Retour à la page d'accueil  S - TERMINOLOGIE MEDICALE - S  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 18-07-2018

Soma-, somat(o-)-, -some, -somie     Du grec sôma, sômatos [somato-, -some, -somie], corps. Le mot "soma", d'origine inconnue, désigne en médecine et en physiologie, l'ensemble des cellules du corps qui n'ont pas de fonction reproductrice, par opposition au germen ou cellules germinales (donc reproductrices) : spermatozoïdes et ovocytes.


Soma - Somatalgie - Somathormone - Somatique - Somatisation - Somatoagnosie - Somatoblaste - Somatogène - Somatogenèse - Somatognosie - Somatome - Somatomédine - Somatomédine A - Somatomédine C - Somatomégalie - Somatométrie - Somatopage - Somatoplasme - Somatopleural - Somatopleure - Somatopsychique - Somatopsychose - Somatoschisis - Somatoscopie - Somatostatine - Somatostatinome - Somatostimuline - Somatotopique - Somatotrope - Somatotrophine - Somatotype - Somesthésie - Somite

Soma   Somatique
Cytologie, histologie, physiologie  -  [Angl. : Soma, Somatic]   N. m.  * soma : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps.  
    Le soma est l'ensemble de toutes les cellules de l'organisme, à l'exception de celles de la lignée germinale ou germen, c'est-à-dire des cellules qui interviennent dans la reproduction. Si une mutation intervient dans une ou plusieurs cellules somatiques, elle ne se transmettra pas à la descendance, mais toutes les cellules issues de ces cellules mutées possèderont la mutation.
    L'adjectif somatique se rapporte au soma ou plus généralement au corps (psychosomatique concerne l'esprit et le corps).
     Haut de page

Somatalgie
Algologie, médecine générale  -  [Angl. : Somatalgia]   N. f.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * algie : du grec algos [alg(o)-, -algie, -algique], douleur.  
    La somatalgie désigne toute douleur d'origine corporelle donc organique, par opposition à des douleurs d'origine psychiques.    Haut de page

Somatisation
Psychologie psychiatrie, médecine générale  -  [Angl. : Somatization]   N. f.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * isation : du latin atio, ationis [-isation], suffixe nominal, qui transforme une racine en nom.  
    La somatisation est un phénomène de transfert, de conversion d'un trouble ou d'une douleur psychique en un trouble ou une douleur ou un symptôme somatiques, donc corporels.     Haut de page

Somatoblaste
Embryologie, cytologie  -  [Angl. : Somatoblast]   N. m.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * blaste : du grec blastos [-blaste, blast(o)-], germe, qui a un rapport avec le développement embryonnaire.  
    Pendant les premiers jours du développement embryonnaire, le zygote subit une série de divisions mitotiques : c'est la segmentation. Sans augmenter de taille, le volumineux zygote est progressivement partagé en de nombreuses cellules filles appelées blastomères.
    Un somatoblaste est un blastomère qui va participer à la formation de cellules somatiques, par opposition aux cellules de la lignée germinales et qui vont intervenir dans la reproduction.
     Haut de page

Somatogenèse   Somatogène
Embryologie, cytologie, histologie  -  [Angl. : Somatogenesis, Somatogenic]   N. f.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * genèse, gène : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, -génie, -génique, -génisme, -génétique], naissance, formation, qui engendre.  
    La somatogenèse correspond au développement du corps à partir des cellules somatiques, donc à la suite de très nombreuses mitoses. Cette somatogenèse va donc mener progressivement à l'acquisition des caractères somatiques.
    L'adjectif somatogène caractérise ce qui a son origine dans les tissus ou les organes.     Haut de page

Somatognosie   Somatoagnosie
Neurologie, psychologie psychiatrie  -  [Angl. : Somaesthesia, somatesthesia, somatognosis, Somato-agnosis]   N. f.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * gnosie : du bas latin gnosticus, du grec gnôsis, [-gnose, -gnosie, -gnostique], connaissance.  
    La somatognosie est le fait que l'on a conscience de son propre corps. Elle s'oppose à la somatoagnosie (* a : du préfixe « a » (an- devant une voyelle ou h muet) : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de ») ou asomatognosie : méconnaissance pathologique d'une partie du corps, en général d'un côté, partiellement ou totalement. 
    L'asomatognosie est une perturbation de l'image du corps, généralement due à une lésion du lobe pariétal droit de l'encéphale. On connaît des formes conscientes et occasionnelles de l'asomatognosie, mais aussi des formes inconscientes et permanentes. L'asomatognosie, souvent unilatérale est aussi appelée hémiasomatognosie.     Haut de page

Somite   Somatome  
Embryologie, cytologie, histologie  -  [Angl. : Somite, metamere, Somatome]   N. m.  * somite, somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction.  
    C'est pendant la troisième semaine du développement embryonnaire, donc pendant la gastrulation qu'apparaissent les somites ou somatomes. Jusqu'au 3e jour, ils vont progressivement s'isoler de l'axe de l'embryon en progressant dans une direction craniocaudale et se diviser en différentes ébauches qui vont former les muscles et une grande partie des organes du corps.
    Le tissu nerveux, quant à lui, résultera de l'évolution du tube neural et commence à se différencier dès la neurulation.      Haut de page

Somatomédine   Somatomédine A   Somatomédine C
Immunologie allergologie, médecine biologique  -  [Angl. : Somatomedin, Somatomedin A, Somatomedin C]   N. f.   * somato :
du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * médine : du grec médô [-médine], je règle, je prends soin.  
    Il existe en fait deux somatomédines, hormones sécrétées par le foie. Ce sont
des polypeptides de composition proche de la proinsuline et qui
agissent comme des médiateurs indispensables à l'action de l'hormone de croissance sur les tissus extrasquelettiques.
    Parmi ces somatomédines, les IGF ou Insuline-like Growth Factor ou facteur de croissance ressemblant à l'insuline, sont des facteurs de croissance qui vont intervenir à tous les stades de la vie, donc chez l'embryon, le fœtus et l'adulte
. Ils doivent leur nom au fait qu'ils sont très proches de l'insuline. Dans la plupart des cas, ils sont liés à des protéines spécifiques ou IGF-BP (pour Binding Protein) dont on connaît actuellement 6 variétés, la plus importante dans le plasma étant IGF-BP3.
    Les IGF les plus importantes à doser sont IGF-I ou somatomédine A, IGF-II ou somatomédine C, notamment dans la recherche d'un déficit en hormone de croissance, dans l'acromégalie, le syndrome de Turner et le nanisme, entre autres. IGF-I est sécrétée par le foie et dépend de l'hormone somatotrope.
    Les IGF sont aussi qualifiées de NSILA (Non Suppressible Insuline-Like Activity) mettant ainsi en évidence leur activité de type insulinique. Ces IGF ou NSILA sont des protéines qui font partie des somatomédines, c'est-à-dire des polypeptides de composition proche de la proinsuline et qui
agissent comme des médiateurs de l'action de l'hormone de croissance sur les tissus extrasquelettiques.    Haut de page

Somatomégalie
Endocrinologie et métabolismes, médecine biologique  -  [Angl. : Somatomegaly]   N. f.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * mégalie : du grec megalê [mégalo-, mégalie], grand.  
    Ce mot n'est plus utilisé de nos jours et a été remplacé par le gigantisme. La somatomégalie est donc l'accroissement excessif du corps et les causes sont souvent à rechercher dans des dysfonctionnements hormonaux.
    Haut de page

Somatométrie
Biométrie  -  [Angl. : Somatometry]   N. f.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * métro, métrie : du grec metron, [-mètre, métr(ie)], mesure.  
    La somatométrie est l'ensemble des mesures pratiquées sur le corps humain, et on lui préfère aujourd'hui le terme biométrie.
Quand elle est appliquée au fœtus, c'est la biométrie fœtale.
    Syn. : fœtométrie. La biométrie fœtale est la mesure des dimensions du bébé, en particulier de sa tête. Ces mesures sont d'autant plus fines et complètes que la mère présente une étroitesse du bassin ou si le fœtus a une croissance anormalement importante. On utilise l'échographie, la radiographie ou le scanner. Selon les cas, le médecin peut pratiquer l'une ou plusieurs des mesures suivantes : PC ou périmètre crânien, PA ou périmètre abdominal, LF : longueur fémorale, BIP : c'est le diamètre bipariétal, DAT : diamètre abdominal transverse.  Image échographique      Haut de page

Somatopage
Anatomopathologie, embryologie  -  [Angl. : Somatopagus]   N. m.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * page : du grec pagos, pêgnumi [-page], fixer, assembler.  
    Un somatopage est un monstre fœtal double dont les deux parties sont accolées par le tronc.
    Haut de page

Somatoplasme
Cytologie histologie, médecine biologique  -  [Angl. : Somatoplasm]   N. m.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * plasme : du grec plasma [plasmo-,  -plasme, plasmatique], ouvrage façonné ; en biologie : se rapporte au liquide sanguin ou intracellulaire.  
    Le mot somatoplasme est synonyme de protoplasme, c'est-à-dire qu'il désigne le contenu de la cellule : cytoplasme et noyau. C'est aussi le protoplasme des cellules somatiques, par opposition au protoplasme des cellules de la lignée germinale (qui interviennent dans la reproduction).  
    Haut de page

Somatopleure   Somatopleural
Embryologie  -  [Angl. : Somatopleure, Somatopleural]   N. f.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * pleure, pleural : du grec pleuron, pleuritis  [pleur(o)-, -pleure, -pleural], côté, relatif à la plèvre ou à un feuillet.  
    Au cours de la troisième semaine du développement embryonnaire se produit la gastrulation. L'épiblaste s'invagine et forme la couche moyenne de l'embryon tridermique ou mésoderme, lui-même divisé en mésoderme para-axial, mésoderme intermédiaire et mésoderme de la lame latérale.
    C'est cette dernière partie du mésoderme, latérale au mésoderme intermédiaire, qui se partage progressivement en mésoderme somatopleural ou somatopleure et en mésoderme splanchnopleural ou splanchnopleure. La somatopleure donnera naissance à la séreuse qui entoure les viscères. L'adjectif somatopleural se rapporte
à la somatopleure.      Haut de page

Somatopsychique
Psychiatrie psychologie  -  [Angl. : Somatopsychic]   Adj.   * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * psychique : du grec  psukhê [psych-, psych(o)-, -psychie], anc. souffle, auj. esprit, âme. 
    Synonyme de psychosomatique : qui a un rapport avec l'influence exercée par le mental, le psychisme, sur le corps et son activité. La psychosomatique a plusieurs sens : elle désigne la relation médecin - malade, l'aspect psychologique d'une maladie, mais aussi toute maladie, quelle que soit sa gravité, dans laquelle le psychisme joue un rôle fondamental.
    En fait, tous les troubles fonctionnels sont plus ou moins psychosomatiques. La médecine psychosomatique est née des travaux de Freud.      Haut de page

Somatopsychose
Psychiatrie psychologie  -  [Angl. : Somatopsychosis]   N. f.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * psycho : du grec  psukhê [psych-, psych(o)-, -psychie], anc. souffle, auj. esprit, âme ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    Définition de psychose : ce terme sert à désigner plusieurs troubles mentaux, en particulier ceux qui affectent le comportement, qui présentent des hallucinations et une perception déformée du monde extérieur. Délire, angoisses et dissociations de la personnalité sont les symptômes de nombreuses névroses, qui isolent les malades des personnes qui les entourent.
    Les spécialistes distinguent un grand nombre de psychoses, en fonction de leurs origines ou de leurs manifestations : psychose maniacodépressive, affective, carcérale, alcoolique, infantile, hallucinatoire, entre autres. Une somatopsychose est une psychose associée à une affection somatique ou qui en résulte.      Haut de page

Somatoschisis
Embryologie, anatomie pathologique  -  [Angl. : Somatoschisis]   N. m.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * schisis : du grec skhizein [schiz(o)-, -schisis], fendre, diviser.  
    Le somatoschisis est aussi connu sous le nom de rachischisis
(* rachi : du grec rhakhis [rachi-, -rachie], axe et, par extension, colonne vertébrale ou liquide céphalorachidien) antérieur. Il s'agit d'une malformation du rachis qui intervient pendant le développement embryonnaire et qui se traduit par une fente affectant une ou plusieurs vertèbres, du fait de la persistance de la fente sagittale. Lorsque cette anomalie affecte le rachis postérieur, il s'agit d'un spina bifida - voir cette définition.     Haut de page

Somatoscopie
Médecine générale, imagerie médicale  -  [Angl. : Somatoscopy]   N. f.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * scopie : du grec skopein, [-scope, -scopie, -scopique], regarder. 
    La somatoscopie est un terme qui désigne tout examen ou exploration visuelle du corps.      Haut de page

Somatostatine
Endocrinologie et métabolismes, médecine biologique, diabétologie  -  [Angl. : Somatostatin]   N. f.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * statine : du grec statos,  stasis [stat(o)-, -stat,  -stase, -stasie, -statique, -statisme], station verticale, base, arrêt, stable.  
    La somatostatine ou SRIF (Somatotrophin Releasing Inhibiting Factor) est une hormone sécrétée par les cellules delta du tractus gastro-intestinal, de certaines zones du système nerveux central et du pancréas, qui a une action inhibitrice de l'hormone de croissance hypophysaire (STH) et qui règle le débit de l'insuline et du glucagon, pouvant même bloquer totalement ces sécrétions.
    Haut de page

Somatostatinome
Endocrinologie et métabolismes, médecine biologique, diabétologie  -  [Angl. : Somatostatinoma]   N. m.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * statine : du grec statos,  stasis [stat(o)-, -stat,  -stase, -stasie, -statique, -statisme], station verticale, base, arrêt, stable ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction.  
    Un somatostatinome est une tumeur qui sécrète de la somatostatine, c'est-à-dire
une hormone qui a une action inhibitrice de l'hormone de croissance hypophysaire (STH) et qui règle le débit de l'insuline et du glucagon, pouvant même bloquer totalement ces sécrétions.     Haut de page

Somatotrope
Endocrinologie et métabolismes, médecine biologique  -  [Angl. : Somatotropic]   Adj.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * trope : du grec tropos, trepein [-trope, -tropie, -tropion, -tropisme], tour, tourner, affinité pour.  
   L'adjectif somatotrope qualifie tout ce qui a une affinité pour les cellules somatiques ou qui exerce une action sur le corps. Exemple : l'hormone somatotrope, voir la définition de somathormone.     Haut de page

Somatotrophine   Somatostimuline   Somathormone
Endocrinologie et métabolismes, médecine biologique  -  [Angl. : Somatotrophin, Somatotrophic hormone]   N. f.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * trophine : du grec trophê [troph(o)-,  -trophie], nourriture, développement.  
    La somatotrophine est aussi connue sous les noms d
'hormone de croissance ou GH (de l'anglais growth hormone), hormone somatotrope ou STH, somatostimuline(du latin stimulare, de stimulus [-stimuline, -stimulant, -stimulation], aiguillon, qui incite, qui excite), somathormone(du grec hormôn [hormon(o)-], exciter).
    L'hormone somatotrope est une molécule de poids moléculaire 21 500, sécrétée par les cellules éosinophiles du lobe antérieur de l'hypophyse sous le contrôle de l'hypothalamus, par l'intermédiaire de la GRF ou GH-RF (growth hormone releasing factor) qui est un facteur stimulant, et du SRIF (ou somatostatine - voir cette définition), facteur inhibant. La régulation de l'hormone de croissance est complexe car d'autres facteurs interviennent, soit en favorisant sa sécrétion : hypoglycémie, certains acides aminés comme l'arginine et l'ornithine, soit en la diminuant, comme l'hyperglycémie.

    La STH agit en réalité sur tous les tissus de l'organisme et en particulier sur les tissus osseux. Un excès de production ou d'administration de l'hormone de croissance avant la puberté (au cours de laquelle les cartilages de conjugaison disparaissent dans les os longs et provoquent la soudure de la diaphyse et des épiphyses) provoque une forme plus ou moins accentuée de gigantisme, alors qu'une sécrétion insuffisante entraîne le nanisme.
    L'hormone de croissance intervient aussi
* dans le métabolisme des protides en favorisant leur synthèse et la multiplication cellulaire,
* dans le métabolisme des lipides en augmentant la lipolyse et l'apport d'acides gras libres aux cellules,
* dans le métabolisme des glucides en favorisant la glycolyse intracellulaire et de ce fait, elle est antagoniste de l'insuline et a une action diabétogène sur une longue durée.
    Les valeurs normales pour la STH sont : 30 à 70 μg/L chez le nouveau-né, inférieur ou égal à 10  μg/L chez l'enfant, inférieur ou égal à 5  μg/L chez l'adulte. À noter que ces chiffres sont très variables au cours d'une même journée et qu'ils sont influencés par l'alimentation, l'exercice physique, du stress, entre autres.
   Haut de page

Somatotype
Anthropologie  -  [Angl. : Somatotype]   N. m.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * type : du grec tupos [-type, -typie, -typique], empreinte, modèle.  
    Un somatotype est un type morphologique ou corporel. Pour en savoir beaucoup plus sur les types corporels, voir la définition de "Types corporels".
    Haut de page

Somesthésie
Neurologie, anatomie  -  [Angl. : Somaesthesia, somesthesia]   N. f.  * soma : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * esthésie : du grec aisthêsis [esthésio-, esthésie], sensation, perception.  
    La somesthésie représente la sensibilité à toutes les excitations subies par notre corps, à l'exception de celles perçues par les organes sensoriels. Il s'agit de celles les plus connues : sensibilité au chaud, au froid, aux pressions, à la douleur, mais aussi d'excitations plus profondes, comme les sensations proprioceptives au niveau des muscles et des tendons.      Haut de page

Somatotopique
Neurologie, anatomie  -  [Angl. : Somatotopic]   Adj.  * somato : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps ; * topique : du grec topikos, de topos [topo-, -topie, -topique, -topisme], lieu, espace.  
    La représentation somatotopique est la localisation, sur les hémisphères cérébraux, des aires qui interviennent dans la motricité volontaire et dans la sensibilité générale. Ces localisations donnent lieu à la réalisation d'un homoncule.
    Haut de page