Retour à la page d'accueil  C - TERMINOLOGIE MEDICALE - C  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 25-03-2020

Céphal(o)-, -céphale, -céphalie, -céphalique     Du grec kephalê [-céphale, -céphalie, -céphal(o)] : tête. Cette racine grecque fournit l'essentiel de ses composés en sciences naturelles et en médecine, dès le début du XIVe s.


Céphalalgie - Céphalée - Céphalée postPL - Céphalhématome - Céphalique - Céphalodynie - Céphalofuge - Céphalométrie - Céphalopage - Céphalopète - Céphalorachidien 


Les termes suivants sont déjà décrits sur d'autres pages. Les liens renvoient donc directement à ces descriptions. 

Abrachiocéphale - Abrachiocéphalie - Acéphale - Acéphalie - Acéphalique - Acrobrachycéphalie - Acrocéphale - Acrocéphalie - Acrocéphalique - Actinocéphale - Amyélencéphalie - Androcéphale - Anencéphale - Anencéphalie - Anencéphalique - Arhinencéphalie - Atélocéphale - Atélocéphalie - Bathrocéphale - Bathrocéphalie - Brachiocéphalique - Brachycéphale - Brachycéphalie - Bradycéphale - Bradycéphalie - Clinocéphalie - Diencéphale - Dolichocéphale - Dolichocéphalie - Encéphale - Holoprosencéphalie - Hydranencéphalie - Hydrocéphale - Hydrocéphalie - Lissencéphale - Lissencéphalie - Macrocéphale - Macrocéphalie - Microcéphale - Microcéphalie - Myélencéphale - Nanocéphale - Nanocéphalie - Platycéphale - Platycéphalie - Platycéphalique - Pyocéphalie - Rhinencéphale - Sténocéphale - Sténocéphalie - Trochocéphale - Trochocéphalie -


Céphalalgie   Céphalodynie   Céphalée
Algologie
  -  [Angl. : Cephalalgia, Cephalodynia, Cephalea, cephalalgia, headache]   N. f.  * céphalo : du grec kephalê [-céphale, céphal(o)-, -céphalie], tête ; * algo, algie : du grec algos [algo-, -algie, -algique], douleur ; * odynie : du grec odunê [-odynie], douleur. 
    Nom générique de toutes les douleurs de la tête. La céphalalgie se rencontre dans des états aussi divers que la méningite, la fièvre typhoïde, les tumeurs cérébrales, l'hypertension artérielle etc. Certains maux de tête ou céphalées ont reçu des noms spéciaux en raison de leurs caractères très tranchés, comme la migraine.
Syn. : céphalée et céphalodynie (du grec odunê [-odynie], douleur).       Haut de page

Céphalée post-PL
Algologie, neurologie, kinésiologie kinésithérapie  -  [Angl. : Post-PL cephalea]   N. f.  * céphalo : du grec kephalê [-céphale, céphal(o)-, -céphalie], tête ; * postPL : signifie post ponction lombaire. 
    Après une ponction lombaire (prélèvement de liquide céphalorachidien à l'aide d'une seringue spéciale ou trocart), il n'est pas rare que des douleurs surviennent au niveau de l'encéphale (céphalées), pouvant irradier dans le cou et même la partie supérieure du thorax. Les médecins qui pratiquent cet acte utilisent des aiguilles de plus en plus fines (calibre G25 ou G26), car il a été démontré que ces céphalées post-PL ont une fréquence d'apparition qui est inversement proportionnelle au diamètre.
    D'autres facteurs peuvent également intervenir, notamment l'angle de pénétration de l'aiguille et en particulier la position de son biseau par rapport aux fibres de la dure mère (rechercher le parallélisme). Les traitements de ces céphalées sont encore à l'état de discussion ou d'évaluation : analgésiques "classiques", prise de caféine per os (par la bouche), blood patch dans les cas résistants.
    Ce blood patch est une technique utilisée en anesthésie réanimation après une ponction lombaire, qui consiste à injecter en péridurale (à proximité de la dure mère, méninge la plus externe), 1à à 20 cm3 de sang autologue, c'est-à-dire du malade lui-même.
    Les résultats de cette technique sont assez étonnants, puisqu'on constate une disparition des céphalées dans près de 90% des cas, dans un délai d'environ une heure. Le but du blood patch est de favoriser le colmatage de la brèche créée par l'aiguille dans la dure mère, par la formation d'un caillot.       Haut de page

Céphalhématome
Hématologie, pédiatrie
  -  [Angl. : Cephalhematoma]   N. m.  * céphalo : du grec kephalê [-céphale, céphal(o)-, -céphalie], tête ; * hémo, hémato : du grec haima, [héma-, hémat(o)-, hémo-] : relatif au sang ; * ome : du grec -ôma,[-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction. 
    Formation assez fréquente chez le nouveau-né, surtout né de primipare, après une extraction difficile. Le céphalhématome est constitué par un épanchement sanguin entre un des os du crâne et le périoste. Il forme alors une tuméfaction saillante (bosse sur la tête), arrondie, coiffant la tête de façon asymétrique. La résorption est lente (plusieurs semaines à plusieurs mois) mais complète.      Haut de page

Céphalique
Anatomie
  -  [Angl. : Cephalic]   Adj.  * céphalo : du grec kephalê [-céphale, céphal(o)-, -céphalie], tête ; * ique : du grec eikôs [-ique, -(ic)ien, -ienne], semblable, propre à, ou suffixe servant à transformer des substantifs en adjectifs ou en d’autres substantifs. 
    Relatif à la tête. Ex. capuchon céphalique, extrémité céphalique : partie antérieure ou supérieure de l'embryon ; indice céphalique : rapport entre les diamètres transverse et antéropostérieur du crâne ; veine céphalique : veine du membre supérieur qui monte superficiellement le long du bord externe du bras.      Haut de page

Céphalofuge   Céphalopète
Anatomie, angiologie  -  [Angl. : Cephalofugal, Cephalopetal]   Adj.  * céphalo : du grec kephalê [-céphale, céphal(o)-, -céphalie], tête ; * pète : du latin scientifique petere, chercher à atteindre ; la force centripète est dirigée de la périphérie vers le centre ; * fuge : du latin fugio [-fuge, -fugation], fuir, s’éloigner. 
    L'écho-Doppler (écho : du latin echo ou du grec êchô [écho-], répétition d’un son répercuté par un obstacle ; * Doppler : du physicien autrichien DOPPLER Christian (né à Salzbourg en 1803, mort à Venise en 1853) qui découvrit la variation de fréquence du son perçu lorsqu’une source sonore se déplace par rapport à un observateur (effet Doppler-Fizeau)) du cou et de la tête a pour but de repérer une sténose (1) artérielle ou une occlusion, ou une dissection artérielle (2), toute pathologie susceptible de provoquer un ralentissement de la circulation artérielle dans l'encéphale (donc une ischémie artérielle transitoire) ou pire, un arrêt de la circulation dans une ou plusieurs artères, avec comme conséquence immédiate un AVC ou accident vasculaire cérébral ou infarctus cérébral.

    On observe un flux rétrograde (donc inversé et que l'on peut qualifier de céphalofuge - qui s'éloigne de la tête) dans l'artère vertébrale droite en cas de sténose ou d'occlusion dans la veine subclavière (ou sous-clavière) droite et/ou dans le tronc brachiocéphalique, alors que le flux normal ou antérograde peut être qualifié de céphalopète - qui va vers la tête.
    Pour l'artère vertébrale gauche, il y a aussi une circulation rétrograde si la sténose se situe dans la veine subclavière gauche. L'expression "vertébrales céphalopètes" signifie donc que l'écho-Doppler n'a pas mis de sténose en évidence et que le flux sanguin y est normal.     Les artères du cou et de la tête      Sténose dans l'artère vertébrale gauche     

(1) * sténose : du grec stenosis [stén(o)-, -sténose], rétrécissement d’un conduit ou d’un organe naturel
    Une sténose est un rétrécissement d'un canal, d'un vaisseau ou d'un orifice naturel. La sténose peut affecter de nombreux organes : sténose veineuse ou artérielle, sténose de l'intestin, du cardia, du pylore etc.
    Au niveau d'un orifice, la sténose est souvent provoquée par une hypertrophie du muscle sphincter ou par le développement d'une tumeur. 
Adj. : sténosé : qui présente un ou plusieurs rétrécissements.  Un exemple de sténose artérielle


(2) * dis : du préfixe latin dis- marquant l’éloignement, la différence ; * section : du latin sectio [-section], scission. 
    La dissection aortique est une pathologie extrêmement grave qui entraîne la mort du patient si elle n'est pas opérée en urgence. Au départ de la dissection aortique, c'est la média ou tunique moyenne de l'artère qui se détériore, provoquant un clivage : il se crée un espace plus ou moins important, pouvant faire toute la circonférence de l'artère, qui se remplit de sang grâce à la formation d'une communication entre cet espace et la lumière artérielle.
    Il arrive parfois qu'une autre communication se forme en aval de la première, créant ainsi un deuxième canal sanguin, très fragile du fait de la nécrose de la média. Cette pathologie se produit généralement au tout début de l'aorte, juste au-dessus des valvules sigmoïdes (celles qui sont dans l'artère aorte et qui empêchent le reflux du sang dans les ventricules pendant la diastole).
    Le patient ressent des douleurs d'apparition brutale qui rappellent celles de l'infarctus du myocarde. Le risque est la rupture de cette anomalie, le plus souvent dans le péricarde, mais aussi dans le médiastin ou la plèvre, avec possibilité d'hémorragie foudroyante.
    Le traitement consiste, en fonction de la localisation exacte et de la gravité de la dissection artérielle, à remplacer la partie de l'aorte défaillante par une artère synthétique (téflon tressé) ou à recoller les parois dissociées de l'artère avec une colle biologique. Toutes les artères peuvent être sujettes à une dissection, avec des conséquences variables en fonction de l'importance de l'artère concernée.      Haut de page

Céphalogyre
Anatomie
  -  [Angl. : Cephalogyric]   Adj.  * céphalo : du grec kephalê [-céphale, céphal(o)-, -céphalie], tête ; * gyre : du grec gûros [-gyre, -gire, gyr(o)-], cercle et, par extension, qui tourne
    Qui fait tourner la tête. Ex. les muscles céphalogyres.      Haut de page

Céphalométrie
Orthodontie, chirurgie
  -  [Angl. : Cephalometry]   N. f.  * céphalo : du grec kephalê [-céphale, céphal(o)-, -céphalie], tête ; * métro, métrie : du latin metrum  ou du grec metron, [métr(ie)], mesure. 
    C'est l'ensemble des processus de mesures du crâne. Outre l'orthodontie, la céphalométrie tridimensionnelle est très utilisée dans le traitement des torticolis congénitaux infantiles et chez l'adulte. Elle permet de faire le diagnostic et la chirurgie précoces qui font disparaître les symptômes. Également utilisée pour la paralysie congénitale du IV (quatrième nerf crânien).
Syn. : craniométrie.      Haut de page

Céphalorachidien
Neurologie, anatomie
  -  [Angl. : Cephalorachidian]   Adj.  * céphalo : du grec kephalê [-céphale, céphal(o)-, -céphalie], tête ; * rachi, rachidien : du grec rhakhis [rachi-], axe et, par extension, colonne vertébrale. 
    Relatif à la tête et au rachis ou colonne vertébrale. Liquide céphalorachidien : (LCR) liquide limpide contenu entre les méninges et dans les ventricules du cerveau, et qui baigne tout l'axe cérébrospinal. Il est prélevé ordinairement lors de la ponction lombaire et son étude est importante dans le diagnostic des méningites.  Schéma de l'axe cérébrospinal      Haut de page

Céphalopage
Embryologie
  -  [Angl. : Cephalopagus]   N. m.  * céphalo : du grec kephalê [-céphale, céphal(o)-, -céphalie], tête ; * page : du grec pagos, pêgnumi [-page], fixer, assembler. 
    On parle dans ce cas de jumeaux conjoints (siamois), assemblés par le crâne. C'est une pathologie très rare dont certaines formes peuvent faire l'objet d'un traitement chirurgical. Elle est maintenant facilement identifiable à l'échographie in utero.
Syn. : craniopage.       Haut de page