Retour à la page d'accueil  K - TERMINOLOGIE MEDICALE - K  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 25-02-2020

Kérat(o)-     Du grec keras, keratos : corne, cornée. L'élément "kérat(o)-" a permis la formation de nombreux composés qui ont tous un rapport avec des maladies de la peau ou avec la cornée.


Corneal flap - Cornée - Cornéen - Cornéen (volet) - Kératine - Kératine alpha - Kératine bêta - Kératinisation - Kératinocyte - Kératite - Kératite ponctuée superficielle - Kératoacanthome - Kératocône - Kératodermie - Kératodermie blennorragique - Kératoïde - Kératoglobe - Kératolyse - Kératolyse ponctuée - Keratolysis plantare sulcatum - Kératolytique - Kératome - Kératome sénile - Kératome malin diffus congénital - Kératomégalie - Kératomètre - Kératométrie - Kératomycose - Kératoplastie - Kératoplastie lamellaire - Kératoplastie perforante - Kératoplastie transfixiante - Kératose - Kératose arsenicale - Kératose blennorragique - Kératose du goudron - Kératose folliculaire acuminée - Kératose folliculaire contagieuse - Kératose obturante - Kératose orthokératosique - Kératose pilaire - Kératose pilaire rouge - Kératose pilaire simple - Kératose séborrhéique - Kératose sénile - Kératosique - Kératotome - Kératotomie - Kératotomie radiaire

Cornée
Anatomie, ophtalmologie, chirurgie ophtalmique  - 
[Angl. : Cornea]    N. f.  * cornée : du latin cornea tunica [cornée], partie antérieure transparente de l’œil.    Schéma de l'œil normal 
    La cornée est une membrane fibreuse, résistante et transparente, qui fait suite à la sclérotique (ou blanc de l'œil) et qui constitue la paroi avant de la chambre antérieure de l'œil. La jonction entre sclérotique et cornée est appelée limbe sclérocornéen. Une particularité importante de la cornée : elle ne possède aucun vaisseau sanguin et ses échanges nutritionnels et gazeux sont assurés par l'air et le film lacrymal pour les échanges gazeux et les sels minéraux, par l'humeur aqueuse côté intérieur. La cornée n'étant pas recouverte par la conjonctive dans sa zone centrale, constitue donc le premier milieu transparent de l'œil, mais aussi la première lentille. Elle joue donc un rôle optique et protecteur très important.
    Pour comprendre les interventions de chirurgie ophtalmique pratiquées sur la cornée, il faut en connaître au moins sa structure simplifiée. Elle est formée de 5 couches ; de l'extérieur vers l'intérieur :
* la couche épithéliale, constamment irriguée par le film lacrymal et elle-même constituée de plusieurs couches de cellules
* la membrane élastique antérieure, connue aussi sous le nom de membrane de Bowman ou membrane de Reichert
* la couche de substance propre
* la couche basale postérieure ou membrane de Descemet
* la couche endothéliale qui représente l'essentiel de l'épaisseur de la cornée (environ 0,5 mm). 

    Pour corriger certaines anomalies comme la myopie, la presbytie, l'hypermétropie, l'astigmatisme, les ophtalmologistes utilisent la chirurgie dite réfractive qui a pour but de modifier ou "surfacer" la courbure de la cornée. Sans entrer dans les détails, voici les principales phases de l'opération dite méthode LASIK  - ou procédé LASIK (il y a plusieurs variantes de cette méthode en fonction du matériel utilisé). LASIK = Laser ASsisted Intrasomal Keratomileusis
- Un volet cornéen ou corneal flap est découpé en ménageant une charnière, soit manuellement avec un microkératome, soit sans intervention manuelle, grâce à un laser femtoseconde (tous les centres pratiquant le LASIK n'en sont pas équipés) qui émet des tirs de 10- 15 s.
- Le laser Excimer (terme formé par Exc[ited] et [d]imer) effectue la modification de la courbure en aplanissant la cornée par photoablation.
- Le volet épithélial est remis en place, tient tout seul et permet une récupération visuelle très rapide (le lendemain). Ces nouvelles techniques "tout laser" se font sous anesthésie locale et ont considérablement réduit la douleur liée à l'utilisation du microkératome.      Haut de page

Cornéen
Anatomie, ophtalmologie, chirurgie ophtalmique  - 
[Angl. : Corneal]    Adj.  * cornéen : du latin cornea tunica [cornée], partie antérieure transparente de l’œil.    Schéma de l'œil normal 
    L'adjectif cornéen se rapporte à la cornée de l'œil, membrane fibreuse, résistante et transparente, qui fait suite à la sclérotique (ou blanc de l'œil) et qui constitue la paroi avant de la chambre antérieure de l'œil. Pour plus de détails sur la cornée, voir ce mot.      Haut de page

Corneal flap
Anatomie, ophtalmologie, chirurgie ophtalmique  - 
[Angl. : Corneal flap]    N. m.  * cornée : du latin cornea tunica [cornée], partie antérieure transparente de l’œil.    Schéma de l'œil normal 
    La cornée est une membrane fibreuse, résistante et transparente, qui fait suite à la sclérotique (ou blanc de l'œil) et qui constitue la paroi avant de la chambre antérieure de l'œil. La jonction entre sclérotique et cornée est appelée limbe sclérocornéen. Une particularité importante de la cornée : elle ne possède aucun vaisseau sanguin et ses échanges nutritionnels et gazeux sont assurés par l'air et le film lacrymal pour les échanges gazeux et les sels minéraux, par l'humeur aqueuse côté intérieur. La cornée n'étant pas recouverte par la conjonctive dans sa zone centrale, constitue donc le premier milieu transparent de l'œil, mais aussi la première lentille. Elle joue donc un rôle optique et protecteur très important.
    Pour comprendre les interventions de chirurgie ophtalmique pratiquées sur la cornée, il faut en connaître au moins sa structure simplifiée. Elle est formée de 5 couches ; de l'extérieur vers l'intérieur :
* la couche épithéliale, constamment irriguée par le film lacrymal et elle-même constituée de plusieurs couches de cellules
* la membrane élastique antérieure, connue aussi sous le nom de membrane de Bowman ou membrane de Reichert
* la couche de substance propre
* la couche basale postérieure ou membrane de Descemet
* la couche endothéliale qui représente l'essentiel de l'épaisseur de la cornée (environ 0,5 mm). 

    Pour corriger certaines anomalies comme la myopie, la presbytie, l'hypermétropie, l'astigmatisme, les ophtalmologistes utilisent la chirurgie dite réfractive qui a pour but de modifier ou "surfacer" la courbure de la cornée. Sans entrer dans les détails, voici les principales phases de l'opération dite méthode LASIK  - ou procédé LASIK (il y a plusieurs variantes de cette méthode en fonction du matériel utilisé). LASIK = Laser ASsisted Intrasomal Keratomileusis
- Un volet cornéen ou corneal flap est découpé en ménageant une charnière, soit manuellement avec un microkératome, soit sans intervention manuelle, grâce à un laser femtoseconde (tous les centres pratiquant le LASIK n'en sont pas équipés) qui émet des tirs de 10- 15 s.
- Le laser Excimer (terme formé par Exc[ited] et [d]imer) effectue la modification de la courbure en aplanissant la cornée par photoablation.
- Le volet épithélial est remis en place, tient tout seul et permet une récupération visuelle très rapide (le lendemain). Ces nouvelles techniques "tout laser" se font sous anesthésie locale et ont considérablement réduit la douleur liée à l'utilisation du microkératome.      Haut de page

Volet cornéen
Anatomie, ophtalmologie, chirurgie ophtalmique  - 
[Angl. : Corneal flap]    N. m.  * cornée : du latin cornea tunica [cornée], partie antérieure transparente de l’œil.    Schéma de l'œil normal 
    La cornée est une membrane fibreuse, résistante et transparente, qui fait suite à la sclérotique (ou blanc de l'œil) et qui constitue la paroi avant de la chambre antérieure de l'œil. La jonction entre sclérotique et cornée est appelée limbe sclérocornéen. Une particularité importante de la cornée : elle ne possède aucun vaisseau sanguin et ses échanges nutritionnels et gazeux sont assurés par l'air et le film lacrymal pour les échanges gazeux et les sels minéraux, par l'humeur aqueuse côté intérieur. La cornée n'étant pas recouverte par la conjonctive dans sa zone centrale, constitue donc le premier milieu transparent de l'œil, mais aussi la première lentille. Elle joue donc un rôle optique et protecteur très important.
    Pour comprendre les interventions de chirurgie ophtalmique pratiquées sur la cornée, il faut en connaître au moins sa structure simplifiée. Elle est formée de 5 couches ; de l'extérieur vers l'intérieur :
* la couche épithéliale, constamment irriguée par le film lacrymal et elle-même constituée de plusieurs couches de cellules
* la membrane élastique antérieure, connue aussi sous le nom de membrane de Bowman ou membrane de Reichert
* la couche de substance propre
* la couche basale postérieure ou membrane de Descemet
* la couche endothéliale qui représente l'essentiel de l'épaisseur de la cornée (environ 0,5 mm). 

    Pour corriger certaines anomalies comme la myopie, la presbytie, l'hypermétropie, l'astigmatisme, les ophtalmologistes utilisent la chirurgie dite réfractive qui a pour but de modifier ou "surfacer" la courbure de la cornée. Sans entrer dans les détails, voici les principales phases de l'opération dite méthode LASIK  - ou procédé LASIK (il y a plusieurs variantes de cette méthode en fonction du matériel utilisé). LASIK = Laser ASsisted Intrasomal Keratomileusis
- Un volet cornéen ou corneal flap est découpé en ménageant une charnière, soit manuellement avec un microkératome, soit sans intervention manuelle, grâce à un laser femtoseconde (tous les centres pratiquant le LASIK n'en sont pas équipés) qui émet des tirs de 10- 15 s.
- Le laser Excimer (terme formé par Exc[ited] et [d]imer) effectue la modification de la courbure en aplanissant la cornée par photoablation.
- Le volet épithélial est remis en place, tient tout seul et permet une récupération visuelle très rapide (le lendemain). Ces nouvelles techniques "tout laser" se font sous anesthésie locale et ont considérablement réduit la douleur liée à l'utilisation du microkératome.      Haut de page

Kératine    Kératine a (alpha)    Kératine b (bêta)
Dermatologie, cytologie, anatomopathologie  -  [Angl. : Keratin]   N. f.  * kératine : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée. 
    Les kératines sont des protéines fibrillaires contenant de nombreux atomes de soufre. Ces molécules sont synthétisées par les cellules épidermiques : les kératinocytes. Elles sont les constituants principaux des ongles, des poils, des plumes et des écailles. En se décomposant, les kératines forment des molécules de tyrosine et de leucine.
    La kératine peut prendre une forme ramassée, dite alpha-kératine , et une forme étirée, dite bêta-kératine. Ce sont des structures secondaires des protéines, plus connues sous les noms d'hélice alpha et de feuillet plissé bêta.  Schéma d'une hélice alpha     Schéma d'un feuillet plissé        Haut de page

Kératinisation
Dermatologie, cytologie, anatomopathologie  -  [Angl. : Keratinization]   N. f.  * kératine : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * -isation : du latin atio, ationis [-isation], suffixe nominal, qui transforme une racine en nom. 
    La kératinisation est le processus physiologique au cours duquel les couches superficielles de la peau ou d'une muqueuse se chargent progressivement de kératine. Il en résulte un tissu solide et protecteur. C'est la "corne" que l'on observe sur certaines zones des pieds et des mains.      Haut de page

Kératinocyte
Dermatologie, cytologie, anatomopathologie  -  [Angl. : Keratinocyte]   N. m.  * kératino : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * cyte : du grec kutos [cyt(o)-, -cyte, -cytie, -cytaire], cellule. 
    Le kératinocyte est une cellule qui produit de la kératine, mais c'est aussi la cellule "unité" de la couche supérieure de l'épiderme. En effet, la kératine est une protéine caractéristique de l'épiderme où elle est particulièrement abondante dans les couches cellulaires superficielles et la kératinisation y est un phénomène physiologique (donc normal) qui tend à former une couche plus dure et protectrice.      Haut de page

Kératite
Ophtalmologie
  -  [Angl. : Keratitis]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * ite : du grec -itis [-ite], suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire. 
    La kératite est une inflammation de la cornée (membrane transparente sur la face antérieure de l'œil), généralement accompagnée de douleurs et de rougeurs périphériques, de larmoiements et de photophobie.  Schéma de l'œil normal. Cette affection a de nombreuses causes et ses manifestations sont diverses.
    La kératite ponctuée superficielle ou KPS se traduit par des petites taches ou ponctuations. Il s'agit en fait d'une atteinte dégénérative de la cornée. L'une des causes fréquentes est le virus de l'herpès, Herpes simplex, généralement contracté au cours d'une primo-infection pendant l'enfance. Certaines kératites ponctuées superficielles sont apparues chez des patients opérés au laser (origine neurotrophique), puis ont disparu après quelques mois. Cette pathologie est apparue préférentiellement chez les sujets ayant présenté avant le traitement au laser, une sécheresse oculaire.      Haut de page

Kératite ponctuée superficielle
Ophtalmologie
  -  [Angl. : Superficial punctate keratitis]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * ite : du grec -itis [-ite], suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire. 
    La kératite est une inflammation de la cornée (membrane transparente sur la face antérieure de l'œil), généralement accompagnée de douleurs et de rougeurs périphériques, de larmoiements et de photophobie.  Schéma de l'œil normal. Cette affection a de nombreuses causes et ses manifestations sont diverses.
    La kératite ponctuée superficielle ou KPS se traduit par des petites taches ou ponctuations. Il s'agit en fait d'une atteinte dégénérative de la cornée. L'une des causes fréquentes est le virus de l'herpès, Herpes simplex, généralement contracté au cours d'une primo-infection pendant l'enfance. Certaines kératites ponctuées superficielles sont apparues chez des patients opérés au laser (origine neurotrophique), puis ont disparu après quelques mois. Cette pathologie est apparue préférentiellement chez les sujets ayant présenté avant le traitement au laser, une sécheresse oculaire.      Haut de page

Kératoacanthome
Dermatologie, anatomopathologie  -  [Angl. : Keratoacanthoma]   N. m.  * kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * acantho : du grec akantha, [acanth(o)-] épine ; préfixe ou racine exprimant une forme  en épine ou une sensation de piqûre ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction. 
    Le kératoacanthome est une tumeur bénigne qui a la particularité de se développer préférentiellement sur le visage, chez les hommes de plus de 50 ans. Sa forme et sa taille sont caractéristiques : environ 1 cm de diamètre (entre un pois et une noisette), circulaire et aplati avec un centre déprimé et contenant des squames kératinisées.
    Dans la majorité des cas, le kératoacanthome guérit spontanément, mais il vaut mieux le faire traiter par un dermatologue, car il n'est pas impossible qu'il évolue vers une forme plus grave qui est l'épithélioma spinocellulaire.      Haut de page

Kératocône
Ophtalmologie
  -  [Angl. : Keratoconus]   N. m.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * cône : du latin conus, du grec kônos [-cône], surface déterminée par une génératrice passant par un point fixe et décrivant un cercle. 
    Le kératocône est une dystrophie (déformation) cornéenne se manifestant par une protrusion non inflammatoire de la cornée dans sa région axiale, apparaissant généralement dans l'adolescence et entraînant une diminution de l'acuité visuelle du fait d'un important astigmatisme irrégulier et souvent de la survenue d'opacités cornéennes. Schéma d'un kératocône 
    La vision peut être améliorée au début par des lentilles de contact. Quand l'amélioration n'est plus suffisante, il faut pratiquer une kératoplastie (greffe de cornée) qui donne d'excellents résultats. Il existe une Association Kératocône qui a un site Internet.      Haut de page

Kératodermie
Dermatologie, génétique
  -  [Angl. : Keratoderma]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * dermie : du grec dermo, dermatos [dermo, dermato], peau.
    La couche cornée de la peau se développe de façon excessive. La kératodermie est aussi connue sous le nom d'hyperkératose ou de d'acanthokératodermie. Elle peut se développer à plusieurs endroits du corps, mais les plus fréquents restent les pieds : formation de cors, durillons, pouvant atteindre plusieurs centimètres de large. Dans certains cas, les douleurs générées par ces épaississements peuvent gêner la marche.
    Il existe des formes familiales (donc à transmission génétique) d'acanthokératodermie, qui touchent la paume des mains et des pieds. Cette pathologie est transmise selon le mode autosomique dominant, c'est-à-dire qu'il suffit que l'un des parents soit atteint pour que tous les enfants le soient. Elle débute très tôt chez le jeune enfant et se traduit par des paumes et plantes érythémateuses, avec une peau qui s'épaissit de plus en plus par production excessive de kératine.     Haut de page

Kératodermie blennorragique
Dermatologie, génétique
  -  [Angl. : Haemorrhagic (or hemorrhagic) keratoderma]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * dermie : du grec dermo, dermatos [dermo, dermato], peau ; * blenno : du grec blenna [blenn(o)-], mucus et, par extension, muqueuse ; * rragique : du grec rhagê [-rragie], éruption, jaillissement.
    Voir aussi la définition générale de la kératodermie. Il existe une forme particulière de kératodermie, dite "kératodermie blennorragique". En fait cette affection n'est pas due au gonocoque mais serait la conséquence du syndrome de FIESSINGER-LEROY-REITER.
    Cette kératodermie blennorragique débute par une urétrite "classique", suivie après quelques semaines de lésions (papulopustules) sur la plante des pieds et sous les orteils, plus rarement dans les mains. Pour confirmer le diagnostic, les dermatologues recherchent d'autres signes tels une balanite (inflammation du gland) érythémosquameuse circinée, c'est-à-dire rougeâtre, avec des petits fragments qui se détachent, le tout de forme circulaire, une conjonctivite (inflammation de la conjonctive de l'œil), arthrite des membres inférieurs. Le traitement est une antibiothérapie.     Haut de page

Kératoglobe    Kératomégalie
Ophtalmologie, génétique  -  [Angl. : Keratoglobus ; Megalocornea]   N. m. ; N. f.  * kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * globe : du latin globus [glob(o)-, globul(o)-, -globulie], sphérique, petit corps arrondi ; * mégalie : du grec megas [méga-], grand ; placé devant une unité, ce préfixe multiplie par un million.
   Le kératoglobe est une anomalie de développement de la cornée, de taille anormale et qui continue de croître, atteignant parfois un diamètre de 14 ou 15 mm chez l'adulte, au point que les paupières ne peuvent plus le recouvrir. Cette pathologie, généralement présente à la naissance, est récessive, liée au chromosome X et 90% des cas se produisent chez les hommes. La cornée et le limbe sont élargis mais histologiquement normaux.
   Les symptômes associés incluent mégalophtalmie antérieure, anneau ciliaire élargi avec étirement zonulaire, iridodonis, hypoplasie de l'iris stromal.Le kératoglobe est généralement isolé, mais peut être associé à d'autres signes oculaires et systémiques. Les complications comprennent la perforation après un traumatisme mineur et l'hydrops cornéen. Il est parfois associé à l'amaurose congénitale de Leber, au syndrome d'Ehlers-Danlos et à la sclérotique bleue.Syn.kératomégalie.     Haut de page

Kératose blennorragique
Dermatologie, génétique
  -  [Angl. : Keratosis blennorrhagica, keratoderma blennorrhagicum]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques.
    Il existe de très nombreuses formes de kératoses, toutes caractérisées par un épaississement de la couche cornée de l'épiderme.  Coupe de peau  situant l'épiderme. La kératose blennorragique est une forme particulière de kératodermie, dite aussi  "kératodermie blennorragique". En fait cette affection n'est pas due au gonocoque mais serait la conséquence du syndrome de FIESSINGER-LEROY-REITER.
    Cette kératodermie blennorragique débute par une urétrite "classique", suivie après quelques semaines de lésions (papulo-pustules) sur la plante des pieds et sous les orteils, plus rarement dans les mains. Pour confirmer le diagnostic, les dermatologues recherchent d'autres signes tels une balanite (inflammation du gland) érythémosquameuse circinée (c'est-à-dire rougeâtre, avec des petits fragments qui se détachent, le tout de forme circulaire), une conjonctivite (inflammation de la conjonctive de l'œil), arthrite des membres inférieurs. Le traitement est une antibiothérapie.     Haut de page

Kératolyse    Kératolytique
Dermatologie  -  [Angl. : Keratolysis ; Keratolytic]   N. f. / Adj.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * lyse, lytique : du grec lusis [lyso-, -lys, lysi-, -lyse, -lytique], dissolution. 
    La kératolyse est la dissolution de la kératine cutanée. C'est une infection superficielle (qui peut être due à Corynebacterium ou Streptomyces et qui est souvent consécutive à une hyperhidrose (transpiration excessive). Certaines crèmes antibiotiques (par ex. fucidine) améliorent les lésions mais c'est surtout le traitement de l'hyperhidrose (produits à base de sels d'aluminium, ionophorèse…) qui peut éviter les récidives.  
    La kératolyse ponctuée (syn. : keratolysis plantare sulcatum) est une infection aux pieds caractérisée par une peau macérée, blanchâtre, percée de petits trous et présentant une sorte de petit « cratère » au niveau de la plante du pied. Elle n'est donc pas à confondre avec une mycose.
    Ce type d'infection touche surtout les adolescents et dégage une odeur très prononcée ; le médecin consulté prescrira un antibiotique en application locale. Dans la plupart des cas, l'infection disparaîtra mais il peut y avoir des récidives. Le traitement se fait par fucidine, mais les dermatologues ajoutent en général des médicaments pour réduire l'hyperhidrose, et parfois des antimycosiques à titre préventif.
    L'adjectif  kératolytique caractérise tout agent ou action capable de provoquer la kératolyse.         Haut de page

Kératolyse ponctuée
Dermatologie  -  [Angl. : Pitted keratolysis]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * lyse : du grec lusis [lyso-, -lys, lysi-, -lyse, -lytique], dissolution. 
    La kératolyse est la dissolution de la kératine cutanée. C'est une infection superficielle (qui peut être due à Corynebacterium ou Streptomyces et qui est souvent consécutive à une hyperhidrose (transpiration excessive). Certaines crèmes antibiotiques (par ex. fucidine) améliorent les lésions mais c'est surtout le traitement de l'hyperhidrose (produits à base de sels d'aluminium, ionophorèse…) qui peut éviter les récidives.  
    La kératolyse ponctuée (syn. : keratolysis plantare sulcatum) est une infection aux pieds caractérisée par une peau macérée, blanchâtre, percée de petits trous et présentant une sorte de petit « cratère » au niveau de la plante du pied. Elle n'est donc pas à confondre avec une mycose.
    Ce type d'infection touche surtout les adolescents et dégage une odeur très prononcée ; le médecin consulté prescrira un antibiotique en application locale. Dans la plupart des cas, l'infection disparaîtra mais il peut y avoir des récidives. Le traitement se fait par fucidine, mais les dermatologues ajoutent en général des médicaments pour réduire l'hyperhidrose, et parfois des antimycosiques à titre préventif.    Haut de page

Keratolysis plantare sulcatum
Dermatologie  -  [Angl. : Keratolysis plantare sulcatum]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * lyse : du grec lusis [lyso-, -lys, lysi-, -lyse, -lytique], dissolution. 
    La kératolyse est la dissolution de la kératine cutanée. C'est une infection superficielle (qui peut être due à Corynebacterium ou Streptomyces et qui est souvent consécutive à une hyperhidrose (transpiration excessive). Certaines crèmes antibiotiques (par ex. fucidine) améliorent les lésions mais c'est surtout le traitement de l'hyperhidrose (produits à base de sels d'aluminium, ionophorèse…) qui peut éviter les récidives.  
    La kératolyse ponctuée (syn. : keratolysis plantare sulcatum) est une infection aux pieds caractérisée par une peau macérée, blanchâtre, percée de petits trous et présentant une sorte de petit « cratère » au niveau de la plante du pied. Elle n'est donc pas à confondre avec une mycose.
    Ce type d'infection touche surtout les adolescents et dégage une odeur très prononcée ; le médecin consulté prescrira un antibiotique en application locale. Dans la plupart des cas, l'infection disparaîtra mais il peut y avoir des récidives. Le traitement se fait par fucidine, mais les dermatologues ajoutent en général des médicaments pour réduire l'hyperhidrose, et parfois des antimycosiques à titre préventif.    Haut de page

Kératome    Kératome sénile    Kératome malin diffus congénital
Dermatologie  -  [Angl. : Keratoma ; Senile keratosis ; Fetal ichthyosis, Intrauterine ichthyosis]   N. m.  * kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * -ome, -oma : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction. 
    Le mot kératome est un terme générique qui désigne de nombreuses pathologies, toutes caractérisées par un épaississement plus ou moins important, plus ou moins étendu de la peau. Ce sont des tumeurs cutanées constituées par de la corne.

    Le kératome sénile (voir kératose sénile) est une forme bénigne et fréquente après 50 ans, alors que le kératome malin diffus congénital (voir ichtyose fœtale) atteint le fœtus pendant son développement intra-utérin et se traduit, à la naissance, par une hyperkératose généralisée qui forme une véritable carapace. La mort survient généralement après quelques jours.    Haut de page

Kératomètre    Kératométrie
Ophtalmologie, chirurgie ophtalmique  -  [Angl. : Keratometer ; Keratometry]   N. m. / N. f.  * kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * mètre, métrie : du grec metron, [-mètre, métr(ie)], mesure. 
    La
kératométrie est la mesure, à l'aide d'un kératomètre, de la courbure et du pouvoir réfractif des deux méridiens principaux dans la zone apicale de la cornée, c’est-à-dire dans les trois millimètres centraux.    Haut de page

Kératomycose
Ophtalmologie, pharmacologie  -  [Angl. : Keratomycosis]   N. f.  * kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * mycose : du grec mukês [myc(o)-, mycét(o)-, -myce, -mycine, -mycète], champignon.
    La kératomycose est une infection de la cornée de l'œil, généralement due à un champignon Aspergillus fumigatus. Le principal symptôme est l'apparition d'une kératite suivie d'un ulcère au centre de la cornée, qui se transforme progressivement en un leucome. L'ulcère apparaît comme une protubérance blanche duveteuse entourée d'un cratère peu profond sur le bord duquel se trouve un halo nettement délimité. Le diagnostic se fait en laboratoire par analyse d'un prélèvement en surface de l'ulcère.    Haut de page

Kératoplastie
Ophtalmologie, chirurgie ophtalmique  -  [Angl. : Keratoplasty]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * plastie : du grec plassein [-plaste, -plastie], façonner ou intervention modifiant les formes ou les rapports des organes. 
    La kératoplastie est plus connue du public sous le nom de greffe de cornée. Cette opération consiste à remplacer une partie ou toute la cornée par une greffe provenant soit du patient lui-même (greffe autologue ou autogreffe - rare), soit d'un donneur. Cette transplantation est pratiquée pour le traitement de pathologies telles que le kératocône (voir ce terme), les abcès et œdèmes de la cornée, les opacités, entre autres.
    Le greffon peut être conservé pendant 5 jours environ, le temps de vérifier qu'il n'est pas susceptible de transmettre une maladie virale. La kératoplastie est qualifiée de lamellaire si on n'enlève et on ne remplace qu'une couche superficielle de la cornée, perforante ou transfixiante lorsque le fragment transplanté correspond à la totalité de l'épaisseur de la cornée. Pour des informations beaucoup plus détaillées, voir le site du SNOF : Syndicat des Ophtalmologistes de France.     Haut de page

Kératoplastie lamellaire
Ophtalmologie, chirurgie ophtalmique  -  [Angl. : Lamellar keratoplasty]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * plastie : du grec plassein [-plaste, -plastie], façonner ou intervention modifiant les formes ou les rapports des organes. 
    La kératoplastie est plus connue du public sous le nom de greffe de cornée. Cette opération consiste à remplacer une partie ou toute la cornée par une greffe provenant soit du patient lui-même (greffe autologue ou autogreffe - rare), soit d'un donneur. Cette transplantation est pratiquée pour le traitement de pathologies telles que le kératocône (voir ce terme), les abcès et œdèmes de la cornée, les opacités, entre autres.
    Le greffon peut être conservé pendant 5 jours environ, le temps de vérifier qu'il n'est pas susceptible de transmettre une maladie virale. La kératoplastie est qualifiée de lamellaire si on n'enlève et on ne remplace qu'une couche superficielle de la cornée, perforante ou transfixiante lorsque le fragment transplanté correspond à la totalité de l'épaisseur de la cornée. Pour des informations beaucoup plus détaillées, voir le site du SNOF : Syndicat des Ophtalmologistes de France.     Haut de page

Kératoplastie perforante
Ophtalmologie, chirurgie ophtalmique  -  [Angl. : Penetrating keratoplasty]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * plastie : du grec plassein [-plaste, -plastie], façonner ou intervention modifiant les formes ou les rapports des organes. 
    La kératoplastie est plus connue du public sous le nom de greffe de cornée. Cette opération consiste à remplacer une partie ou toute la cornée par une greffe provenant soit du patient lui-même (greffe autologue ou autogreffe - rare), soit d'un donneur. Cette transplantation est pratiquée pour le traitement de pathologies telles que le kératocône (voir ce terme), les abcès et œdèmes de la cornée, les opacités, entre autres.
    Le greffon peut être conservé pendant 5 jours environ, le temps de vérifier qu'il n'est pas susceptible de transmettre une maladie virale. La kératoplastie est qualifiée de lamellaire si on n'enlève et on ne remplace qu'une couche superficielle de la cornée, perforante ou transfixiante lorsque le fragment transplanté correspond à la totalité de l'épaisseur de la cornée. Pour des informations beaucoup plus détaillées, voir le site du SNOF : Syndicat des Ophtalmologistes de France.    Haut de page

Kératoplastie transfixiante
Ophtalmologie, chirurgie ophtalmique  -  [Angl. : Penetrating keratoplasty]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * plastie : du grec plassein [-plaste, -plastie], façonner ou intervention modifiant les formes ou les rapports des organes. 
    La kératoplastie est plus connue du public sous le nom de greffe de cornée. Cette opération consiste à remplacer une partie ou toute la cornée par une greffe provenant soit du patient lui-même (greffe autologue ou autogreffe - rare), soit d'un donneur. Cette transplantation est pratiquée pour le traitement de pathologies telles que le kératocône (voir ce terme), les abcès et œdèmes de la cornée, les opacités, entre autres.
    Le greffon peut être conservé pendant 5 jours environ, le temps de vérifier qu'il n'est pas susceptible de transmettre une maladie virale. La kératoplastie est qualifiée de lamellaire si on n'enlève et on ne remplace qu'une couche superficielle de la cornée, perforante ou transfixiante lorsque le fragment transplanté correspond à la totalité de l'épaisseur de la cornée. Pour des informations beaucoup plus détaillées, voir le site du SNOF : Syndicat des Ophtalmologistes de France.    Haut de page

Kératose
Dermatologie  -  [Angl. : Keratosis]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    Il existe de très nombreuses formes de kératoses, toutes caractérisées par un épaississement de la couche cornée de l'épiderme.  Coupe de peau  situant l'épiderme. Quelques exemples décrits succinctement sur cette page :la kératose arsenicale, la kératose folliculaire contagieuse (syn. : kératose folliculaire acuminée, c'est-à-dire qui se termine en pointe), la kératose dite orthokératosique, la kératose sénile, la kératose obturante, entre autres.     Haut de page

Kératose arsenicale
Dermatologie  -  [Angl. : Arsenical keratosis]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    Il existe de très nombreuses formes de kératoses, toutes caractérisées par un épaississement de la couche cornée de l'épiderme.  Coupe de peau  situant l'épiderme. 
    Dans la kératose arsenicale, des plaques localisées de kératose se développent, suite à une intoxication chronique par l'arsenic (métal). Comme la kératose du goudron, la kératose arsenicale est considérée comme une lésion précancéreuse, souvent palmoplantaire, qu'il faut surveiller attentivement car elle a tendance à dégénérer. Elle débute en général par une mélanodermie, souvent chez les personnes ayant manipulé des pesticides arsenicaux (viticulteurs par ex.).     Haut de page

Kératose du goudron
Dermatologie  -  [Angl. : Keratosis of the tar]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    Il existe de très nombreuses formes de kératoses, toutes caractérisées par un épaississement de la couche cornée de l'épiderme.  Coupe de peau  situant l'épiderme. 
    La kératose du goudron apparaît chez les personnes qui ont été en contact plus ou moins prolongé avec certains composés organiques, comme les hydrocarbures polycycliques aromatiques et en particulier le benzo-3,4-pyrène contenu dans la houille et les goudrons. Ces lésions kérarosiques sont des lésions précancéreuses et peuvent évoluer rapidement en épithéliomas. Comme pour la kératose arsenicale, c'est une pathologie reconnue comme maladie professionnelle.     Haut de page

Kératosique
Dermatologie  -  [Angl. : Keratosic]   Adj.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * osique : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    Il existe de très nombreuses formes de kératoses, toutes caractérisées par un épaississement de la couche cornée de l'épiderme.  Coupe de peau  situant l'épiderme. L'adjectif kératosique se rapporte à la kératose, à la corne ou au tissu corné.     Haut de page

Kératoïde
Dermatologie  -  [Angl. : Keratoid]   Adj.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * oïde : du grec eidos, [-oïde, -oïdal, -oïdien], qui a l’apparence. 
    Il existe de très nombreuses formes de kératoses, toutes caractérisées par un épaississement de la couche cornée de l'épiderme.  Coupe de peau  situant l'épiderme. L'adjectif kératoïde caractérise ce qui ressemble à une kératose ou à du tissu corné, qui en a l'aspect.    Haut de page

Kératose folliculaire contagieuse
Dermatologie  -  [Angl. : Contagious follicular keratosis]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    Il existe de très nombreuses formes de kératoses, toutes caractérisées par un épaississement de la couche cornée de l'épiderme.  Coupe de peau  situant l'épiderme. La kératose folliculaire contagieuse (syn. : kératose folliculaire acuminée, c'est-à-dire qui se termine en pointe) est plus connue sous le nom d'acné cornée. L'éruption kératosique se produit autour des follicules pileux.      Haut de page

Kératose folliculaire acuminée
Dermatologie
  -  [Angl. : Acne cornea]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    Il existe de très nombreuses formes de kératoses, toutes caractérisées par un épaississement de la couche cornée de l'épiderme.  Coupe de peau  situant l'épiderme. La kératose folliculaire contagieuse (syn. : kératose folliculaire acuminée, c'est-à-dire qui se termine en pointe) est plus connue sous le nom d'acné cornée. L'éruption kératosique se produit autour des follicules pileux.      Haut de page

Kératose orthokératosique
Dermatologie  -  [Angl. : Orthokeratosic keratosis]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
      Il existe de très nombreuses formes de kératoses, toutes caractérisées par un épaississement de la couche cornée de l'épiderme.  Coupe de peau  situant l'épiderme. Dans la kératose dite orthokératosique, les cellules épidermiques cornées sont en nombre très anormalement augmenté, mais elles sont anucléées (elles ne possèdent pas de noyau).     Haut de page

Kératose sénile
Dermatologie  -  [Angl. : Senile keratosis]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    Il existe de très nombreuses formes de kératoses, toutes caractérisées par un épaississement de la couche cornée de l'épiderme.  Coupe de peau  situant l'épiderme. 
    La kératose sénile est une affection très fréquente après la cinquantaine. Elle se traduit par des taches brunâtres, sur le dessus des mains, les bras, le visage. Elles ont une structure verruqueuse et sont hyperkératosiques.
    Une autre forme très fréquente : la kératose obturante : il s'agit d'une desquamation du revêtement interne du canal de l'oreille. Ces squames se mélangent au cérumen et constituent un bouchon qualifié d'épidermique. L'usage de cotons tiges trop épais contribue largement à enfoncer ce mélange près du tympan.     Haut de page

Kératose obturante
Dermatologie  -  [Angl. : Otitis externa desquamativa]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques.
    Il existe de très nombreuses formes de kératoses, toutes caractérisées par un épaississement de la couche cornée de l'épiderme.  Coupe de peau  situant l'épiderme. 
    La kératose sénile est une affection très fréquente après la cinquantaine. Elle se traduit par des taches brunâtres, sur le dessus des mains, les bras, le visage. Elles ont une structure verruqueuse et sont hyperkératosiques.
    Une autre forme très fréquente : la kératose obturante : il s'agit d'une desquamation du revêtement interne du canal de l'oreille. Ces squames se mélangent au cérumen et constituent un bouchon qualifié d'épidermique. L'usage de cotons tiges trop épais contribue largement à enfoncer ce mélange près du tympan.     Haut de page

Kératose pilaire
Dermatologie  -  [Angl. : Keratosis pilaris]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques ; * pilaire : du latin pilosus [pil(o)-, pilaire, pileux], poilu ou en rapport avec le poil ; du grec pilos, feutre, ensemble de très fins poils. 
    Comme toutes les kératoses, la kératose pilaire est une affection qui touche la peau mais, dans ce cas particulier, elle se développe à partir des follicules des poils, ce qui lui vaut son nom. C'est une maladie génétique dont on connaît une forme dominante (un seul parent atteint suffit pour que les enfants soient malades) et une forme récessive (les deux parents doivent être atteints pour transmettre la maladie).
    Touchant davantage les femmes (60%) que les hommes, c'est une forme simple et courante de kératose qui se caractérise par une peau très sèche, des squames et des saillies papuleuses (*) acuminées (*) qui apparaissent au niveau des orifices des follicules. Ces squames ont fait penser à des écailles, raison pour laquelle cette kératose fait partie des ichtyoses
(du grec ikhthus [ichty(o)-], poisson). Elle touche surtout les adolescents et se traduit essentiellement sur les bras et les cuisses, parfois le dos, le visage,  par des petites élevures rougeâtres et rugueuses, comme des croûtes.

    Il n'y a pas de traitement miracle, mais une gamme de produits qu'il faut adapter au patient : applications de kératolytiques à base d'urée ou d'acide salicylique, séances d'UVA (sur prescription et sous contrôle médical), homéopathie, gommage de peau (au domicile ou encore mieux en institut), traitement au laser pour les formes rouges ... Chez certaines personnes, le traitement devra se prolonger sur une longue période (plusieurs années) ou même pendant toute la vie, car cette kératose récidive dès l'arrêt des soins.
    Les dermatologues distinguent généralement une forme simple et une forme rouge, lorsque les papules sont rougeâtres.
    (*) Une papule est une petite élévation de la peau, ferme et circonscrite, qui évolue généralement vers une guérison spontanée, sans laisser de cicatrice. Acuminé : adjectif signifiant qui se termine en pointe.     Haut de page

Kératose pilaire simple
Dermatologie  -  [Angl. : Simple keratosis pilaris]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques ; * pilaire : du latin pilosus [pil(o)-, pilaire, pileux], poilu ou en rapport avec le poil ; du grec pilos, feutre, ensemble de très fins poils. 
    Comme toutes les kératoses, la kératose pilaire est une affection qui touche la peau mais, dans ce cas particulier, elle se développe à partir des follicules des poils, ce qui lui vaut son nom. C'est une maladie génétique dont on connaît une forme dominante (un seul parent atteint suffit pour que les enfants soient malades) et une forme récessive (les deux parents doivent être atteints pour transmettre la maladie).
    Touchant davantage les femmes (60%) que les hommes, c'est une forme simple et courante de kératose qui se caractérise par une peau très sèche, des squames et des saillies papuleuses (*) acuminées (*) qui apparaissent au niveau des orifices des follicules. Ces squames ont fait penser à des écailles, raison pour laquelle cette kératose fait partie des ichtyoses
(du grec ikhthus [ichty(o)-], poisson). Elle touche surtout les adolescents et se traduit essentiellement sur les bras et les cuisses, parfois le dos, le visage,  par des petites élevures rougeâtres et rugueuses, comme des croûtes.

    Il n'y a pas de traitement miracle, mais une gamme de produits qu'il faut adapter au patient : applications de kératolytiques à base d'urée ou d'acide salicylique, séances d'UVA (sur prescription et sous contrôle médical), homéopathie, gommage de peau (au domicile ou encore mieux en institut), traitement au laser pour les formes rouges ... Chez certaines personnes, le traitement devra se prolonger sur une longue période (plusieurs années) ou même pendant toute la vie, car cette kératose récidive dès l'arrêt des soins.
    Les dermatologues distinguent généralement une forme simple et une forme rouge, lorsque les papules sont rougeâtres.
    (*) Une papule est une petite élévation de la peau, ferme et circonscrite, qui évolue généralement vers une guérison spontanée, sans laisser de cicatrice. Acuminé : adjectif signifiant qui se termine en pointe.     Haut de page

Kératose pilaire rouge
Dermatologie  -  [Angl. : Keratosis pilaris rubra]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques ; * pilaire : du latin pilosus [pil(o)-, pilaire, pileux], poilu ou en rapport avec le poil ; du grec pilos, feutre, ensemble de très fins poils. 
    Comme toutes les kératoses, la kératose pilaire est une affection qui touche la peau mais, dans ce cas particulier, elle se développe à partir des follicules des poils, ce qui lui vaut son nom. C'est une maladie génétique dont on connaît une forme dominante (un seul parent atteint suffit pour que les enfants soient malades) et une forme récessive (les deux parents doivent être atteints pour transmettre la maladie).
    Touchant davantage les femmes (60%) que les hommes, c'est une forme simple et courante de kératose qui se caractérise par une peau très sèche, des squames et des saillies papuleuses (*) acuminées (*) qui apparaissent au niveau des orifices des follicules. Ces squames ont fait penser à des écailles, raison pour laquelle cette kératose fait partie des ichtyoses
(du grec ikhthus [ichty(o)-], poisson). Elle touche surtout les adolescents et se traduit essentiellement sur les bras et les cuisses, parfois le dos, le visage,  par des petites élevures rougeâtres et rugueuses, comme des croûtes.

    Il n'y a pas de traitement miracle, mais une gamme de produits qu'il faut adapter au patient : applications de kératolytiques à base d'urée ou d'acide salicylique, séances d'UVA (sur prescription et sous contrôle médical), homéopathie, gommage de peau (au domicile ou encore mieux en institut), traitement au laser pour les formes rouges ... Chez certaines personnes, le traitement devra se prolonger sur une longue période (plusieurs années) ou même pendant toute la vie, car cette kératose récidive dès l'arrêt des soins.
    Les dermatologues distinguent généralement une forme simple et une forme rouge, lorsque les papules sont rougeâtres.
    (*) Une papule est une petite élévation de la peau, ferme et circonscrite, qui évolue généralement vers une guérison spontanée, sans laisser de cicatrice. Acuminé : adjectif signifiant qui se termine en pointe.     Haut de page

Kératose séborrhéique
Dermatologie  -  [Angl. : Seborrheic keratosis, keratosis seborrheica]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques.     La kératose séborrhéique est une affection qui se caractérise par une prolifération de petites taches rugueuses et brunâtres, ayant l'aspect de verrues bénignes ou encore de bourgeons recouverts d'une croûte grasse. Ce sont des épaississements épidermiques contenant des kératinocytes chargés de mélanine.
    Les personnes âgées sont les plus fréquemment concernées. Ces lésions apparaissent volontiers sur le tronc et leur coloration peut varier du beige clair au brun sombre. Sur le visage, on peut les confondre, lors de leur apparition, avec des taches actiniques. Si ces kératomes séborrhéiques deviennent gênants, on peut les enlever par chirurgie locale ou cryothérapie. Mais en cas de doute (mélanome par ex.), il faut impérativement consulter un médecin ou un dermatologue.     Haut de page

Kératotomie
Ophtalmologie, chirurgie ophtalmique
  -  [Angl. : Keratotomy]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * tomie : du grec tomê [tom(o)-, -tome, -tomie], section, coupe.  
    La kératotomie est une intervention chirurgicale ophtalmologique qui consiste à inciser la cornée, membrane épaisse et transparente située à l'avant de l'œil. La kératotomie radiaire est une technique utilisée dans le traitement de myopies peu sévères, ne dépassant pas -5 dioptries. Elle consiste à pratiquer des incisions en rayons de la presque totalité de l'épaisseur de la cornée. Il en résulte un aplatissement de la partie centrale de la cornée qui corrige la myopie.
    Cette technique est peu coûteuse mais moins précise que le laser. L'incision se fait avec un bistouri spécial à lame de diamant : le kératotome. Aujourd'hui, la kératotomie est beaucoup moins utilisée et le chirurgien ne pratique plus que 4 petites incisions (mini kératotomie). L'opération se fait surtout avec le laser (Excimer).    Haut de page

Kératotome
Ophtalmologie, chirurgie ophtalmique
  -  [Angl. : Keratotome]   N. m.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * tomie : du grec tomê [tom(o)-, -tome, -tomie], section, coupe.  
    La kératotomie est une intervention chirurgicale ophtalmologique qui consiste à inciser la cornée, membrane épaisse et transparente située à l'avant de l'œil. La kératotomie radiaire est une technique utilisée dans le traitement de myopies peu sévères, ne dépassant pas -5 dioptries. Elle consiste à pratiquer des incisions en rayons de la presque totalité de l'épaisseur de la cornée. Il en résulte un aplatissement de la partie centrale de la cornée qui corrige la myopie.
    Cette technique est peu coûteuse mais moins précise que le laser. L'incision se fait avec un bistouri spécial à lame de diamant : le kératotome. Aujourd'hui, la kératotomie est beaucoup moins utilisée et le chirurgien ne pratique plus que 4 petites incisions (mini kératotomie). L'opération se fait surtout avec le laser (Excimer).    Haut de page

Kératotomie radiaire
Ophtalmologie, chirurgie ophtalmique
  -  [Angl. : Radial keratotomy]   N. f.  *
kérato : du grec keras, keratos, [kéra-, kérat-, kérato], corne, cornée ; * tomie : du grec tomê [tom(o)-, -tome, -tomie], section, coupe.  
    La kératotomie est une intervention chirurgicale ophtalmologique qui consiste à inciser la cornée, membrane épaisse et transparente située à l'avant de l'œil. La kératotomie radiaire est une technique utilisée dans le traitement de myopies peu sévères, ne dépassant pas -5 dioptries. Elle consiste à pratiquer des incisions en rayons de la presque totalité de l'épaisseur de la cornée. Il en résulte un aplatissement de la partie centrale de la cornée qui corrige la myopie.
    Cette technique est peu coûteuse mais moins précise que le laser. L'incision se fait avec un bistouri spécial à lame de diamant : le kératotome. Aujourd'hui, la kératotomie est beaucoup moins utilisée et le chirurgien ne pratique plus que 4 petites incisions (mini kératotomie). L'opération se fait surtout avec le laser (Excimer).    Haut de page