Retour à la page d'accueil  O - TERMINOLOGIE MEDICALE - O  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 4-11-2018

Onych(o)-     Du grec onux [onych(o)-, -onychie], ongle, sabot. Le mot grec contient une racine indoeuropéenne "°nogh-" qui peut rendre compte de l'ancien allemand "negal", actuellement "Nagel", et de l'anglais "nail".


Onychalgie - Onychatrophie - Onychauxis - Onychie - Onychie latérale - Onychisation - Onychite - Onychoclasie - Onychocryptose - Onychodynie - Onychodystrophie - Onychogène - Onychogenèse - Onychographe - Onychographie - Onychogryphose - Onychogrypose - Onychoïde - Onycholyse - Onycholytique - Onychomadèse - Onychomalacie - Onychome - Onychomycose - Onycho-ostéodysostose - Onycho-ostéodysplasie - Onychopachydermopériostite psoriasique - Onychopatellaire - Onychopathie - Onychophage - Onychophagie - Onychophose - Onychoptose - Onychorhode - Onychorrhexis - Onychoschisis - Onychoschizie - Onychose - Onychotillomanie - Onychotomie - Onychotrophie - Onyxis

Onychalgie   Onychodynie
Dermatologie, algologie, podologie pédicurie  - 
[Angl. : Onychalgia, Onychodynia]   N. f.  * onycho : du grec onyx [onych(o)-, -onychie], ongle, sabot ; * algie : du grec algos [algo-, -algie, -algique], douleur et du grec odunê [-odynie], douleur. 
    L'onychalgie (syn. onychodynie) désigne toute douleur ressentie au niveau d'un ou plusieurs ongles, quelles qu'en soit les causes et les manifestations. Structure de l'ongle  Parmi les causes les plus fréquentes, on peut citer l'onychie ou inflammation de la matrice unguéale, l'incarnation de l'ongle, l'onychome qui est la présence d'une tumeur sous l'ongle ou sur le côté de l'ongle, l'onychomycose, affection due au développement de Candida albicans ou d'autres champignons.       Haut de page

Onychatrophie   Onychodystrophie   Onychotrophie   Onychose   Onychauxis
Dermatologie, algologie, podologie pédicurie  - 
[Angl. : Onychatrophia, Onychodystrophia, Onychotrophy, Onychosis, Onychauxis]   N. f.  * onycho : du grec onyx [onych(o)-, -onychie], ongle, sabot ; * a- : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * trophie : du grec trophê [troph(o)-,  -trophie], nourriture, développement. 
    L'onychatrophie est le développement insuffisant des ongles pouvant aller jusqu'à leur absence totale ou anonychie. Dans certain
s cas, une cause génétique a été mise en évidence. Toute anomalie de la croissance des ongles est une onychodystrophie (du préfixe grec dus [dys-], marquant une idée de difficulté). Il peut s'agir d'une croissance très ralentie ou au contraire accélérée en longueur et/ou en épaisseur.
    L'onychotrophie est la nutrition de l'ongle, c'est-à-dire l'ensemble des processus cellulaires qui permettent aux cellules de la matrice unguéale de fonctionner et de créer normalement l'ongle. Enfin, le terme onychose désigne toutes les pathologies relatives à la nutrition de l'ongle.
    À l'inverse de l'onychatrophie, l'onychauxis
(du latin augeo, auxi, auctum,  [-auxis], croître, augmenter, agrandir, grossir) est la croissance excessive, l'hypertrophie d'un ou plusieurs ongles.      Haut de page

Onychie   Onychie latérale   Onychocryptose   Onychite
Dermatologie, podologie pédicurie, pharmacologie, chirurgie générale  - 
[Angl. : Onychia, Lateral onychia, Onychocryptosis, Onychitis]   N. f.  * onychie : du grec onyx [onych(o)-, -onychie], ongle, sabot. 
    L'onychie ou onychite désigne plusieurs pathologies. En général, il s'agit de l'inflammation de la matrice unguéale, située sous la peau, à la limite postérieure entre l'ongle et la peau. Une autre pathologie bien connue et qui touche essentiellement le gros orteil, est l'ongle incarné ou onychie latérale.
    Les causes sont bien connues : il s'agit d'une succession de microtraumatismes externes, comme des chaussures trop serrées par exemple. Il en résulte la formation d'un bourrelet cutané rouge et douloureux qui va progressivement recouvrir le bord de l'ongle. Par la suite, ce bourrelet peut s'infecter ou se transformer en une tumeur bénigne pouvant nécessiter une intervention chirurgicale.
    Mais avant d'en arriver à cette intervention, il existe toute une gamme de soins, allant des petits coins pour relever le bord de l'ongle incarné, en passant par des produits pour ramollir l'ongle et bien sûr des anti-inflammatoires. Il existe un autre terme, qui n'est pratiquement plus utilisé, pour désigner un ongle incarné : c'est l'onychocryptose (du grec kruptos [crypt(o)-], caché et du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques).       Haut de page

Onychogenèse   Onychogène   Onychisation
Dermatologie, podologie pédicurie  - 
[Angl. : Onychogenesis, Onichogenic, Onychization]   N. f.  * onycho : du grec onyx [onych(o)-, -onychie], ongle, sabot ; * genèse : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, génique], naissance, formation, qui engendre. 
    L'onychogenèse est l'ensemble des processus qui permettent la fabrication de l'ongle. Sous la peau de la partie postérieure de l'ongle, la matrice est l’organe de production de l’ongle ; elle correspond à une lame transversale très fine (de 1 à 2 mm), qui fabrique une substance onychogène. L'onychogenèse peut être affectée par de nombreux facteurs : infections bactériennes ou mycoses, traumatismes de la tablette (qui contient la matrice) ou de la phalangette.
    En fait, tout ce qui peut irriter ou carencer un des éléments satellite de l'ongle, va le modifier. Ces déformations vont durer jusqu'à ce qu'elles atteignent la partie distale et soient coupées, soit donc trois à douze mois voire plus, car chez les personnes âgées, les ongles poussent moins vite. L'onychisation est l'apparition anormale d'un ongle sur la peau (épiderme) ou d'une substance identique à la kératine unguéale. Cette anomalie se produit le plus souvent au niveau du petit orteil.       Haut de page

Onychographe   Onychographie
Dermatologie, podologie pédicurie  - 
[Angl. : Onychograph, Onychography]   N. m.  * onycho : du grec onyx [onych(o)-, -onychie], ongle, sabot ; * graphe : du grec graphein [-graphe, -graphie, -graphique, graph(o)-], écrire. 
    L'onychographe est un appareil spécialement adapté pour mesurer la pression des capillaires sanguins au niveau des ongles. L'onychographie est la mesure de la pression sanguine des capillaires au niveau des ongles à l'aide d'un onychographe.       Haut de page

Onychogryphose   Onychogrypose
Dermatologie, podologie pédicurie  - 
[Angl. : Onychogryphosis, onychogryposis]   N. f.  * onycho : du grec onyx [onych(o)-, -onychie], ongle, sabot ; * grypo : du latin grypos [gryp(o)-, gryp(o)-], recourbé, crochu ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    L'onychogryphose ou onychogrypose est l'épaississement anormal d'un ou plusieurs ongles. Cette pathologie se rencontre plus généralement sur les ongles des pieds et particulièrement aux gros orteils, mais elle peut aussi toucher les mains. Les causes sont nombreuses : vieillissement des ongles, traumatismes externes répétés, mais aussi circulation veineuse insuffisante, psoriasis, mycoses, entre autres.
    Dans certains cas, les ongles très épais se recourbent comme de véritables griffes, vers le bas ou vers le haut et prennent une coloration brune. Le traitement peut consister en l'application de substances kératolytiques qui vont ramollir l'ongle ou en meulages (pratiqués de préférence par un podologue pédicure). Une autre solution concerne à retirer chirurgicalement la matrice de l'ongle.       Haut de page

Onycholyse   Onycholytique   Onychotomie
Dermatologie, podologie pédicurie, chirurgie générale  - 
[Angl. : Onycholysis, Onycholytic, Onychotomy]   N. f.  * onycho : du grec onyx [onych(o)-, -onychie], ongle, sabot ; * lyse : du grec lusis [lyso-, -lys, lysi-, -lyse, -lytique], dissolution. 
    L'onycholyse est le décollement pathologique d'un ou plusieurs ongles, partiellement ou en totalité. Il existe de nombreuses causes : traumatismes dus au travail manuel, emploi sans protection de certains produits chimiques ou cosmétiques (onycholytiques), certaines dermatoses comme le psoriasis, les mycoses, sans oublier l'action de certains médicaments comme des antibiotiques, et des immunosuppresseurs.
    On connaît aussi certaines formes génétiques d'oncholyse. Compte tenu du risque de surinfection au niveau de la zone décollée, le traitement consiste en une onychotomie : incision et ablation de la partie concernée de l'ongle qui, une fois la cause traitée, repoussera avec une adhérence normale.       Haut de page

Onychomalacie   Onychoclasie   Onychoptose   Onychorrhexis   Onychoschizie   Onychoschisis  Onychomadèse
Dermatologie, podologie pédicurie, chirurgie générale  - 
[Angl. : Onychomalacia, Onychoclasis, Onychoptosis, Onychorrhexis, Onychoschizia, Onychoschisis, Onychomadesis]   N. f.  * onycho : du grec onyx [onych(o)-, -onychie], ongle, sabot ; * malacie : du grec malakia, malakos [malac(o)-, -malacie], mollesse, mou. 
    L'onychomalacie est le ramollissement excessif et pathologique des ongles. Elle peut être due à un contact prolongé avec certaines substances ou à la prise de quelques médicaments.
    L'onychoclasie (du grec klastos [-clasie, -claste], briser), est la rupture d'un ou plusieurs ongles, alors l'onychoptose (du grec ptôsis [-ptose], chute (des organes, due au relâchement des muscles ou des ligaments), ou onychomadèse
(du latin madeo [-madèse], être humide, trempé, fondre, ramollir) désigne la chute des ongles, dans ce dernier cas après une onychomalacie.
    L'onychorrhexis (du grec rhexis [-rrhexie], cassure, brisure), fragilité anormale des ongles qui se fissurent longitudinalement, et l'onychoschisis ou onychoschizie (du grec skhizein [schiz(o)-], fendre, diviser), fissuration et décollement des ongles, sont souvent liées et dues à des traumatismes.
       Haut de page

Onychome
Dermatologie, podologie pédicurie, chirurgie générale  - 
[Angl. : Onychoma]   N. m.  * onycho : du grec onyx [onych(o)-, -onychie], ongle, sabot ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction. 
      Un onychome est une tumeur de l'ongle, qui se développe fréquemment à partir du lit unguéal. Selon l'importance, la gêne et la douleur occasionnées par cette tumeur, le médecin peut envisager une ablation chirurgicale.       Haut de page

Onychomycose
Dermatologie, podologie pédicurie, pharmacologie, chirurgie générale  - 
[Angl. : Onychomycosis]   N. f.  * onycho : du grec onyx [onych(o)-, -onychie], ongle, sabot ; * myco : du grec mukês [myc(o)-, mycét(o)-, -myce, -mycine, -mycète], champignon ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques.  
    On qualifie d'onychomycose toute affection d'un ou plusieurs ongles due à un champignon, qu'il s'agisse de levure (champignons unicellulaires), ou de moisissure (filaments). Les conséquences de l'onychomycose peuvent être très variées : soulèvement de l'ongle, décoloration ou couleur inhabituelle, présence de taches, mais aussi décollement voire même suppuration.
    Avant d'entreprendre un traitement, il est donc nécessaire de déterminer l'agent responsable. Les soins varient de la simple application de produits antimycosiques ou/et d'onycholytiques, jusqu'à l'ablation de l'ongle pour permettre des soins efficaces et une repousse normale (environ 6 mois pour un ongle de la main, un an pour l'ongle du gros orteil du pied).
      Haut de page

Onycho-ostéodysplasie   Onycho-ostéodysostose   Onychopatellaire
Génétique, dermatologie, rhumatologie  - 
[Angl. : Osteo-onychodysplasia, onychoosteodysplasia, Onycho-osteodysostosis, Nail-patella (syndrome)]   N. f.  * onycho : du grec onyx [onych(o)-, -onychie], ongle, sabot ; * ostéo : du grec osteon [-oste, -osté(o)], os ; * dys : du préfixe grec dus [dys-], marquant une idée de difficulté ; * plasie : du grec plasis,  plassein [-plasie, -plasique], action de façonner, modeler. 
    L'onycho-ostéodysplasie héréditaire, connue aussi sous les noms de NPS (Nail-Patella syndrome) ou syndrome onychopatellaire (qui concerne les ongles et la rotule) ou syndrome de TURNER-KIESER est une maladie génétique rare à transmission autosomique (sur un chromosome non sexuel) et dominante : il suffit que l'un des parents transmette le gène muté pour que l'enfant (garçon ou fille) soit atteint. 
    C'est sur le chromosome 9 (9q34) que se trouve le gène concerné : LMX1B, responsable de la synthèse d'un facteur de transcription de l'homéodomaine LIM. Un homéodomaine - ou protéine homéodomaine - est une protéine codée par un ou plusieurs gènes homéobox. C'est un domaine de liaison à l'ADN, formé de 60 acides aminés.
    Ces protéines sont impliquées dans le contrôle de gènes d'expression ; ce sont des facteurs de transcription. Il en résulte une anomalie primaire du tissu conjonctif qui se manifeste par une dysplasie des ongles, des rotules hypoplasiques ou absentes entraînant une démarche difficile et caractéristique, une exostose des ailes iliaques, une dysplasie des coudes et parfois une néphropathie (atteinte rénale).
    Syn. : onycho-ostéodysostose.        Haut de page

Onychopachydermopériostite psoriasique
Dermatologie, rhumatologie, ostéologie  -  [Angl. : Psoriatic onycho-pachydermo-periostitis]   N. f.  * onycho : du grec onyx [onych(o)-, -onychie], ongle, sabot ; * pachy : du grec pakhus [pachy-], épais, gros ; * dermo : du grec derma, dermatos [derm(o)-, dermat(o)-, -dermie], peau ; * péri : du grec peri [péri-], autour de ; * ostéo : du grec osteon [-oste, -osté(o)], os ; * ite : du grec -itis [-ite], suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire ; * psoriasique : du grec psôriasis, éruption galeuse. 
    L'onychopachydermopériostite psoriasique, un nom bien compliqué pour une maladie heureusement rare car passablement invalidante et longue à soigner. On lui a trouvé d'autres noms : O3PGO (le 3P étant à traduire par PPP) pour onychopachydermopériostite psoriasique du gros orteil, onychodystrophie psoriasique (* dys :
du préfixe grec dus [dys-], marquant une idée de difficulté ; * trophie : du grec trophê [troph(o)-,  -trophie], nourriture, développement), entre autres.
    Parmi les rares cas recensés, il y a essentiellement des hommes d'âge adulte. Pour plus de renseignements sur le psoriasis, voir cette définition. Il s'agit donc d'une atteinte de l'ongle (onycho) avec pachydermie ou accroissement persistant de l'épaisseur de la peau dans son ensemble, dû à une hyperplasie fibreuse interstitielle, qui touche le plus souvent la phalange distale (celle qui est la plus éloignée de la racine de l'orteil, ou phalangette, qui porte l'ongle). Cette pachydermie se complique d'une inflammation de l'os et de son périoste, visible en échographie, radiographie ou scintigraphie, ce qui justifie "périostite".

    On connaît également des cas où ce rhumatisme psoriasique (RP) touche plusieurs orteils d'un même pied ou plusieurs doigts d'une main. Parmi les traitements proposés à ces malades figurent : l'anti-TNF (1), le méthotrexate (2), la L-carnitine (3). Dans tous les cas, les traitements sont longs, plusieurs mois à plusieurs années et, si certains produisent une belle amélioration, il n'y a pas, à l'heure actuelle, de guérison certifiée. Par contre, il est fréquent que tous ces symptômes réapparaissent quand on cesse le traitement.

(1) * anti :
du préfixe anti-  indiquant l’hostilité, l’opposition ou la défense (contre) ; * TNF : de l'anglais Tumor Necrosis Factor.  Nouveau traitement de la maladie de CROHN et de certaines pathologies rares. Cette affection se caractérise par des lésions intestinales : inflammation, ulcérations. Dans les zones malades, on observe une accumulation de certains globules blancs qui fabriquent des protéines facilitant l'inflammation : entre autres le Tumor Necrosis Factor (TNF) et des interleukines (IL). Les traitements "classiques", corticoïdes et immunosuppresseurs, diminuent la sécrétion de TNF, mais de façon non spécifique.
    Les recherches portent actuellement sur des molécules ayant un effet purement anti-TNF. Des anticorps (AC) produits par des souris puis "humanisés" donnent, sur des populations témoins de malades, de bons résultats. Il s'agit du cA2 (firme Centocor) et du CDP571 (firme Celltech), ce dernier donnant de moins bons résultats.

(2) Méthotrexate : (Extraits du Vidal) Le nom méthotrexate est la DCI (*) de l'acide amino-4 méthyl-10 folique. Ce médicament est indiqué dans le traitement des leucémies aigües lymphoblastiques, formes sévères actives de la polyarthrite rhumatoïde, psoriasis de l'adulte (dont les rhumatismes psoriasiques). Ce médicament est tératogène et donc absolument interdit aux femmes enceintes ou qui allaitent.

(3) L-carnitine : commercialisée sous le nom de Lévocarnil ®, la L-carnitine est aussi connue sous le nom de lévocarnitine. Elle est indiquée dans les déficits primaires systémiques ou musculaires en carnitine, dans les déficits secondaires aux aciduries organiques et dans les déficits de la bêta-oxydation des acides gras. Son bénéfice dans les traitements de l'O3PGO n'est pas établi.
(*) Dénomination commune internationale. Elle concerne les principes actifs contenus dans les spécialités pharmaceutiques. Tout médicament doit faire mention de cette DCI, recommandée par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), chaque fois qu'elle existe ou, dans le cas contraire, celle de la Pharmacopée européenne ou française.
       Haut de page

Onychopathie   Onychoïde   Onychorhode
Dermatologie, podologie pédicurie, pharmacologie, chirurgie générale  - 
[Angl. : Onychopathy, Onychoid, pas de traduction trouvée pour onychorhode]   N. f.  * onycho : du grec onyx [onych(o)-, -onychie], ongle, sabot ; * pathie : du grec pathos [-pathie, -pathique, -pathe, patho-], souffrance, changement accidentel. 
    Le mot onychopathie est un terme générique qui désigne toutes les affections de l'ongle. Elles sont nombreuses et variée, entre autres :
- les onychies avec ou sans incarnation (ongles incarnés),
- l'onychogryphose dans laquelle l'ongle est très épaissi et en forme de griffe,
- les onychomycoses dues à des champignons du type levure ou moisissure,
- l'onychomalacie ou ramollissement pathologique des ongles,
- l'onychoclasie ou rupture de l'ongle, généralement d'origine traumatique,
- l'onychorhode (du grec rhodon [rhod(o)-, -rhode], rose) ou coloration anormalement rose des ongles etc.
    Adj. : onychoïde : qui ressemble à un ongle.       Haut de page

Onychophagie   Onychophage   Onychotillomanie
Dermatologie, psychiatrie psychologie  - 
[Angl. : Onychophagia, onychophagy, Onychophagous, Onychotillomania]   N. f.  * onycho : du grec onyx [onych(o)-, -onychie], ongle, sabot ; * phagie : du grec phagos,  phagia, de phagein [phag(o)-, -phage, -phagie, -phagique], manger. 
    L'onychophagie est le fait de se ronger continuellement les ongles. Cette manie est surtout fréquente chez les enfants et les adolescents et témoigne d'une instabilité légère (nervosité, enfants émotifs). Les psychologues considèrent que l'onychophagie est une manie de compensation entre l'envie de mordre (agressivité) et le plaisir oral (succion du doigt). Ce tic témoigne d'un malaise affectif indéfini et peut parfois être interprété comme un signe d'anxiété, la décharge psychomotrice d'une tension intérieure.
    En général, cette habitude est passagère et anodine, sauf si elle est associée à d'autres désordres tels que d'autres tics, la trituration constante des cheveux entre autres, et dans ce cas une psychothérapie peut être conseillée. Chez certains enfants ou adolescents, la pose d'un vernis à ongle très amer suffit a faire disparaître cette habitude.
    Une personne est onychophage si elle se ronge fréquemment les ongles. Variété de l'onychophagie : l'onychotillomanie
(de l’ancien scandinave telgio [till(o)-, -tille], couper et du latin mania [maniaco-, -maniaque, -manie], folie, habitude bizarre) consiste non plus à se ronger les ongles, mais à s'arracher des fragments.       Haut de page

Onyxis   Onychophose
Dermatologie, podologie pédicurie, pharmacologie, chirurgie générale  - 
[Angl. : Onyxis, Onychophosis]   N. f.  * onyxis : du grec onyx [onych(o)-, -onychie], ongle, sabot. 
    Le mot onyxis est en fait un terme générique qui désigne toutes les inflammations ou infections de l'ongles dues à des bactéries (la plupart du temps des staphylocoques) ou des champignons. L'inflammation commence généralement par le lit unguéal et la formation d'un bourrelet cutané provoque rapidement l'incarnation de l'ongle. L'onychophose
(du grec phoôs ou pôs [-phose], comme, à la façon de) désigne une hyperkératinisation qui produit sur la peau des structures pouvant faire penser à de l'ongle.       Haut de page