Retour à la page d'accueil  C - TERMINOLOGIE MEDICALE - C  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 25-03-2020

Chyl(o)-, -chylie     Du latin médical chylus, du grec khulos [chyl(o)-, -chylie], suc. Le mot chyle est apparu dans la langue française vers 1360 et avait au départ le sens de sève ou de jus. En médecine, il a le sens qui lui avait donné Galien et désigne le liquide résultant de la transformation par les enzymes, des aliments dans le tube digestif et qui passe ensuite dans les vaisseaux lymphatiques. Les termes ne commençant pas par chyl(o)- mais contenant cette racine ou se terminant par -chylie, ont déjà été décrits sur d'autres pages. Les liens ci-dessous renvoient donc directement à ces descriptions.


Chylangiome - Chyle - Chylémie - Chyleux - Chylifère - Chylification - Chyliforme - Chylocèle - Chyloïde - Chylomédiastin - Chylomicron - Chylopéricarde - Chylopéritoine - Chylopoïèse - Chylorrhée - Chylothorax - Chylurie

Achylie - Ascite chyleuse - Ascite pseudo-chyleuse - Cacochylie - Hyperchylomicronémie - Hypochylie -


Chylangiome   Chylocèle
Gastroentérologie, médecine biologique, chirurgie digestive  -  [Angl. : Chylangioma, Chylocele]    N. m.  * chylo : du latin médical chylus, du grec khulos [chyl(o)-, -chylie], suc ; * angio : du grec aggeion [angio], vaisseau ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction. 
    Le chylangiome est une tumeur constituée par des vaisseaux lymphatiques distendus par du chyle. L'un des risques est la formation d'une chylocèle (du grec kêlê [-cèle], tumeur, hernie), poche contenant du liquide chyleux et qui peut se former dans certaines filarioses.      Haut de page

Chyle   Chylifère   Chyleux   Chyliforme   Chyloïde   Chylopoïèse
Gastroentérologie  -  [Angl. : Chyle, Chyliferous, Chylous, Chyliform, Chyloid, Chylopoiesis]   N. m.  * chyle : du latin médical chylus, du grec khulos [chyl(o)-, -chylie], suc. 
    Le chyle est un mélange de lymphe et de graisses émulsifiées venant de la digestion des lipides dans l'intestin.  Il se forme donc dans l'intestin grêle - c'est la chylopoïèse (du grec poiein [-poïèse, -poïétique], faire, fabriquer) - puis est pris en charge au niveau de l'intestin grêle par le système chylifère. Le chyle passe ensuite par la citerne de Pecquet, puis le canal thoracique qui rejoint le système sanguin au niveau de la veine sous-clavière gauche.
    Adj. chylifère (du latin ferre [-fère], porter ; a pris aussi le sens de transporter, conduire) : qui transporte le chyle.
    Adj. chyleux : qui se rapporte au chyle ou qui en a l'aspect.
    Autre adj. chyliforme (du latin forma [-forme], moule, aspect), chyloïde (du grec eidos, [-oïde, -oïdal], qui a l’apparence) : qui ressemble au chyle, qui en a l'aspect.  Absorption et appareil chylifère      Haut de page

Chylémie   Chylification
Gastroentérologie, médecine biologique  -  [Angl. : Chylemia, Chylification]    N. f.  * chylo : du latin médical chylus, du grec khulos [chyl(o)-, -chylie], suc ; * émie, hémo : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hémo-] : relatif au sang. 
    La chylémie est la présence de chyle dans le sang, qui entraîne une importante élévation des triglycérides dans le sérum. On fait ces dosages pour estimer l'évolution d'une pancréatite aigüe par exemple.
    La chylification (du latin facio, ficio, qui devient ficare en bas latin du Moyen-Age [-fication], faire, effectuer, réaliser) est le passage du chyle dans les capillaires chylifères pendant l'absorption, alors que les autres nutriments (eau, sels minéraux, oses et acides aminés) passent directement dans les capillaires sanguins, en direction du foie.      Haut de page

Chylomicron
Gastroentérologie, médecine biologique  -  [Angl. : Chylomicron]    N. m.  * chylo : du latin médical chylus, du grec khulos [chyl(o)-, -chylie], suc ; * micron : du grec mikros [micr(o)-, -micrie, -micron], petit. 
    Les chylomicrons sont des particules lipidiques de 0,3 à 1,5 microns de diamètre qui circulent dans le sang et qui transportent les triglycérides d'origine alimentaire après la digestion. Du fait de leur taille, ces chylomicrons diffractent la lumière, ce qui explique l'aspect lactescent du plasma après la digestion.
    Pendant l'absorption, les chylomicrons passent de la lumière intestinale (leur origine est donc exogène) dans le système lymphatique puis dans le sang et subissent ensuite l'action d'une enzyme : la lipoprotéine lipase ou facteur clarifiant, principalement dans le tissu adipeux et les muscles.
    Ils se dissocient et les triglycérides qu'ils véhiculent vont être hydrolysés au niveau du foie. 10 heures environ après un repas, le sérum d'un sujet est redevenu limpide (après un délai plus long chez les personnes âgées.      Haut de page

Chylopéritoine   Chylothorax   Chylomédiastin   Chylopéricarde   Chylorrhée
Gastroentérologie, médecine biologique, chirurgie digestive  -  [Angl. : Chyloperitoneum, Chylothorax, Chylomediastinum, Chylopericardium, Chylorrhea, chylorrhoea]    N. m.  * chylo : du latin médical chylus, du grec khulos [chyl(o)-, -chylie], suc ; * péritoine : du latin peritonaeum, du grec peritonaion [péritoné(o)-], ce qui est tendu autour, relatif au péritoine, membrane qui tapisse l’abdomen et les viscères abdominaux. 
    Le chylopéritoine est un épanchement de liquide chyleux dans le péritoine, résultant généralement d'une compression et/ou d'une rupture des canaux lymphatiques abdominaux. Les causes les plus fréquentes de chylopéritoine sont les cancers, les lymphomes abdominaux et les traumatismes.
    Le chylothorax (du grec thôrax, thôrakos [thorac(o)-], cavité limitée par les côtes et le diaphragme) est la présence de chyle dans la cavité pleurale, c'est-à-dire dans la plèvre, double membrane qui entoure les poumons. Cette pathologie est rare et généralement provoquée par un cancer thoracique ou un traumatisme, une intervention chirurgicale.
    Pour limiter la dyspnée qui en résulte (gêne respiratoire), il convient de ponctionner ce liquide chyleux et de réparer la fuite au niveau des vaisseaux lymphatiques.
    Lorsque le chyle se répand dans le médiastin (espace compris entre les deux poumons et qui englobe le cœur), c'est un chylomédiastin, alors que l'on parle de chylopéricarde lorsque c'est la cavité péricardique qui est envahie par ce liquide. Ces pathologies résultent le plus souvent d'une rupture du canal thoracique avec fuite de liquide chyleux : c'est la chylorrhée (du grec rhein [rrhée, rrhénie, -rroïde], couler).      Haut de page

Chylurie
Gastroentérologie, médecine biologique, chirurgie digestive  -  [Angl. : Chyluria]    N. f.  * chylo : du latin médical chylus, du grec khulos [chyl(o)-, -chylie], suc ; * uro, urie : du grec oûron [uro-, -urie, -urèse, -urétique], urine. 
    La chylurie est la présence de chyle dans les urines (urines chyleuses) qui peuvent contenir de 1 à 35g de lipides par litre et deviennent de ce fait opalescentes. La chylurie résulte d'une communication (ou fistule) entre les canaux lymphatiques et les voies excrétrices du système urinaire, qui peut être mise en évidence par une urographie.
    Cette communication se fait généralement à la sortie du bassinet et résulte d'une obstruction des voies lymphatiques abdominales ou thoraciques. Cette sténose peut avoir plusieurs causes possibles : filariose, congénitale avec malformation du canal thoracique, tumeur. Le traitement est chirurgical.       Haut de page