Retour à la page d'accueil  M - TERMINOLOGIE MEDICALE - M  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 3-03-2020

Mast(o)-,         Du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein.  L'élément "mast(o)-" est synonyme de sén(o)- et de mamm(o)-.
Mastoïd(o)-     Du grec mastoeides, partie postéro-inférieure de l'os temporal. Le mot grec "mastoeides" est formé de masto [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein et du grec eidos, [-oïde, -oïdal], qui a l’apparence : relatif à la mastoïde, saillie de l'os temporal en forme de mamelon.
Sein, sén(o)-  Du latin sinus, pli concave, courbe et, par extension, poitrine de la femme. Au XVIIe siècle, le mot sein s'est spécialisé pour désigner le sein féminin en tant qu'il sert à l'allaitement, d'où prendre le sein, "téter" et donner le sein.


Mastalgie - Mastectomie - Mastite - Mastoattical - Mastocyte - Mastocytome - Mastocytose - Mastocytose cutanée - Mastocytose cutanée diffuse - Mastocytose systémique - Mastodynie - Mastographe - Mastographie - Mastoïde - Mastoïdectomie - Mastoïdien - Mastoïdite - Masoïdotomie - Mastologie - Mastologue - Mastopathie - Mastopexie - Mastoplasie - Mastoplastie - Mastoptose - Mastorragie - Mastose - Mastotomie
Sein - Sénographe - Sénographie - Sénographique - Sénologie - Sénologique - Sénologiste - Sénologue -


Mastalgie   Mastodynie
Gynécologie obstétrique, algologie
  -  [Angl. : Mastalgia, Mastodynia]    N. f.  * masto :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * algie : du grec algos [algo-, -algie, -algique], douleur.  
    La mastalgie désigne toute douleur, de la simple tension à la douleur vraie, ressentie dans les seins. Structure du sein  Cette douleur peut être unilatérale ou bilatérale, avoir une origine localisée à la glande mammaire (douleur prémenstruelle : c'est la mastalgie cyclique) ou une origine plus éloignée, par exemple au niveau de la colonne vertébrale. Dans ce cas, elle peut être due à une cyphose qui fait alors apparaître des points douloureux sur le trajet des 4e et 5e nerfs intercostaux. Syn. : mastodynie, mammalgie.      Haut de page

Mastectomie
Chirurgie gynécologique
  -  [Angl. : Mastectomy]    N. f.  * masto :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * ectomie : du grec ektomê [ectomie], ablation. 
    C'est l'ablation chirurgicale de toute la glande mammaire. Si l'ablation est partielle et localisée à la tumeur et à son environnement immédiat, on parle de tumorectomie. Elle est généralement suivie d'une radiothérapie et éventuellement de l'ablation des ganglions lymphatiques de l'aisselle.
    Le stade suivant est la mastoplastie ou reconstruction chirurgicale du sein. Dans ces opérations, généralement pratiquées pour éliminer une ou plusieurs tumeurs malignes, le facteur psychologique est très important, tant le sein est devenu symbole de féminité, surtout chez les femmes jeunes qui doivent subir cette ablation, vécue comme une mutilation.       Haut de page

Mastite
G
ynécologie obstétrique  -  [Angl. : Mastitis]    N. f.  * masto :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * ite : du grec -itis [-ite], suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire. 
    Inflammation de la glande mammaire. Les causes peuvent être nombreuses et les manifestations très variées. On l'appelle aussi abcès du sein quand elle est aig
üe, car elle est souvent due à l'apparition d'un foyer purulent faisant suite à une infection. Le sein est alors dur, chaud, rouge, sensible et douloureux. Si l'écoulement de pus se fait par le mamelon, l'allaitement doit immédiatement être interrompu et un traitement antibiotique suivi rigoureusement. Ce type de mastite aigüe peut même nécessiter une intervention chirurgicale.
    Autre type de mastite : la mastite granulomateuse idiopathique (MGI) : c'est une inflammation généralement bénigne qui se traduit par un nodule dans le sein. Avant toute confusion avec un cancer, l'examen histologique doit être pratiqué. Le traitement se fait par AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens), cortisone ou colchicine. Dans certains cas, il faut procéder à une ablation chirurgicale du nodule. Cette MGI peut évoluer de façon chronique.      Haut de page

Mastoattical
Otorhinolaryngologie
  -  [Angl. : Masto-attical]    Adj.  * masto :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * attical : du latin atticus, du grec attikos, étage terminal d’un édifice ; en anatomie, étage supérieur de la caisse du tympan. 
    Relatif à la mastoïde, apophyse en forme de mamelon, située à la partie inférieure et postérieure de l'os temporal et à l'attique, partie supérieure de la caisse du tympan, qui contient la tête du marteau et l'enclume (3 des 3 osselets de l'oreille interne). La voie mastoatticale est souvent choisie par les praticiens pour accéder à l'oreille moyenne (caisse du tympan).        Haut de page

Mastocyte
Hématologie, médecine biologique, génétique
  -  [Angl. : Mastocyte, mast cell]    N. m.  * masto :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * cyte : du grec kutos [cyto-, -cyte], cellule.  
    C'est un leucocyte (globule blanc) que l'on ne trouve normalement qu'en petit nombre dans la moelle osseuse. Ils sont normalement absents dans le sang mais nombreux dans les tissus en contact avec le milieu extérieur, constituant des sous-populations selon l'organe concerné, exprimant tous l'antigène CD 34 et le récepteur C-kit.
    Leurs rôles sont nombreux : phagocytose, présentation de l'antigène aux lymphocytes, destruction des bactéries, recrutement et activation des autres leucocytes. Lors d'une activation par contact entre les IgE présentes sur leur membrane et l'allergène spécifique de cette IgE, leurs granules libèrent (dégranulation) des médiateurs de l'inflammation : histamine et héparine, interleukine 4, protéases, prostaglandines, enzymes.      Haut de page

Mastocytome
Hématologie, médecine biologique, dermatologie
  -  [Angl. : Mastocytoma]    N. m.  * masto :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * cyto : du grec kutos [cyto-, -cyte], cellule ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction. 
    Tumeur cutanée rare, dans laquelle on trouve à l'examen histologique, une importante infiltration de cellules inflammatoires, avec neutrophiles et éosinophilies. La tumeur est agressive et doit être excisée chirurgicalement avec des marges larges.       Haut de page

Mastocytose   Mastocytose cutanée   Mastocytose cutanée diffuse   Mastocytose systémique
Hématologie, médecine biologique, dermatologie
  -  [Angl. : Mastocytosis, Cutaneous mastocytosis, Diffuse cutaneous mastocytosis, Systemic mastocytosis]    N. f.  * masto :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * cyto : du grec kutos [cyto-, -cyte], cellule ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques.
    La plupart des mastocytoses sont bénignes. Elles se manifestent par une accumulation anormale de mastocytes, principalement au niveau de la peau (mastocytoses cutanées) et leur manifestation est due à la libération (dégranulation) du contenu de leurs granules : urticaire, prurit, mastocytomes, télangiectasie. Plusieurs autres organes peuvent également être concernés à des degrés divers : squelette et moelle osseuse, estomac, intestins, foie et rate, ganglions et sang.
    Dans la mastocytose cutanée diffuse, heureusement plus rare, tout le corps est touché. La peau devient jaunâtre, s'épaissit. On connaît une forme maligne heureusement très rare, induisant une leucémie.  Il existe une "Association Française pour les Initiatives de Recherche sur les Mastocytes et les Mastocytoses créée le 3 juin 1999 (parution au Journal Officiel du 26 Juin 1999). Elle a pour but de regrouper le maximum de patients atteints de mastocytoses cutanées et systémiques et de soutenir toutes les recherches permettant de mieux comprendre la physiopathologie des mastocytoses et de définir un ou des traitements symptomatiques ou spécifiques efficaces".     Haut de page.

Mastographie    Mastographe    Sénographe    Sénographie    Sénologique
Imagerie médicale et interventionnelle, gynécologie obstétrique  -  [Angl. : Mastography]    N. f.  * masto : du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * graphie : du grec graphein [-graphe, -graphie, -graphique, graph(o)-], écrire. 
    Ce terme est synonyme de mammographie ou sénographie (terme moins utilisé) : examen radiologique du sein utilisant les rayons X. Le sein est compressé entre 2 plaques puis radiographié sous plusieurs angles. Le but de cet examen est de dépister des tumeurs non décelables à la palpation. Un mammographe nouvelle génération 
    Aujourd'hui, une nouvelle technique tend à se développer : la mammographie numérique. Le film est remplacé par des capteurs qui numérisent l'image. Celle-ci est immédiatement observable sur un ordinateur et l'on peut faire varier la luminosité, le contraste, le grossissement, ce qui rend cet examen bien plus fiable que la mammographie "classique". Une mammographie  Autre avantage pour les patientes : l'examen est plus rapide (moins de deux minutes), donc moins de rayons X et plus de confort.
    L'adjectif sénologique (comme dans un examen sénologique par ex.), qualifie ce sui se rapporte au sein. Il est synonyme de mammographique.      Haut de page

Mastoïde
Anatomie
  -  [Angl. : Mastoid]    Adj. et n. f.  * mastoïdo :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein et du grec eidos, [-oïde, -oïdal], qui a l’apparence : relatif à la mastoïde, saillie de l'os temporal en forme de mamelon. 
    L'apophyse (saillie) mastoïde doit son nom à sa forme de mamelon et est située à la partie inférieure et postérieure de l'os temporal. Emplacement de la mastoïde  On peut facilement repérer la mastoïde au toucher, en arrière de l'oreille. Elle est creusée de cavités remplies d'air : les cellules mastoïdiennes, qui s'ouvrent dans l'antre mastoïdien et jouent un rôle important dans la fonction auditive.
    La mastoïde est le point d'insertion du muscle sternocléidomastoïdien et présente une gouttière ou rainure dite digastrique, dans laquelle s'insère le ventre postérieur du muscle digastrique
; l'autre partie ou ventre antérieur s'insère près de l'apophyse géni à la partie postérieure du maxillaire inférieur.     Haut de page

Mastoïdectomie
Otorhinolaryngologie, chirurgie ORL
  -  [Angl. : Mastoidectomy]    N. f.  * mastoïdo :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein et du grec eidos, [-oïde, -oïdal], qui a l’apparence : relatif à la mastoïde, saillie de l'os temporal en forme de mamelon ; * ectomie : du grec ektomê [ectomie], ablation. 
    Trépanation de l'apophyse mastoïde (saillie située en arrière et en bas de l'os temporal, juste derrière l'oreille), permettant l'accès à l'oreille moyenne. Cette opération est pratiquée notamment dans le cas d'otites chroniques avec choléastome ou choléstéatome et/ou fissure labyrinthique.
    Elle permet, dans la plupart des cas de restaurer le labyrinthe et de récupérer une partie de l'audition. La mastoïdectomie peut également être pratiquée pour une tympanoplastie, réparation chirurgicale du tympan ou pour collecter le pus qui se forme dans l'oreille moyenne lors d'otites chroniques.     Haut de page

Mastoïdien
Anatomie, ostéologie
  -  [Angl. : Mastoidal]    Adj. et n. f.  * mastoïdo :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein et du grec eidos, [-oïde, -oïdal], qui a l’apparence : relatif à la mastoïde, saillie de l'os temporal en forme de mamelon. 
    Qui se rapporte à l'apophyse mastoïde, excroissance de l'os temporal située dans sa partie inférieure et postérieure. A titre d'exemple, le muscle sternocléidomastoïdien qui permet l'inclinaison latérale, la rotation et la flexion du cou
, a son attache proximale sur l'apophyse mastoïde. On dit aussi : apophyse mastoïdienne.       Haut de page

Mastoïdite
Otorhinolaryngologie
  -  [Angl. : Mastoiditis]    N. f.  * mastoïdo :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein et du grec eidos, [-oïde, -oïdal], qui a l’apparence : relatif à la mastoïde, saillie de l'os temporal en forme de mamelon ; * ite : du grec -itis [-ite], suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire. 
    Inflammation de la mastoïde ou apophyse mastoïde, excroissance de l'os temporal située dans sa partie inférieure et postérieure, juste derrière l'oreille. La mastoïdite résulte souvent d'une otite aig
üe, avec collection de pus dans l'oreille moyenne, qui peut s'étendre aux os du crâne.       Haut de page

Mastoïdotomie
Otorhinolaryngologie, chirurgie ORL
  -  [Angl. : Mastoidotomy]    N. f.  * mastoïdo :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein et du grec eidos, [-oïde, -oïdal], qui a l’apparence : relatif à la mastoïde, saillie de l'os temporal en forme de mamelon ; * tomie : du grec tomê [tom(o)-, -tome, -tomie], section, coupe. 
    Incision chirurgicale (ouverture) de la mastoïde ou apophyse mastoïde, excroissance de l'os temporal située dans sa partie inférieure et postérieure, juste derrière l'oreille. La mastoïdotomie ne diffère que très peu de la mastoïdectomie et, comme elle, permet l'accès à l'oreille moyenne. Cette opération est pratiquée notamment dans le cas d'otites chroniques avec choléastome ou choléstéatome et/ou fissure labyrinthique.      Haut de page

Mastologie   Mastologue    Sénologie    Sénologiste    Sénologue
Gynécologie obstétrique
  -  [Angl. : Mastology, Mastologist]    N. f.  * masto : du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * logie : du grec logos [log(o)-, -logie, -logique, -logiste, -logue] science, discours, raison. 
    La mastologie ou sénologie est l'étude de toutes les pathologies de la glande mammaire. Le mastologue ou sénologue ou sénologiste (termes moins employés) est le médecin spécialisé dans l'étude et les soins des pathologies de la glande mammaire. Syn. mammalogie, mammalogiste, sénologie.      Haut de page

Mastopathie
Gynécologie obstétrique
  -  [Angl. : Mastopathy]    N. f.  * masto :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * pathie : du grec pathos [-pathie, -pathique, -pathe, patho-], souffrance, changement accidentel. 
    Terme générique désignant toutes les pathologies du sein, quelles qu'en soient les causes et les manifestations. Syn. : maladie du sein.      Haut de page

Mastopexie
Chirurgie gynécologique, gynécologie obstétrique
  -  [Angl. : Mastopexy]    N. f.  * masto :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * pexie : du grec pexis [-pexie], fixation. 
    Fixation chirurgicale du sein, après une ptose par exemple. C'est la technique chirurgicale qui permet de remonter et de fixer un sein qui "tombe", de réduire la taille d'une aréole jugée trop grande, voire d'augmenter la taille des seins s'ils sont devenus trop petits ou de les réduire dans le cas contraire. La mastopexie est pratiquée sous anesthésie générale.     Haut de page

Mastoplasie
Gynécologie
obstétrique, imagerie médicale et interventionnelle  -  [Angl. : Mastoplasia]    N. f.  * masto :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * plasie : du grec plasis,  plassein [-plasie], action de façonner, modeler. 
    La mastoplasie est une hyperplasie (prolifération de cellules normales dans un tissu ou un organe) de l'épithélium des acini mammaires. Un acinus est une glande qui sécrète sa production par un orifice ou un canal. Cette mastoplasie est un phénomène de réaction aux hormones ovariennes (œstrogènes et progestérone).       Haut de page

Mastoplastie
Chirurgie gynécologique, gynécologie obstétrique
  -  [Angl. : Mastoplasty]    N. f.  Syn. : mammoplastie. * masto :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * plastie : du grec plassein [-plaste, -plastie], façonner ou intervention modifiant les formes ou les rapports des organes.
    Intervention de chirurgie réparatrice utilisée pour redonner au sein une forme "acceptable", soit dans le cas d'une ptose (affaissement) avec relâchement de la peau, soit pour reconstruire
le sein après mastectomie. Cette reconstruction est surtout envisagée quand le traitement d'un cancer ordinaire comporte une ablation complète du sein, peau et mamelon compris.
    Lorsque la peau et les muscles laissés par la mastectomie sont de bonne qualité, et notamment lorsqu'ils n'ont pas été irradiés, la reconstruction peut être faite simplement grâce au volume apporté par l'introduction d'une prothèse. En général en gel de silicone, cette prothèse est implantée entre le muscle grand pectoral, en avant, et le muscle petit pectoral et la paroi du thorax en arrière. On peut aussi utiliser des réservoirs "expandeurs" que l'on remplit progressivement après l'opération en y injectant du sérum.

    La reconstruction de l'aréole et du mamelon est faite dans un deuxième temps, deux à trois mois après le temps principal. Elle peut être réalisée sous anesthésie locale et sans hospitalisation. L'aréole (peau pigmentée entourant le mamelon) est facile à reproduire avec une greffe de peau prélevée dans une région plus pigmentée telle que l'aine ; mais cette pigmentation tend à s'atténuer avec le temps et on préfère aujourd'hui tatouer la peau avec un pigment stérile de couleur adaptée à celle de l'aréole opposée.
    Le relief mamelonnaire est plus difficile à reproduire, malgré de nombreuses techniques dont aucune n'est parfaite. Cette reconstruction aréolo-mamelonnaire joue un rôle important dans l'impression finale de symétrie et le résultat esthétique global. Dans plus de la moitié des cas, une opération sur l'autre sein donne une meilleure symétrie      Haut de page

Mastoptose
Gynécologie obstétrique, chirurgie gynécologique
  -  [Angl. : Mastoptosis]    N. f.  * masto :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * ptose : du grec ptôsis [-ptose], chute des organes, due au relâchement des muscles ou des ligaments).     Relâchement excessif des seins qui "tombent". Les causes essentielles sont l'hypertrophie des glandes mammaires, on un amaigrissement excessif. Si la ptose est importante, elle peut être corrigée par mastoplastie, c'est-à-dire réparation chirurgicale.      Haut de page

Mastorragie
Gynécologie obstétrique, chirurgie gynécologique, imagerie médicale et interventionnelle
  -  [Angl. : Mastorrhagia]    N. f.  * masto :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * rragie : du grec rhagê [-rragie], éruption, jaillissement. 
    Une mastorragie est un écoulement anormal de sang par le mamelon du sein. Il peut correspondre à la présence d'une tumeur qui atteint les capillaires sanguins, par exemple. 
      Haut de page

Mastose
Gynécologie obstétrique, chirurgie gynécologique, imagerie médicale et interventionnelle
  -  [Angl. : Mastosis]    N. f.  * masto :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    Terme générique qui regroupe de nombreuses pathologies non inflammatoires et non tumorales du sein. L'une des plus fréquentes consiste en zones dures à la palpation, qui correspondent à un ou plusieurs kystes bénins. La zone présente des lobules hyperplasiques et des lobules atrophiques galactophores dilatés. La surveillance est toutefois de rigueur.     Haut de page

Mastotomie
Gynécologie obstétrique, chirurgie gynécologique
  -  [Angl. : Mastotomy]    N. f.  * masto :
du grec mastos [mast(o)-, -mastie], mamelle, relatif au sein ; * tomie : du grec tomê [tom(o)-, -tome, -tomie], section, coupe. 
    Incision chirurgicale du sein, pratiquée dans le but d'extraire un kyste ou une tumeur, ou pour une opération de chirurgie plastique : reconstruction d'un sein, réduction ou augmentation de la taille, réduction de l'aréole, entre autres.       Haut de page

Sein
Anatomie, gynécologie obstétrique  -  [Angl. : Breast, mammary gland]   N. m. * sein : du latin sinus, pli concave, courbe et, par extension, poitrine de la femme ; * glande : du latin glandula, de glans, glandis, gland ; en médecine, une glande est un organe destiné à élaborer certaines substances à l’extérieur du corps ou dans le milieu intérieur ; * mammo : du latin mamma [mamm(o)-], mamelle, relatif au sein ; * aire : du suffixe -aire d’origine latine, servant à former un substantif à partir d’une racine.  
    Les glandes mammaires ou seins sont essentiellement formés d'une vingtaine de lobes glandulaires noyés dans un tissu graisseux. Entouré de l'aréole, zone plus pigmentée et légèrement déformée par les orifices des glandes sébacées et des glandes sudoripares, le mamelon est une saillie de forme plus ou moins conique ou cylindrique, qui est situé au milieu du sein.
    Formé de tissus érectiles, il est le point de convergence des canaux galactophores. Lorsque le bébé tète, la stimulation mécanique provoque la naissance de messages nerveux qui produisent la sécrétion de prolactine et d'ocytocine, responsables de la sécrétion et de l'éjection du lait.  Structure du sein       Mécanisme de la lactation          Haut de page