Retour à la page d'accueil  S - TERMINOLOGIE MEDICALE - S  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 18-07-2018

Sidér(o)-     Du grec sidêros [sidér(o)-], fer. L'origine de "sidêros" est inconnue ; le fer ne semble pas avoir été connu des premiers Indoeuropéens et il n'existe pas de racine unique pour désigner ce métal.


Sidérémie - Sidéroblaste - Sidérocyte - Sidérodermie - Sidérofibrose - Sidéropénie - Sidéropexie - Sidérophage - Sidérophile - Sidérophiline - Sidérophiline B - Sidérophiline C - Sidérophiline D - Sidéroscope - Sidérose - Sidérose bulbaire - Sidérose conjonctivale - Sidérose hématogène - Sidérose hépatique - Sidérose pulmonaire - Sidérosilicose - Sidérurie -

Sidérémie   Sidéropénie   
Hématologie, médecine biologique  -  [Angl. : Sideraemia, Sideropenia]   N. f.  * sidéro : du grec sidêros [sidér(o)-], fer ; * émie : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hémo-] : relatif au sang ; * pénie : du grec penia [-pénie, -pénique], pauvreté, insuffisance, en diminution. 
    Le taux de fer dans le sang est la sidérémie
. L'hémoglobine sanguine contient les deux tiers du fer contenu dans l'organisme, soit près de 3 grammes. Le fer sérique (en mouvement dans le sang) ne représente qu'une petite fraction du fer total. Il est lié à une ß1 globuline : la sidérophiline ou transferrine ou IBP (Iron-Binding-Protein) ou TIBC (Total Iron-Binding-Capacity).
Syn. : hyposidérémie.
 
    Une hyposidérémie (valeurs normales de la sidérémie : 110 à 130 µg/100 mL) est caractéristique d'une forme d'anémie et peut atteindre des valeurs descendant jusqu'à 20 µg/100 mL. Elle peut être due à des métrorragies répétées, des cancers digestifs, entre autres.
    La sidéropénie est l'insuffisance de fer dans l'ensemble de l'organisme. Elle peut être la conséquence d'une mauvaise absorption du fer contenu dans les aliments au niveau de l'intestin, ou d'un apport alimentaire insuffisant en aliments contenant du fer, ou bien sûr d'hémorragies chroniques. Compte tenu du nombre important de molécules contenant du fer ou associées au fer dans notre organisme, une sidéropénie va se traduire par de nombreux dysfonctionnements, notamment au niveau de l'hémoglobine des globules rouges (voir anémies) et des cytochromes, enzymes qui jouent un rôle fondamental dans la respiration au niveau des cellules.      Haut de page

Sidérurie
Urologie, médecine biologique  - 
[Angl. : Sideruria]   N. f.  * sidéro : du grec sidêros [sidér(o)-], fer ; * du grec oûron [uro-, urée, -urie, -urèse, -urétique], urine. 
    La sidérurie est le taux de fer dans les urines, normalement bas : inférieur à 600 μg/24h.     
    Haut de page

Sidéroblaste
Cytologie, hématologie, médecine biologique  -  [Angl. : Sideroblast]   N. m. 
* sidéro : du grec sidêros [sidér(o)-], fer ; * blasto, blaste : du grec blastos [-blaste, blast(o)-], germe, qui a un rapport avec le développement embryonnaire. 
      Le sidéroblaste est, tout comme le sidérocyte (voir ci-dessous), un érythroblaste qui contient dans son cytoplasme du fer à l'état de granulations et que l'on appelle fer non héminique.
    Les érythroblastes participent à l'hématopoïèse : ils sont à l'origine de la lignée dite érythroblastique qui aboutit finalement au stade érythrocyte. Auparavant, l'érythroblaste se transforme en érythroblaste basophile, puis en érythroblaste polychromatophile, érythroblaste acidiphile, réticulocyte et enfin hématie. C'est l'érythroblaste acidophile qui expulse son noyau.  Les synonymes sont nombreux : érythrocytoblaste, érythrocyte nucléé (qui possède un noyau), hématie nucléée, proérythrocyte.
         Haut de page

Sidérocyte
Cytologie, hématologie, médecine biologique  -  [Angl. : Siderocyte]   N. m. 
* sidéro : du grec sidêros [sidér(o)-], fer ; * cyto, cyte : du grec kutos [cyto-, -cyte, -cytie], cellule. 
    Il arrive que certains de nos globules rouges (ou hématies, ou érythrocytes) contiennent des grains de fer. Lors de leur passage dans la rate, celle-ci est capable d'extraire ces grains de fer sans provoquer de lésion des globules. Ces globules anormalement chargés de fer sont appelés sidérocytes et ne sont en rien pathologiques.
    Dans un globule rouge "normal", le fer est contenu dans l'hème, groupement prosthétique de l'hémoglobine, lié à un atome de fer bivalent. C'est la raison pour laquelle on dit que le sidérocyte contient du fer non héminique (non contenu dans l'hème).  
    Haut de page

Sidérodermie
Dermatologie, physiologie et métabolisme, médecine biologique  -  [Angl. : Sideroderma]   N. f.  * sidéro : du grec sidêros [sidér(o)-], fer ; * dermie : du grec derma, dermatos [derm(o)-, dermat(o)-, -dermie], peau.  
    La sidérodermie est une affection de la peau qui devient brunâtre, du fait de l'accumulation de pigments ferrugineux. Elle résulte d'un trouble du métabolisme dans la dégradation de l'hémoglobine des hématies ou globules rouges.       Haut de page

Sidérose   Sidérose pulmonaire   Sidérose conjonctivale   Sidérose bulbaire   Sidérose hépatique   Sidérose hématogène   Sidérofibrose
Pneumologie, hématologie, neurologie, ophtalmologie  -  [Angl. : Siderosis, Pulmonary siderosis, Conjunctival siderosis, Bulbar siderosis, Hepatic siderosis, Hematogenous siderosis, Siderofibrosis]   N. f.  * sidéro : du grec sidêros [sidér(o)-], fer ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques ; * fibro : du latin fibra [fibr(o)-, fibrino-], filament. 
    La sidérose est une maladie par l'inhalation de poussières ou de fumées contenant des oxydes de fer, en quantité telle qu'ils ne sont que très partiellement retenus par les poils et les mucus des VAS (voies aériennes supérieures) et s'accumulent rapidement dans les alvéoles pulmonaires. Cette sidérose pulmonaire est donc une pneumoconiose.

N. f.  * pneumo :
du grec pneumôn [pneum(o)-], poumon. * conio : du grec konis [coni(o)-], poussière ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    On appelle pneumoconiose toute affection des bronches et des poumons, résultant de l'inhalation prolongée de particules (poussières) minérales ou organiques généralement indestructibles. Parmi les pneumoconioses les plus connues figurent l'anthracose (poussières de charbon) et la silicose (particules de silice) des mineurs, l'asbestose due aux microscopiques fibres d'amiante, entre autres).
    Les principales personnes affectées par cette pathologie sont les ouvriers de l'industrie sidérurgique, de l'extraction du minerai à son traitement et à la production du fer. Les symptômes sont ceux de toutes les pneumoconioses : essoufflement à l'effort, diminution de la capacité pulmonaire, mais aussi fibrose pulmonaire (développement d'un tissu fibreux non fonctionnel qui envahit progressivement les poumons).
    Cette sidérofibrose s'observe surtout dans la rate. Il n'y a pas de traitement. La sidérose peut également prendre d'autres aspects et toucher plusieurs organes :
* Sidérose conjonctivale : l'oxyde de fer s'infiltre peu à peu dans la conjonctive qui se colore progressivement en brun.
* Dans la sidérose bulbaire, ce sont tous les tissus du globe oculaire qui s'infiltrent d'oxydes de fer.
* Autre organe touché : le foie ; le sujet souffre alors de sidérose hépatique ou hémochromatose. Il existe aussi une forme dite sidérose hématogène, dans laquelle les tissus de l'organisme sont infiltrés par des oxydes de fer provenant du sang du sujet lui-même.
 Les poumons en vue externe      Haut de page

Sidéropexie
Pneumologie, hématologie, neurologie, ophtalmologie, médecine biologique  -  [Angl. : Sideropexy]   N. f.  * sidéro : du grec sidêros [sidér(o)-], fer ; * pexie : du grec pexis [-pexie, -pexique], fixation. 
    La sidéropexie est la fixation de fer (ou de ses oxydes) par les organes. C'est ce qui se produit dans la sidérose (voir ci-dessus).  
    Haut de page

Sidérophage   Sidérophile   Sidérophiline   Sidéroscope   Sidérophiline B   Sidérophiline C   Sidérophiline D
Pneumologie, hématologie, neurologie, ophtalmologie, médecine biologique  -  [Angl. : Siderophage, Siderophil, Siderophilin, Sideroscope, Siderophilin B, Siderophilin C, Siderophilin D]   N. f.  * sidéro : du grec sidêros [sidér(o)-], fer ; * phage : du grec phagos,  phagia, de phagein [phag(o)-, -phage, -phagie, -phagique], manger ; * phile : du grec philos [phil(o)-, -phile, -philie], ami, qui aime. 
    Un sidérophage est une cellule (généralement un macrophage) qui contient des inclusions de fer. Une telle cellule capable de fixer le fer est dite sirérophile. La sidérophiline ou transferrine
ou IBP (Iron-Binding-Protein) ou TIBC (Total Iron-Binding-Capacity) est une bêtaglobuline synthétisée par le foie présente dans le plasma sanguin, qui a pour rôle de fixer le fer (mais aussi le cuivre et le zinc) et de le transporter jusqu'à la moelle osseuse, lieu de l'hématopoïèse.
    Les trois groupes les plus importants, notés B, C (95% de la population pour le type C) et D se transmettent selon les lois de la génétique.
    Le sidéroscope
(du grec skopein, [-scope, -scopie, -scopique], regarder) est un instrument qui permet de déterminer la présence de fer métallique dans les tissus. Il est plus particulièrement adapté pour faire cette recherche dans l'œil.     Haut de page

Sidérosilicose
Pneumologie, hématologie  -  [Angl. : Siderosilicosis]   N. f.  * sidéro : du grec sidêros [sidér(o)-], fer ; * silico : préfixe qui désigne la présence de silicium, de silice, lui-même du latin silex, silicis, silice ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    La sidérosilicose est très semblable à la sidérose pulmonaire décrite ci-dessus, avec la différence que les poussières d'oxydes de fer sont mélangées à des poussières de silice. Les symptômes sont les mêmes.       Haut de page