Retour à la page d'accueil  P - TERMINOLOGIE MEDICALE - P  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 4-07-2020

Pian, pian(o)-     Maladie chronique infectieuse des régions tropicales. Ce mot est originaire d'une langue sud-américaine, le Galibi ou Kalina, des Indiens qui peuplent la côte atlantique du Nord du Brésil au sud du Venezuela, y compris la Guyane française, le Guyana et le Suriname. 


Pian - Pian-bois - Pian-crabe - Pian dartre - Pian hémorragique - Pian latent - Pian mère - Pian maman - Pian pintoïde - Pianide - Pianiforme - Pianique - Pianome - Pianomisation -

Pian   Pian mère   Pian-maman   Pianome   Pian-crabe   Pianide   Pianique   Pianiforme   Pian latent
Epidémiologie et maladies tropicales  -  [Angl. : Pian, yaws, Mother yaw, Pianoma, Pianid, Pianic, Yaw-like, Latent yaw]   N. m.  * pian : ce mot est originaire d'une langue sud-américaine, le Galibi ou Kalina, des Indiens qui peuplent la côte atlantique du Nord du Brésil au sud du Venezuela, y compris la Guyane française, le Guyana et le Suriname ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction. 
    Le pian (syn. yaws, boubas, buba, parangi, framboesia) est une maladie contagieuse épidémique qui se développe dans de nombreux pays équatoriaux d'Afrique, d'Amérique et d'Asie, ainsi que dans les îles de l'Océanie et qui affecte principalement la peau, les os et les cartilages. Le responsable est un tréponème, T. pertenue, très proche des tréponèmes responsables de la syphilis et de la pinta (ou caraté), au point qu'on a observé une immunité croisée entre ces maladies. Le pian n'est pas une maladie vénérienne (qui se transmet par contacts sexuels) mais elle se transmet d'un individu contagieux à un autre par contacts cutanés, généralement par un enfant qui présente de petites lésions de la peau.
    Au début des année 1950, cette maladie représentait un véritable fléau et touchait plus de 60 millions d'individus. Il n'y a toujours pas de vaccin pour le pian, mais le traitement est rapide et facile par une seule injection IM (intramusculaire) de benzathine benzylpénicilline. Dans les années 1950 à 1960, l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a entrepris des campagnes massives de traitement qui ont permis d'éradiquer presque totalement cette maladie mutilante (voir ci-dessous). Il reste cependant quelques zones où le pian persiste, avec une recrudescence depuis 1990, notamment en Afrique de l'Est et centrale et dans le Pacifique Sud.

Evolution de la maladie : on distingue habituellement 3 stades.
* Stade précoce. La première manifestation est l'apparition, au point d'entrée du tréponème, souvent la fesse ou le membre inférieur, d'un granulome prolifératif appelé pian mère (ou maman pian) ou chancre pianique, contenant un nombre important de tréponèmes. Ce pian va se développer davantage que les autres et se transformer en un ulcère profond dont va s'écouler une matière sanieuse (purulente).
    Après une période "silencieuse" de plusieurs semaines à plusieurs mois, des lésions secondaires plus ou moins nombreuses apparaissent, à surface granuleuse. Ce sont des papillomes ou pianomes situés préférentiellement sur la face, l'aine, les aisselles. Quand des lésions apparaissent sur les pieds ou la plante des pieds, la marche devient difficile et c'est ce qui a été à l'origine de l'expression "pian-crabe". Les lésions se situent aussi au niveau des os et des articulations, provoquant des déformations, des exostoses ; la maladie devient mutilante.
* Pian latent (du latin latens, -entis, de latere [latent, latente, latence], être caché, qui existe sans manifester sa présence)
    Pendant cette phase intermédiaire qui peut durer de 5 à 10 ans, les lésions cutanées de la phase précoce, les pianomes ou pianides disparaissent progressivement mais spontanément, tandis que de nouveaux épisodes précoces sont possibles. En l'absence de soins, la maladie évolue inexorablement vers le stade tardif.
* Stade tardif. Apparition de lésions noduleuses et ulcéreuses, d'hyperkératoses qui laissent des cicatrices définitives. Les lésions osseuses affectent sévèrement le visage, le palais osseux et les extrémités, provoquant parfois de terribles mutilations.
L'adjectif pianiforme caractérise une lésion cutanée qui ressemble à celles qui se développent chez les patients atteints du pian.        Haut de page

Pian hémorragique
Epidémiologie et maladies tropicales  -  [Angl. : Haemorrhagic yaw]   N. m.  * pian : ce mot est originaire d'une langue sud-américaine, le Galibi ou Kalina, des Indiens qui peuplent la côte atlantique du Nord du Brésil au sud du Venezuela, y compris la Guyane française, le Guyana et le Suriname ; * hémo : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hémo-] : relatif au sang ; * rragique : du grec rhagê [-rragie, -rragique], éruption, jaillissement. 
    Voir d'abord la description du pian. Il existe une variante de pian hémorragique ou bartonellose, causée par une autre bactérie : Bartonella bacilliformis, transmise par un insecte : le Phlebotomus verrucarum. Dans les cas d'affection aigüe, les principaux symptômes sont des crises d’épilepsie, des parésies (*) épisodiques puis des périodes d’excitation… (*) * parésie : du grec paresis [parésie, parétique], relâchement, paralysie incomplète.  La parésie est une forme modérée de paralysie qui affecte les muscles sans perte totale des mouvements. Il s'agit essentiellement d'une diminution de la force musculaire. En fait, les causes sont neurologiques et non pas musculaires, localisées dans la partie haute de la moelle épinière. On parle de tétraparésie quand cette affection concerne les quatre membres. Comme pour un nombre important de pathologies, on peut observer une tétraparésie aigüe, d'apparition brutale et survenant après un traumatisme, une ischémie dans le tronc cérébral ou la moelle épinière par exemple. Il existe une tétraparésie subaigüe ou chronique, d'apparition souvent très progressive et qui résulte le plus souvent d'un AVC (accident vasculaire cérébral), avec destruction des zones citées ci-dessus. L'adjectif parétique caractérise une telle paralysie partielle et modérée.     Haut de page

Pian-bois
Epidémiologie et maladies tropicales  -  [Angl. : Pian-bois, forest yaws]   N. m.  * pian : ce mot est originaire d'une langue sud-américaine, le Galibi ou Kalina, des Indiens qui peuplent la côte atlantique du Nord du Brésil au sud du Venezuela, y compris la Guyane française, le Guyana et le Suriname. 
    Voir d'abord la description du pian. Le pian-bois est une forme cutanée de la leishmaniose américaine, que l'on rencontre dans l'Amérique centrale et du Sud, et particulièrement dans les régions boisées de Guyane. La bactérie responsable est Leishmania guyanensis ou brasiliensis et la maladie est chronique, avec de multiples ulcères cutanés profonds, affectant rapidement et sévèrement l'état général du malade. Le vecteur est également un insecte phlébotome.     Haut de page

Pianomisation
Epidémiologie et maladies tropicales  -  [Angl. : Pianomization]   N. f.  * pian : ce mot est originaire d'une langue sud-américaine, le Galibi ou Kalina, des Indiens qui peuplent la côte atlantique du Nord du Brésil au sud du Venezuela, y compris la Guyane française, le Guyana et le Suriname ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction ; * isation : du latin atio, ationis [-isation], suffixe nominal, qui transforme une racine en nom. 
    Voir d'abord la description du pian. La pianomisation est la transformation progressive du chancre primaire ou pian-mère en un pianome, c'est-à-dire en l'un des papillomes multiples qui vont apparaître pendant la phase secondaire.      Haut de page

Pian pintoïde
Epidémiologie et maladies tropicales  -  [Angl. : Pian, yaws]   N. m.  * pian : ce mot est originaire d'une langue sud-américaine, le Galibi ou Kalina, des Indiens qui peuplent la côte atlantique du Nord du Brésil au sud du Venezuela, y compris la Guyane française, le Guyana et le Suriname ; * pint(o)- : de l'espagnol pinta, tache ; dans le cas de la maladie pinta : taches de dépigmentation ; * oïde : du grec eidos, [-oïde, -oïdal, -oïdien], qui a l’apparence. 
    Voir d'abord la description du pian.  Le pian pintoïde caractérise la phase tertiaire pendant laquelle des zones de dépigmentation apparaissent au niveau des mains, des pieds et des jambes, ce qui, par ces symptômes, la fait ressembler à la pinta.      Haut de page

Pian dartre
Epidémiologie et maladies tropicales  -  [Angl. : Pian, yaws]   N. m.  * pian : ce mot est originaire d'une langue sud-américaine, le Galibi ou Kalina, des Indiens qui peuplent la côte atlantique du Nord du Brésil au sud du Venezuela, y compris la Guyane française, le Guyana et le Suriname ; * dartre : du bas latin derbita, d'origine celtique : croûtes ou exfoliations produites par diverses maladies cutanées. 
    Voir d'abord la description du pian. On appelle pian dartre ou pian-dartre, la phase pendant laquelle se produisent des éruptions papulo-squameuses circinées (du latin circinare [circiné], enroulé), prurigineuses.      Haut de page