Retour à la page d'accueil  P - TERMINOLOGIE MEDICALE - P  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 6-09-2020

Plex(o)-, plexus-     Du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés. À noter que, placés en position terminale, -plexie et -plexique (du grec plêssein [plex(o)-, -plégie, plexie], frapper) forment des termes se rapportant à un choc, une paralysie.


Plexalgie - Plexectomie - Plexiforme - Plexite - Plexite aiguë - Plexopathie - Plexulaire - Plexus - Plexus aortique - Plexus aortique abdominal - Plexus aortique thoracique - Plexus axillaire - Plexus brachial - Plexus cardiaque - Plexus cervical - Plexus choroïde - Plexus coccygien - Plexus cœliaque - Plexus lombaire - Plexus lombosacré - Plexus lymphatique - Plexus lymphatique axillaire - Plexus nerveux - Plexus nerveux brachial - Plexus nerveux cervical - Plexus nerveux coccygien - Plexus nerveux lombosacré - Plexus sacré - Plexus sacrococcygien - Plexus solaire -

Plexalgie
Algologie, neurologie, angiologie  -  [Angl. : Plexalgia]   N. f.  * plex- : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * algie : du grec algos [alg(o)-, -algie, -algique], douleur. 
    La plexalgie est une douleur (névralgie) qui se manifeste au niveau d'un plexus.
Exemple : les douleurs du plexus brachial qui interviennent après un traumatisme ou un traitement d'un cancer du sein par chirurgie, chimiothérapie ou radiothérapie.       Haut de page

Plexectomie
Chirurgie, neurochirurgie  [Angl. : Plexectomy]   N. f.  * plex- : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * ectomie : du grec ektomê [ectomie], ablation. 
    La plexectomie est l'excision chirurgicale d'un plexus
. Le mot plexectomie s'applique aussi bien à l'ablation d'un plexus nerveux qu'à un plexus vasculaire.       Haut de page

Plexiforme
Anatomie, neurologie, angiologie  -  [Angl. : Plexiform]   Adj.  * plexi- : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * forme : du latin forma [-forme], moule, aspect. 
    L'adjectif plexiforme caractérise une structure anatomique qui ressemble à un plexus ou à un réseau.
      Haut de page

Plexite
Neurologie, angiologie  -  [Angl. : Plexitis]   N. f.  * plex- : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * ite : du grec -itis [-ite], suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire.   La plexite, connue aussi sous le nom de syndrome plexulaire, est l'inflammation d'un plexus nerveux et en particulier d'un plexus rachidien. Il en résulte généralement une paralysie qualifiée de flasque et des troubles importants de la sensibilité au niveau des zones innervées par ce(s) plexus.       Haut de page

Plexite aiguë
Neurologie  -  [Angl. : Acute plexitis, polyradiculoneuritis]   N. f.  * plex- : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * ite : du grec -itis [-ite], suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire ; * aiguë : du latin acutus [aigu, aiguë], effilé, pointu.
    La plexite aiguë est connue sous le nom de polyradiculonévrite (* poly : du grec polus [poly-], nombreux, plusieurs ; * radiculo : du latin radix, radicis, racine et radicula, petite racine ; * névro : du grec neuron [névr(o)-], nerf)
.  Les polyradiculonévrites (PRN) sont des neuropathies périphériques symétriques qui provoquent des troubles sensitifs et moteurs très généralement symétriques (les deux côtés du corps).
    Ces affections sont plus importantes que les polynévrites, car elles concernent les nerfs et leurs racines des quatre membres, ainsi que les nerfs crâniens. Il en résulte des troubles essentiellement moteurs, mais en général, la guérison est  spontanée (rétrocession) après quelques semaines.
      Haut de page

Plexopathie
Neurologie, angiologie  -  [Angl. : Plexopathy]   N. f.  * plexo- : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * pathie : du grec pathos [-pathie, -pathique, -pathe, patho-], souffrance, changement accidentel. 
    Le mot plexopathie est un terme générique qui désigne toutes les affections pouvant toucher un plexus, quelle qu'en soit son origine, son importance et ses manifestations. En réalité, le mot plexopathie s'applique plus spécifiquement à un plexus nerveux
.       Haut de page

Plexulaire
Neurologie, angiologie  -  [Angl. : Plexular]   Adj.  * plexu- : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * aire : du suffixe -aire d’origine latine, servant à former un substantif ou un adjectif à partir d’une racine. 
    L'adjectif plexulaire caractérise ce qui se rapporte à un plexus nerveux ou vasculaire. Exemples : l'anesthésie plexulaire postopératoire ou PPO, qui cible spécifiquement un plexus pour diminuer une douleur, l'atteinte plexulaire brachiale après radiothérapie pour traitement d'un cancer du sein.
      Haut de page

Plexus
Anatomie, neurologie, angiologie  -  [Angl. : Plexus]   N. m.  * plexus : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés. 
    Un plexus est un entrelacement, une anastomose de plusieurs fibres nerveuses, provenant de nerfs différents (plexus nerveux) ou une anastomose de vaisseaux sanguins et il s'agit alors d'un plexus vasculaire, soit veineux, soit artériel.       Haut de page

Plexus aortique    Plexus aortique abdominal    Plexus aortique thoracique
Anatomie, neurologie, angiologie  -  [Angl. : Aortic plexus]   N. m.  * plexus : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * aortique : du grec aortê [aort(o)-, -aortique], relatif à l’artère aorte. 
    Le plexus aortique est un entrelacement, une anastomose de plusieurs fibres nerveuses sympathiques, provenant de nerfs différents (plexus nerveux) et qui est situé autour de l'artère aorte.
- Le plexus aortique abdominal est formé par des fibres issues des plexus mésentérique et cœliaque qui suivent le trajet de l'aorte abdominale jusqu'au niveau de la bifurcation.
- Le plexus aortique thoracique est situé au début de l'artère aorte et est formé par des fibres nerveuses des troncs sympathiques et des nerfs vagues. Il est en relation avec le plexus c
œliaque (ou solaire), lequel communique avec le plexus aortique abdominal.   Haut de page

Plexus cardiaque
Anatomie, neurologie, cardiologie  -  [Angl. : Cardiac plexus]   N. m.  * plexus : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * cardiaque : du grec kardia [cardi(o)-, -carde, -cardie, cardiaque], cœur. 
      Le plexus cardiaque est une anastomose importante de nerfs sympathiques et parasympathiques, situé sous la crosse aortique, et qui englobe le ganglion de Wrisberg. Trois nerfs sympathiques de chaque côté, provenant de trois ganglions cervicaux et trois nerfs parasympathiques issus du vague (X), également de chaque côté, se ramifient et s'anastomosent, souvent avec d'autres fibres nerveuses, puis descendent le long des gros vaisseaux.
    Une partie se dirige sous la crosse aortique pour former le plexus cardiaque proprement dit, l'autre va vers le hile veineux, sur la face postérieure de la VCS (veine cave supérieure).      Haut de page

Plexus choroïde
Anatomie, neurologie  -  [Angl. : Choroid plexus, pl. : choroid plexuses]   N. m.  * plexus : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * choroïde : du grec khorion [chor(o)-, chori(o)-, choroïd(o)-], membrane, qui a l'aspect d'une membrane. 
   
Les plexus choroïdes (ou les plexi choroïdes) sont des formations en forme de cordons qui correspondent aux prolongements des méninges, dans les replis de la pie-mère. Ils sont situés dans les cornes frontales et occipitales des ventricules latéraux, et on les retrouve aussi dans les troisième et quatrième ventricules, sous forme de grappes de villosités vasculaires. Ce sont eux qui sécrètent le LCR ou liquide céphalorachidien. Ils ont la particularité de laisser passer certaines molécules de façon très sélective, participant ainsi à la barrière hématoencéphalique qui protège l'encéphale.   Les ventricules cérébraux     Haut de page

Plexus coccygien    Plexus nerveux coccygien   Plexus sacrococcygien
Anatomie, neurologie  -  [Angl. : Coccygeal nerve plexus]   N. m.  * plexus : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * nerveux : du latin nervus, nervosus [nerf, nerveux], ligament, tendon ; chacun des organes ayant la forme d’un cordon blanchâtre et servant de conducteur à la sensibilité et au mouvement ; * coccygien : du grec kokkux [cocc(o)-, -coccygien], coucou, relatif au coccyx, à cause de la forme de cet os qui rappelle un bec d’oiseau. 
    Le plex
us nerveux coccygien  ou plexus sacrococcygien est formé par les branches antérieures du cinquième nerf sacré et du nerf coccygien, ainsi que d'une branche du quatrième nerf sacré. De ce plexus partent des fibres viscérales vers le plexus hypogastrique inférieur, des fibres sensitives pour la région coccygienne et le nerf anococcygien qui innerve le muscle coccygien et la région anococcygienne.    Vue dorsale de la moelle épinière et des nerfs rachidiens 

(*) Quelques précisions complémentaires concernant les vertèbres et les nerfs spinaux (ou rachidiens) :
    *
Au niveau de la moelle épinière, chaque départ de nerf rachidien s'étend sur une certaine hauteur : c'est ce que l'on appelle le segment médullaire. Un segment et ses racines prend en charge un territoire sensitif ou dermatome (car les récepteurs sensitifs sont essentiellement situés dans la peau), un territoire moteur ou myotome, car les effecteurs commandés par les racines motrices sont les muscles.
    Il existe ainsi 31 segments médullaires, pour : 8 paires de nerfs cervicaux notés C1 à C8 ; 12 paires de nerfs thoraciques ou dorsaux notés D1 à D12 (parfois T1 à T12) ; 5 paires de nerfs lombaires : L1 à L5 ; 5 paires de nerfs sacrés : S1 à S5 et 1 seule paire de nerfs coccygiens.
* Les 7 premières paires de nerfs rachidiens émergent au-dessus du pédicule de la vertèbre qui leur correspond, alors que le nerf C8 émerge entre C7 et T1 (ou D1), les autres nerfs émergent sous le pédicule de la vertèbre du même nom. C'est ce qui explique qu'il y ait 8 paires de nerfs cervicaux pour seulement 7 vertèbres cervicales.       Haut de page

Plexus cœliaque    Plexus solaire
Anatomie, neurologie  -  [Angl. : celiac plexus, solar plexus]   N. m.  * plexus : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * cœliaque : du grec koilos, koilia [cœl(o)- cœli(o)-, -cœle, cèle], creux, ventre, cavité. 
    Le plexus cœliaque est connu aussi sous le nom de plexus solaire, en raison du fait que tous les nerfs afférents formant ce plexus font penser aux rayons du soleil. Il s'agit d'un entrelacement, d'une anastomose de plusieurs fibres nerveuses du système neurovégétatif, formant un gros plexus, situé sur la ligne médiane du corps, entre la pointe inférieure du sternum (l'os qui relie les côtes en avant de la poitrine) et l'estomac.
    Les afférences sont constituées par les nerfs vagues (X) droit et gauche, les grands et petits splanchniques et le nerf phrénique, qui donnent naissance aux ganglions semi-lunaires, mésentériques supérieurs et aorticorénaux. Du plexus solaire partent des nerfs qui innervent les viscères de l'abdomen supérieur, dont l'estomac, le foie et la rate.       Haut de page

Plexus lymphatique    Plexus lymphatique axillaire    Plexus axillaire
Anatomie, neurologie  -  [Angl. : Lymphatic plexus]   N. m.  * plexus : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * lymphatique : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe. 
    Un plexus lymphatique est un entrelacement, une anastomose de vaisseaux lymphatiques, généralement riche en ganglions lymphatiques. Selon les auteurs, ces plexus sont aussi nommés nœuds. Exemple : le plexus lymphatique axillaire, situé au niveau de l'aisselle.      Haut de page

Plexus nerveux
Anatomie, neurologie  -  [Angl. : Nerve plexus, nervous plexus]   N. m.  * plexus : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * nerveux : du latin nervus, nervosus [nerf, nerveux], ligament, tendon ; chacun des organes ayant la forme d’un cordon blanchâtre et servant de conducteur à la sensibilité et au mouvement. 
    Un plexus nerveux est un entrelacement, une anastomose de plusieurs fibres nerveuses, provenant de nerfs différents. Il existe un grand nombre de plexus nerveux dans notre organisme, dont certains très importants, comme le plexus nerveux cervical, le plexus nerveux brachial ou le plexus lombosacré, entre autres.       Haut de page

Plexus nerveux brachial    Plexus brachial
Anatomie, neurologie  -  [Angl. : Brachial nerve plexus]   N. m.  * plexus : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * nerveux : du latin nervus, nervosus [nerf, nerveux], ligament, tendon ; chacun des organes ayant la forme d’un cordon blanchâtre et servant de conducteur à la sensibilité et au mouvement ; * brachial : du grec brakhiôn ou du latin brachium  [brachi(o), -brachie], bras. 
    Le plex
us nerveux brachial est formé par la réunion des branches antérieures des cinquième, sixième, septième et huitième nerfs spinaux cervicaux (*) et du premier nerf spinal dorsal. Cette anastomose donne naissance à trois troncs principaux (supérieur, moyen et inférieur) qui constituent le point de départ de tous les nerfs du membre supérieur. Vue dorsale de la moelle épinière et des nerfs rachidiens 

(*) Quelques précisions complémentaires concernant les vertèbres et les nerfs spinaux (ou rachidiens) :
      *
Au niveau de la moelle épinière, chaque départ de nerf rachidien s'étend sur une certaine hauteur : c'est ce que l'on appelle le segment médullaire. Un segment et ses racines prend en charge un territoire sensitif ou dermatome (car les récepteurs sensitifs sont essentiellement situés dans la peau), un territoire moteur ou myotome, car les effecteurs commandés par les racines motrices sont les muscles. Il existe ainsi 31 segments médullaires, pour : 8 paires de nerfs cervicaux notés C1 à C8 ; 12 paires de nerfs thoraciques ou dorsaux notés D1 à D12 (parfois T1 à T12) ; 5 paires de nerfs lombaires : L1 à L5 ; 5 paires de nerfs sacrés : S1 à S5 et 1 seule paire de nerfs coccygiens.
      * Les 7 premières paires de nerfs rachidiens émergent au-dessus du pédicule de la vertèbre qui leur correspond, alors que le nerf C8 émerge entre C7 et T1 (ou D1), les autres nerfs émergent sous le pédicule de la vertèbre du même nom. C'est ce qui explique qu'il y ait 8 paires de nerfs cervicaux pour seulement 7 vertèbres cervicales.       Haut de page

Plexus nerveux cervical    Plexus cervical
Anatomie, neurologie  -  [Angl. : Cervical nerve plexus]   N. m.  * plexus : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * nerveux : du latin nervus, nervosus [nerf, nerveux], ligament, tendon ; chacun des organes ayant la forme d’un cordon blanchâtre et servant de conducteur à la sensibilité et au mouvement ; * cervical : du latin cervix, cervicis [cervic(o)-], relatif au cou, à la nuque ou au col (utérus, vessie, fémur). 
    Le plex
us nerveux cervical est formé par la réunion des branches antérieures des quatre premiers nerfs spinaux cervicaux (*) et ce plexus constitue le point de départ des ramifications nerveuses qui innervent toutes les structures du cou, notamment les muscles angulaire, rhomboïde, paravertébraux ainsi que le sternocléidomastoïdien, le trapèze et les scalènes, mais aussi la peau du cou, de l'épaule, de la poitrine et le diaphragme. Vue dorsale de la moelle épinière et des nerfs rachidiens 

(*) Quelques précisions complémentaires concernant les vertèbres et les nerfs spinaux (ou rachidiens) :
      *
Au niveau de la moelle épinière, chaque départ de nerf rachidien s'étend sur une certaine hauteur : c'est ce que l'on appelle le segment médullaire. Un segment et ses racines prend en charge un territoire sensitif ou dermatome (car les récepteurs sensitifs sont essentiellement situés dans la peau), un territoire moteur ou myotome, car les effecteurs commandés par les racines motrices sont les muscles. Il existe ainsi 31 segments médullaires, pour : 8 paires de nerfs cervicaux notés C1 à C8 ; 12 paires de nerfs thoraciques ou dorsaux notés D1 à D12 (parfois T1 à T12) ; 5 paires de nerfs lombaires : L1 à L5 ; 5 paires de nerfs sacrés : S1 à S5 et 1 seule paire de nerfs coccygiens.
      * Les 7 premières paires de nerfs rachidiens émergent au-dessus du pédicule de la vertèbre qui leur correspond, alors que le nerf C8 émerge entre C7 et T1 (ou D1), les autres nerfs émergent sous le pédicule de la vertèbre du même nom. C'est ce qui explique qu'il y ait 8 paires de nerfs cervicaux pour seulement 7 vertèbres cervicales.      Haut de page

Plexus nerveux lombosacré   Plexus lombosacré   Plexus lombaire   Plexus sacré
Anatomie, neurologie  -  [Angl. : Lumbosacral nerve plexus (lumbar and sacral plexuses)]   N. m.  * plexus : du latin plexum, de plectere [plexus], entrelacer, relatif à un réseau de vaisseaux sanguins ou de nerfs anastomosés ; * nerveux : du latin nervus, nervosus [nerf, nerveux], ligament, tendon ; chacun des organes ayant la forme d’un cordon blanchâtre et servant de conducteur à la sensibilité et au mouvement ; * lombo : du latin lumbus [lomb(o)-, -lombaire], rein ; relatif à la région des reins ; * sacré : du latin sacrum [sacr(o)-], relatif à l’os sacrum. 
    Le pl
exus lombosacré (ou lombo-sacré) est formé du plexus lombaire (anastomose des branches antérieures des quatre premiers nerfs lombaires) et du plexus sacré (le cinquième nerf lombaire et , anatomiquement très proches. Il est dû à la réunion des branches antérieures des 5 nerfs spinaux lombaires et de celles des trois premiers nerfs sacrés. Ce plexus est le point de départ de tous les nerfs du membre inférieur, mais aussi des zones inguinale et génitale. Vue dorsale de la moelle épinière et des nerfs rachidiens 

(*) Quelques précisions complémentaires concernant les vertèbres et les nerfs spinaux (ou rachidiens) :
      *
Au niveau de la moelle épinière, chaque départ de nerf rachidien s'étend sur une certaine hauteur : c'est ce que l'on appelle le segment médullaire. Un segment et ses racines prend en charge un territoire sensitif ou dermatome (car les récepteurs sensitifs sont essentiellement situés dans la peau), un territoire moteur ou myotome, car les effecteurs commandés par les racines motrices sont les muscles. Il existe ainsi 31 segments médullaires, pour : 8 paires de nerfs cervicaux notés C1 à C8 ; 12 paires de nerfs thoraciques ou dorsaux notés D1 à D12 (parfois T1 à T12) ; 5 paires de nerfs lombaires : L1 à L5 ; 5 paires de nerfs sacrés : S1 à S5 et 1 seule paire de nerfs coccygiens.
      * Les 7 premières paires de nerfs rachidiens émergent au-dessus du pédicule de la vertèbre qui leur correspond, alors que le nerf C8 émerge entre C7 et T1 (ou D1), les autres nerfs émergent sous le pédicule de la vertèbre du même nom. C'est ce qui explique qu'il y ait 8 paires de nerfs cervicaux pour seulement 7 vertèbres cervicales.       Haut de page