Retour à la page d'accueil  M - TERMINOLOGIE MEDICALE - M  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 9-12-2018

Morph(o)-, -morphe, -morphie, -morphique, -morphisme     De Morphée, dieu des songes : relatif à la morphine, alcaloïde extrait de l’opium. Autre signification : du grec morphê [morph(o)-, -morphie, -morphique, -morphisme], forme.


Morphée - Morphéique - Morphinane - Morphine - Morphine diacétyl - Morphine endogène - Morphinisme - Morphinomane - Morphinomanie - Morphochorèse - Morphochorésis - Morphogène - Morphogenèse - Morphogénétique - Morphogénie - Morphographie - Morphologie - Morphologie externe - Morphologie interne - Morphologique - Morphométrie - Morphométrique - Morphoplasme - Morphopsychologie - Morphopsychologique - Morphose - Morphotype -   
Les termes suivants ont déjà été décrits sur d'autres pages et les liens ci-dessous renvoient directement à ces pages.

Acné polymorphe juvénile - Allélomorphe - Allélomorphisme - Amorphe - Amorphisme - Amorphognosie - Amorphose - Amorphosynthèse - Andromorphe - Andromorphisme - Anthropomorphe - Anthropomorphique - Anthropomorphisme - Anthropomorphologie - Apycnomorphe - Brachymorphe - Coccidiomorphes - Embryomorphe - Idiomorphe - Polymorphe - Polymorphisme - Polymorphocellulaire - Pycnomorphe - Pycnomorphie - Type ectomorphe - Type endomorphe - Type mésomorphe -


Morphée
Dermatologie  -  [Angl. : Morphea]    N. f.  * morphée : de l'italien morfea, du latin médiéval morphaea, peut-être du grec amorphia, aspect repoussant.  
    La morphée est une affection de la peau qui se caractérise par des plaques blanches. Syn. : sclérodermie en plaques. Il s'agit en fait d'une dégénérescence des couches papillaire et réticulaire de la peau, ce qui provoque l'apparition de taches dépigmentées, superficielles, aux contours bien délimités.      Haut de page

Morphéique
Neurophysiologie  -  [Angl. : Morpheic]    Adj.  * morphée : de l'italien morfea, du latin médiéval morphaea, peut-être du grec amorphia, aspect repoussant ; * ique : du grec eikôs [-ique, -(ic)ien, -ienne], semblable, propre à, ou suffixe servant à transformer des substantifs en adjectifs ou en d’autres substantifs.  
    L'adjectif morphéique caractérise  diverses manifestations qui surviennent au moment de l'endormissement ou pendant les différentes phases du sommeil. Ex. l'épilepsie morphéique.
     Haut de page

Morphinane
Chimie organique  -  [Angl. : Morphinane]    N. m.  * morpho : de Morphée, dieu des songes : relatif à la morphine, alcaloïde extrait de l’opium ; * ine : du suffixe -in, -inal(e),  -ine, -inine, servant à transformer un mot ou un adjectif en un autre mot ou substantif ; * -ane : du suffixe -ane qui, en chimie, indique un degré d’insaturation ou un composé de carbones et d’hydrogènes liés entre eux en chaîne par des liaisons simples (alcane).  
    Le morphinane est le noyau de base de toute une série de composés psychotropes proches de la morphine et généralement obtenus par synthèse. Sa formule brute est C16H21N et la classe des morphinanes comprend des analgésiques opiacés, des antitussifs et des hallucinogènes.
      Haut de page

Morphine   Morphine endogène
Algologie, pharmacologie, addictologie  -  [Angl. : Morphine, Endogenous morphine(s)]    N. f.  * morpho :
de Morphée, dieu des songes : relatif à la morphine, alcaloïde extrait de l’opium ; * ine : du suffixe -in, -inal(e),  -ine, -inine, servant à transformer un mot ou un adjectif en un autre mot ou substantif.  
    La morphine est le plus puissant des alcaloïdes de l'opium, extrait du Pavot somnifère (Papaver somniferum), de formule brute C17H19NO3 + H2O. C'est le premier alcaloïde connu (dès 1804) de l'opium qui en contient 8 à 12%. La morphine a la propriété de se fixer sur les récepteurs cellulaires morphiniques ou récepteurs aux opioïdes.
    Ces récepteurs, situés essentiellement au niveau du thalamus et du système limbique, fixent aussi les morphines endogènes
(* endo :
du grec endon [end(o)-], au-dedans ; * gène, genèse : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, génique], naissance, formation, qui engendre) : enképhalines et endorphines fabriquées par notre organisme. La morphine est donc un analogue structural des enképhalines au niveau du site de reconnaissance du récepteur membranaire.
    En se fixant sur les terminaisons synaptiques des fibres C (*), elle empêche l'exocytose des neurotransmetteurs et donc la transmission de la douleur. C'est donc un puissant analgésique, mais qui a des effets secondaires importants, comme la dépendance et la dépression respiratoire.
   Action de la morphine dans la perception et le contrôle de la douleur 

(*)
Dans la classification des fibres nerveuses (voir tableau), il convient de distinguer 2 grands groupes : les fibres nerveuses sensitives qui conduisent les influx nerveux des récepteurs (périphérie) vers le SNC (système nerveux central), donc de façon centripète, et les fibres nerveuses motrices qui, partant du SNC, vont commander les muscles striés et/ou lisses, donc de façon centrifuge.
    Les fibres nerveuses sensitives ou fibres de la sensibilité générale et de la nociception (douleur), sont classées en fonction de leur diamètre (plus il est important, plus la vitesse des influx nerveux y est grande), de la présence - groupe A - ou non - fibres C - de myéline, et de la nature des récepteurs dont elles sont issues.   Les différentes fibres nerveuses   
    Haut de page

Morphine diacétyl
Algologie, pharmacologie, addictologie  -  [Angl. : Diacetylmorphine, heroin]    N. f.  * morpho : de Morphée, dieu des songes : relatif à la morphine, alcaloïde extrait de l’opium ; * ine : du suffixe -in, -inal(e),  -ine, -inine, servant à transformer un mot ou un adjectif en un autre mot ou substantif.  
    La morphine diacétyl ou diacétylmorphine ou
diamorphine, est plus connue sous le nom d'héroïne. Elle est obtenue par acétylation de la morphine, le principal alcaloïde obtenu à partir de l'opium, latex extrait des capsules de papaver somniferum ou Pavot somnifère. Utilisée en milieu médical, elle est aussi une drogue puissamment psychoactive, qui provoque tolérance et forte dépendance physique et psychique.
    Dans la chronologie des découvertes et utilisations, la morphine a été utilisée pour lutter contre la dépendance à l'opium, puis l'héroïne a été conseillée pour lutter contre la dépendance à la morphine. Vendue librement dans les pharmacies, elle a été largement utilisée par les soldats pendant les guerres de Sécession et de 1870. On s'est rapidement rendu compte des dégâts provoqués par l'utilisation de l'héroïne (elle doit son nom au fait que l'on croyait qu'elle n'induisait pas d'accoutumance ...) et les différents états ont légiféré pour essayer d'endiguer ce qui est devenu un véritable fléau tant la dépendance à l'héroïne est puissante.      Haut de page

Morphinisme
Algologie, addictologie  -  [Angl. : Morphinism]    N. m.  * morpho : de Morphée, dieu des songes : relatif à la morphine, alcaloïde extrait de l’opium ; * ine : du suffixe -in, -inal(e),  -ine, -inine, servant à transformer un mot ou un adjectif en un autre mot ou substantif ; * -isme : du suffixe  -isme  servant à former des substantifs.  
    Le morphinisme est l'intoxication  par la morphine, et ce mot s'applique plus spécifiquement aux personnes qui consomment régulièrement de la morphine, c'est-à-dire aux morphinomanes.      Haut de page

Morphinomanie   Morphinomane
Algologie, addictologie  -  [Angl. : Morphinomania, Morphinomane, morphinomaniac]    N. f.  * morpho : de Morphée, dieu des songes : relatif à la morphine, alcaloïde extrait de l’opium ; * ine : du suffixe -in, -inal(e),  -ine, -inine, servant à transformer un mot ou un adjectif en un autre mot ou substantif ; * -manie, -mane : du latin mania [maniaco-, -maniaque, -manie], folie, habitude bizarre.  
    Voir préalablement la définition de morphine. La morphinomanie est l'état de dépendance qui résulte de la consommation abusive et répétée de morphine, dans la recherche de l'euphorie qu'elle procure. Le morphinomane est la personne qui est atteint de cette dépendance.      Haut de page

Morphochorèse   Morphochorésis
Embryologie  -  [Angl. : Morphochoresis]    N. f.  * morpho : du grec morphê [morph(o)-, -morphie, -morphique, -morphisme], forme ; * chorèse, chorésis : du grec khôrein, faire place.  
    En embryologie, la morphochorèse (ou le morphochorésis), désigne une étape caractérisée par des mouvements propres des tissus qui se mettent en place.       Haut de page

Morphogenèse   Morphogénie   Morphogénétique   Morphogène
Embryologie  -  [Angl. : Morphogenesis, morphogeny, Morphogenetic, Morphogen]    N. f.  * morpho : du grec morphê [morph(o)-, -morphie, -morphique, -morphisme], forme ; * genèse, génie, génétique : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, -génie, -génique, -génisme, -génétique], naissance, formation, qui engendre.  
    Pendant la période embryonnaire, la morphogenèse (syn. morphogénie) est le développement et la mise en place des formes et des structures d'un organisme, ainsi que l'étude des lois qui régissent cette évolution. L'adjectif morphogénétique caractérise les grands phénomènes qui se produisent pendant la morphogenèse. L'adjectif morphogène qualifie les agents et les actions qui sont capables d'influencer la forme et la structure des organismes.       Haut de page

Morphologie   Morphologie externe   Morphologie interne   Morphologique   Morphographie 
Anatomie, embryologie  -  [Angl. : Morphology, External morphology, Internal morphology, Morphologic, Morphography]    N. f.  * morpho : du grec morphê [morph(o)-, -morphie, -morphique, -morphisme], forme ; * logie, logique : du grec logos [log(o)-, -logie, -logique, -logiste, -logue] science, discours, raison.  
    La morphologie (ou morphographie, terme qui n'est pratiquement plus utilisé aujourd'hui) est l'étude de la forme et de la structure des êtres vivants et des lois qui les régissent. Elle vise à comprendre les relations qui existent entre les formes et d'autres variables telles que l'adaptation au milieu.
    La morphologie externe étudie plus spécialement la partie visible des organismes, alors que la morphologie interne détaille la forme et la structure des organes internes, accessibles par la dissection ou les différents moyens d'imagerie médicale. L'adjectif morphologique se rapporte à cette étude des formes et des structures. Ex. aspect morphologique.        Haut de page

Morphométrie   Morphométrique
Anatomie, embryologie  -  [Angl. : Morphometry, Morphometric]    N. f.  * morpho : du grec morphê [morph(o)-, -morphie, -morphique, -morphisme], forme ; * métrie, métrique : du grec metron, [-mètre, métr(ie)], mesure.  
    La morphométrie est la mesure des formes des êtres vivants. L'adjectif morphométrique se rapporte à ces mesures de formes.       Haut de page

Morphoplasme
Cytologie  -  [Angl. : Morphoplasm]    N. m.  * morpho : du grec morphê [morph(o)-, -morphie, -morphique, -morphisme], forme ; * plasme : du grec plasma [plasmo-,  -plasme, plasmatique], ouvrage façonné ; en biologie : se rapporte au liquide sanguin ou intracellulaire.  
    Quand on parle de cytoplasme pour désigner le contenu d'une cellule (donc tout ce qui se trouve à l'intérieur de la membrane), on désigne en réalité le hyaloplasme ou hyaloplasma ou cytosol - de l’anglais sol [-sol], signifiant solution, dispersion d’un liquide et/ou d’un solide dans un gaz, ou d’un solide dans un liquide.
    C'est une phase pratiquement liquide, dans laquelle baignent tous les organites et inclusions de la cellule : réticulum endoplasmique, appareil de Golgi, ribosomes, mitochondries etc. C'est l'ensemble de ces organites qui est appelé morphoplasme.        Haut de page

Morphopsychologie   Morphopsychologique
Morphologie, psychologie  -  [Angl. : Morphopsychology, Morphopsychological]    N. f.  * morpho : du grec morphê [morph(o)-, -morphie, -morphique, -morphisme], forme ; * psycho : du grec  psukhê [psych-, psych(o)-, -psychie], anc. souffle, auj. esprit, âme ; * logie : du grec logos [log(o)-, -logie, -logique, -logiste, -logue] science, discours, raison.  
    La morphopsychologie est un système psychologique qui est fondé sur la déduction de caractéristiques psychiques à partir de la structure morphologique du sujet. Pour de nombreux spécialistes de cette discipline, il s'agit essentiellement d'étudier le modelé des visages. L'adjectif morphopsychologique se rapporte à cette relation entre psychologie et morphologie d'un sujet.       Haut de page

Morphose
Anatomie, embryologie  -  [Angl. : Morphosis]    N. f.  * morpho : du grec morphê [morph(o)-, -morphie, -morphique, -morphisme], forme ; * ose : suffixe servant à transformer une racine en un substantif.  
    La morphose est le développement d'un organe ou d'une structure organique.         Haut de page

Morphotype
Anatomie, morphologie  -  [Angl. : Morphotype]    N. m.  * morpho : du grec morphê [morph(o)-, -morphie, -morphique, -morphisme], forme ; * type : du grec tupos [-type, -typie, -typique], empreinte, modèle.  
    Le morphotype est l'ensemble des caractéristiques physiques naturelles qui permettent de classer un individu. Dans la classification, dite de W. H. Sheldon (médecin psychologue américain 1899 - 1977) on distingue 3 types corporels principaux auxquels sont associés 3 types psychologiques (tableau ci-dessous). Mais il existe bien d'autres classifications. Pour plus de détails, voir "type"   Les différents morphotypes        Haut de page