Retour à la page d'accueil  S - TERMINOLOGIE MEDICALE - S  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 18-07-2018

Sténo-, -sténose     Du grec stenosis [stén(o)-, -sténose], rétrécissement d’un conduit ou d’un organe naturel. La racine "sténo-" peut aussi former des composés qui ont le sens de restriction, voire de développement incomplet comme sténoxène ou sténothorax, par ex.


Sténocardie - Sténocéphale - Sténocéphalie - Sténopéique - Sténose - Sténosé - Sténose du canal lombaire - Sténose spinale - Sténose spinale centrale - Sténose spinale latérale - Sténostomie - Sténothorax - Sténoxène

Sténocardie
Cardiologie
  -  [Angl. : Stenocardia]   N. f.  * sténo :
du grec stenosis [stén(o)-, -sténose], rétrécissement d’un conduit ou d’un organe naturel ; * cardie : du grec kardia [cardi(o)-, -carde, -cardie], cœur. 
    La sténocardie est plus connue sous le nom d'angine de poitrine. L'angine est une condition souvent caractérisée par des douleurs ou de l'inconfort dans la poitrine qui sont attribuables à une diminution soudaine du flux sanguin vers le cœur. La douleur se fait surtout sentir dans la poitrine, sous le sternum, mais elle peut s'étendre vers le cou et les bras. Elle disparaît habituellement après quelques minutes de repos.
    Les crises d'angine (ou de sténocardie) surviennent fréquemment durant des périodes d'activités physiques accrues ou de stress émotionnel lorsque le cœur doit battre plus rapidement que d'habitude. L'angine ne constitue pas une maladie en soi, mais un symptôme d'une maladie sous-jacente des artères, habituellement une maladie cardiaque. Dans les cas graves, la sténocardie peut conduire à la crise cardiaque.     Haut de page

Sténocéphalie   Sténocéphale
Anatomie, neurologie, embryologie 
[Angl. : Stenocephalia, Stenocephale]   N. f.  * sténo :
du grec stenosis [stén(o)-, -sténose], rétrécissement d’un conduit ou d’un organe naturel ; * céphalie : du grec kephalê [-céphale, céphal(o)-, -céphalie], tête. 
     Un fœtus sténocéphale (ou acrocéphale)  présente une malformation pathologique du crâne, caractérisée par un accroissement en hauteur et un aplatissement sagittal et frontal. Elle correspond souvent à une fermeture prématurée des fontanelles et/ou d'une ou plusieurs lignes de sutures. Il en résulte un arrêt du développement et un retard mental.
    Voir aussi "dysostose" et "maladie de Crouzon".      Haut de page

Sténopéique
Ophtalmologie
  -  [Angl. : Stenopeic]   Adj.  * sténo :
du grec stenosis [stén(o)-, -sténose], rétrécissement d’un conduit ou d’un organe naturel ; * opéique : du grec ôps, opsis [ops, -opie, -opsie], œil, vue. 
    Textuellement, sténopéique signifie : qui rétrécit la vision. Cet adjectif caractérise ce qui présente une fente ou une ouverture très étroite, voire punctiforme. Ex. : lunettes sténopéiques (du mot sténopé, qui désigne un objectif constitué d'un simple trou dans la paroi d'une chambre noire).    Haut de page

Sténose   Sténosé
Anatomie
  -  [Angl. : Stenosis, Stenosed]   N. f.  * sténose :
du grec stenosis [stén(o)-, -sténose], rétrécissement d’un conduit ou d’un organe naturel
    Une sténose est un rétrécissement d'un canal, d'un vaisseau ou d'un orifice naturel. La sténose peut affecter de nombreux organes : sténose veineuse ou artérielle, sténose de l'intestin, du cardia, du pylore etc. Au niveau d'un orifice, la sténose est souvent provoquée par une hypertrophie du muscle sphincter ou par le développement d'une tumeur. 
    Adj. : sténosé : qui présente un ou plusieurs rétrécissements.  Un exemple de sténose artérielle     Haut de page

Sténose spinale   Sténose spinale centrale   Sténose spinale latérale   Sténose du canal lombaire
Rhumatologie, neurochirurgie, imagerie médicale  - 
[Angl. : Spinal stenosis, Central spinal stenosis, Lateral spinal stenosis, Narrowing of the lumbar vertebral canal]   N. f.  * sténose : du grec stenosis [stén(o)-, -sténose], rétrécissement d’un conduit ou d’un organe naturel ; * spinale : du latin spina [spin(o)-, -spinal], épine et, par extension, relatif à la colonne vertébrale ou à la moelle épinière. 
    La sténose spinale est la
diminution de la section (ou du diamètre) du canal rachidien lombaire dans lequel passe la moelle épinière. Cette pathologie a généralement pour conséquence une compression des racines d'un ou plusieurs nerfs rachidiens (il y en a 31 paires qui partent de la moelle épinière et passent par les trous de conjugaison des vertèbres), les plus fréquentes se situant au niveau lombaire et affectant les nerfs rachidiens et cruraux. Ils génèrent les redoutables sciatalgies.
    Dans la sténose spinale centrale, c'est l'usure des structures mêmes de la colonne vertébrale qui peut être à l'origine d'un rétrécissement du canal rachidien, et qui est susceptible de compresser et d'irriter les racines d'un ou plusieurs nerfs. Lorsque ce sont les racines du sciatique qui sont concernées par la sténose spinale, les douleurs sont ressenties dans les deux jambes, douleurs qui se manifestent à la marche ou en position debout immobile ; la sténose du canal lombaire entraîne quelquefois une compression de la moelle épinière elle-même à l'origine de lombalgies (douleurs de la région constituée par les cinq vertèbres lombaires, correspondant au rachis lombaire) d'origine inflammatoire ou mécanique.

    Le rétrécissement du canal lombaire peut aussi être occasionné par des ostéophytes. Ils peuvent également entourer complètement le disque situé entre les vertèbres (disque intervertébral) et constituer des liaisons entre les vertèbres, donnant parfois des images dites "en flammes de bougies", ou "en corne de rhinocéros". Le rétrécissement du canal rachidien peut également être le résultat d'une arthrose, d'une maladie de Paget, d'un spondylolisthésis avec œdème (collection de liquides) de la queue de cheval (regroupement des nerfs terminant la moelle épinière) et se manifestant par des douleurs dans les fesses, les cuisses ou les mollets lors de la marche, de la montée des escaliers et de la course.
    Généralement, ce syndrome survient sur un canal qui est rétréci de façon congénitale. Il n'a rien à voir avec la sciatique : pour cette raison, on parle de douleurs pseudosciatalgiques qui cessent au repos. La douleur secondaire à la sténose du canal rachidien n'est pas soulagée par la station debout mais par la flexion du dos ou la station assise.
    Certains patients signalent également la présence de paresthésies (fourmillements) qui peuvent persister. Généralement la montée des côtes est moins douloureuse que la descente parce que le dos est légèrement fléchi (penché en avant). On parle également de claudication intermittente médullaire, qui entraîne, si le patient insiste lors de sa marche, une faiblesse des jambes qui se dérobent.

    Sténose spinale latérale
: il s'agit du rétrécissement des orifices par lesquels sortent les racines du nerf sciatique, dû lui aussi à l'usure des structures de la colonne vertébrale. La compression et l'irritation des racines provoque de la douleur, laquelle se manifeste le plus souvent dans une seule jambe. Elle peut se présenter à la marche ou au repos.      Haut de page

Sténostomie
Odontostomatologie, chirurgie ORL
  -  [Angl. : Stenostomia]   N. f.  * sténo :
du grec stenosis [stén(o)-, -sténose], rétrécissement d’un conduit ou d’un organe naturel ; * stomie : du grec stoma [stom(a)-, stomat(o)-, -stome, -stomie], bouche. 
    La sténostomie est un rétrécissement pathologique de la bouche. Cette affection, généralement congénitale, peut, dans des cas extrêmes, nécessiter une intervention de chirurgie réparatrice.      Haut de page

Sténothorax
Anatomie, pneumologie, chirurgie orthopédique et traumatologique
  -  [Angl. : Stenothorax]   N. f.  * sténo :
du grec stenosis [stén(o)-, -sténose], rétrécissement d’un conduit ou d’un organe naturel ; * thorax : du grec thôrax, thôrakos [thorac(o)-], cavité limitée par les côtes et le diaphragme. 
    Un sténothorax désigne un thorax anormalement peu développé. Cette affection est principalement congénitale et peut être grave si la capacité pulmonaire est très diminuée.      Haut de page

Sténoxène
Parasitologie  -  [Angl. : Stenoxenous]   Adj * sténo : du grec stenosis [stén(o)-, -sténose], rétrécissement d’un conduit ou d’un organe naturel, étroit ; * xène : du grec xenos [xén(o)], étranger. 
    L'adjectif sténoxène caractérise un parasite qui n'a qu'un seul hôte ou qui n'est inféodé qu'à un très petit nombre d'hôtes. Exemples : les poux, les hématozoaires, les tiques, le tænia, entre autres.
      Haut de page