même diminutif de area qui signifie aire. Le latin areola "aréole" signifiait d'abord "petite cour, petit espace cultivé dans un jardin". En 1698, le mot aréole a servi à désigner le cercle qui entoure le mamelon du sein.


Aire - Aire corticale - Aire de projection primaire - Aire de projection secondaire - Aire effectrice - Aire motrice - Aire réceptrice - Aire associative - Aire silencieuse - Aréolaire - Aréole -  Aréole ombilicale - Aréole (phénomène de l') - Aréole secondaire - Aréole vésiculaire -

Aire
Anatomie, neurologie  -  [Angl. : Area]   N. f.  * aire : du latin area [aire], portion de surface. 
    En anatomie, une aire est une zone délimitée d'un organe. En neurologie, on appelle aires des zones bien délimitées du cortex cérébral, qui correspondent à des fonctions précises.    Haut de page

Aire corticale   Aire de projection primaire   Aire de projection secondaire   Aire effectrice   Aire motrice   Aire réceptrice    Aire associative   Aire silencieuse
Anatomie, neurologie  -  [Angl. : Cortical area, Primary projection area, Secondary projection area, Motor area, Receptor area, Association area, Silent area]   N. f.  * aire : du latin area [aire], portion de surface. 
    Pour déterminer avec précision les différentes aires corticales et surtout leurs fonctions, les neurologues et physiologistes disposent de moyens modernes et efficaces. L'une de ces méthodes est l'utilisation de la tomographie par émission de positrons, connue sous le nom de PET (positron emission tomography).
    Dans une veine de l'avant-bras, on injecte un liquide isotonique (généralement de l'eau) marqué avec un isotope de l'oxygène : 15O. Cet isotope, sans danger pour l'organisme, a la particularité d'émettre des positrons. Ceux-ci vont réagir avec des électrons du milieu et produire des rayons gamma, enregistrés par des capteurs spécifiques qui vont ainsi faire apparaître l'activité cérébrale. Grâce à l'informatique, celle-ci apparaîtra en couleurs.  Un exemple d'imagerie obtenue par PET scan  

    On regroupe les aires corticales (du latin cortex, corticis, écorce, racine des termes relatifs au cortex (cérébral, surrénal) ou du cortex cérébral en différents groupes, qui tiennent compte de leur fonction principale.
* Les aires effectrices (du latin effectus, réalisation, de efficere, achever : ce qui est produit par l’action d’une chose) ou motrices (du latin motor, de movere [-moteur, -motricité, moto-], qui produit un mouvement ou qui le transmet) sont celles dont la stimulation fait apparaître un ou plusieurs mouvements. Elles sont à l'origine des voies pyramidales et extrapyramidales.
* Les aires réceptrices (du latin recipere, receptio [-récepteur, -réception], qui reçoit, fait de recevoir) ou sensitives (du latin sensibilis, de sentire [-sensibilité, -sensitif], sentir, ressentir, percevoir) se reconnaissent au fait que leur destruction provoque des anesthésies dont l'intensité varie en fonction de l'étendue de la zone détruite. On les appelle également des aires de projection primaires.
* Les aires associatives sont celles dont la stimulation et la destruction ne provoquent ni mouvement, ni anesthésie, mais des troubles variés. Ces aires occupent les espaces laissés libres par les précédentes et on les appelle aussi aires de projection secondaires.
* Il existe également des aires dont la destruction ne produit aucun effet et que l'on appelle des aires silencieuses.     Les aires corticales selon Brodmann 
   Haut de page
 

Aréole  Aréole ombilicale   Aréole secondaire   Aréole (phénomène de l')   Aréole vésiculaire  
Anatomie, médecine générale  -  [Angl. : Areola, Umbilical areola, Secondary areola, Phenomenon of areola, Chaussier's areola]   N. f.    * aréole : du latin areola, lui-même diminutif de area qui signifie aire.  
    En anatomie, l'aréole est la surface annulaire pigmentée qui entoure le mamelon du sein.  En médecine, c'est le cercle rougeâtre qui entoure un point d'inflammation. Quant à l'adjectif aréolaire, il qualifie ce qui est relatif à une aréole, ou ce qui présente des aréoles comme un tissu  aréolaire. Il existe une autre zone que l'on nomme de la même façon : c'est l'aréole ombilicale, zone circulaire (ou annulaire) légèrement plus pigmentée que le reste de la peau et qui entoure parfois l'ombilic.
* Au cours de la grossesse, l'aréole normale peut s'entourer progressivement par une deuxième zone pigmentée rose brunâtre, que l'on appelle aréole secondaire.
* Le "phénomène de l'aréole" est la mise en évidence d'une couronne périlésionnelle (qui entoure une lésion) jusque-là invisible, obtenue par badigeonnage de la lésion avec de l'éosine ou injection en IV (intraveineuse) de fluorescéine. On parle également d'aréole vésiculaire ou aréole vésiculaire de Chaussier (médecin français, Chaussier François est né à Dijon le 02.07.1746, mort à Paris le 19.06.1828) pour désigner un cercle de petites vésicules qui entourent l'escarre central dans la pustule maligne. À noter que dans les chirurgies réparatrices du sein, les incisions se font de façon périaréolaire, quand c'est possible, ce qui permet d'avoir des cicatrices quasi invisibles.   Structure du sein    Haut de page

Aréolaire  
Anatomie, médecine générale  -  [Angl. : Areolar]   N. f.    * aréolaire : du latin areola, lui-même diminutif de area qui signifie aire.  
    L'adjectif aréolaire qualifie ce qui est relatif à une aréole - voir cette définition - ou ce qui présente des aréoles, comme un tissu  aréolaire. Il existe une autre zone que l'on nomme de la même façon : c'est l'aréole ombilicale, zone circulaire (ou annulaire) légèrement plus pigmentée que le reste de la peau et qui entoure parfois l'ombilic.    Haut de page