Retour à la page d'accueil  S - TERMINOLOGIE MEDICALE - S  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 18-07-2018

Syphil(o)-     Du latin syphilis, maladie vénérienne. Le mot "syphilis" vient du nom du berger Syphilus [syphil(o)-, -syphilitique], et désigne la maladie vénérienne due au Tréponème pâle, Treponema pallidum.


Syphilide - Syphilide acnéiforme - Syphilide bulbeuse - Syphilide maculeuse - Syphilide papuleuse - Syphilide pigmentaire - Syphilide pustuleuse - Syphilographe - Syphiligraphie - Syphiliographie - Syphilis - Syphilisation - Syphilis congénitale - Syphilis congénitale précoce - Syphilis congénitale tardive - Syphilis décapitée - Syphilis latente - Syphilis primaire - Syphilis secondaire - Syphilis secondaire précoce - Syphilis secondaire tardive - Syphilis sérologique - Syphilis tertiaire - Syphilithérapie - Syphilitique - Syphilogène - Syphilographie - Syphiloïde - Syphilologie - Syphilomanie - Syphilome - Syphilome anorectal - Syphilome primaire - Syphilopathie - Syphilophobie - Syphilothérapie

Syphilide   Syphilide acnéiforme   Syphilide bulbeuse   Syphilide maculeuse   Syphilide papuleuse   Syphilide pigmentaire   Syphilide pustuleuse  
Vénérologie, dermatologie, immunologie allergologie, épidémiologie et santé publique  -  [Angl. : Syphilid, Acneiform (or acneform) syphilid, Bulbous syphilid, Macular syphilid, Papular syphilid, Pigmentary syphilid, Pustular syphilid]   N. f.  * syphilide : du latin syphilis, du nom du berger Syphilus [syphil(o)-, -syphilitique], maladie vénérienne due au Tréponème pâle ou Treponema pallidum
   
Le mot syphilide est un terme générique qui désigne toutes les manifestations cutanées qui interviennent dans les phases de la syphilis, hormis le chancre. Une syphilide peut donc revêtir de nombreux aspects. En effet, on parle de syphilide pigmentaire lorsque, dans la phase secondaire, elle se pigmente et tranche davantage sur la peau. Exemple : le collier de Vénus qui apparaît au niveau du cou - voir "syphilis".
Sans entrer dans les détails, on peut rencontrer des syphilides qui ont l'aspect :
- de papules situées autour des follicules pilosébacés : syphilides acnéiformes (* acnéi- : du grec akmê [acné], qui a été altéré et qui signifie pointe ; * forme : du latin forma [-forme], moule, aspect),
- d'une tache : syphilide maculeuse (du latin macula [macule, maculeux, maculer], tache),
* d'un bouton : syphilide papuleuse (du latin papula, variété de papilla [papill(o)-], mamelon du sein et, par extension, papille : petite éminence saillante à la surface d’une muqueuse et de la peau),
* d'une cloque simple : syphilide bulbeuse (du latin bulla [bulle, bulleux, euse], goutte d’eau ; vésicule plus ou moins grosse, remplie de liquide, siégeant en un point variable de la peau)
* ou remplie de pus : syphilide pustuleuse (du latin pus, puris, liquide jaunâtre qui se forme aux points d’infection d’un organisme, et de pustula, petite saillie de la peau contenant du pus), entre autres.   Haut de page

Syphilis décapitée   Syphilis sérologique   Syphilis latente
Vénérologie, dermatologie, immunologie allergologie, épidémiologie et santé publique  -  [Angl. : Beheaded syphilis, Serological syphilis, Latent syphilis]   N. f.  * syphilis : du latin syphilis, du nom du berger Syphilus [syphil(o)-, -syphilitique], maladie vénérienne due au Tréponème pâle ou Treponema pallidum ; * - : du préfixe latin de- [dé-,  dés-], marquant une idée de séparation, de privation ; * capitée : du latin caput, capitis [capit(o)-, -capitation], relatif à la tête
    On qualifie de décapitée, une forme particulière de syphilis qui se déclare sans qu'il y ait eu de chancre initial. Pour plus de renseignements, voir la définition de syphilis.
    Il arrive chez certaines personnes que les tests sérologiques de la syphilis soient positifs (voir la définition de syphilis - sérodiagnostic) alors que ces personnes ne présentent encore aucun des symptômes de cette maladie. On qualifie ce stade de syphilis sérologique
(* séro :
du latin serum [sér(o)-, séreux, se], petit-lait ; en physiologie : liquide qui se sépare du sang après coagulation ; * logique : du grec logos [log(o)-, -logie, -logique, -logiste, -logue] science, discours, raison) ou syphilis latente(du latin latens, -entis, de latere [latent, latente, latence], être caché, qui existe sans manifester sa présence).    Haut de page

Syphilographe   Syphiligraphie   Syphiliographie   Syphilographie   Syphilologie
Vénérologie, dermatologie, immunologie allergologie, épidémiologie et santé publique  -  [Angl. : Syphilograph, Syphilography, Syphilology]   N. m.  * syphilis : du latin syphilis, du nom du berger Syphilus [syphil(o)-, -syphilitique], maladie vénérienne due au Tréponème pâle ou Treponema pallidum ; * graphie : du grec graphein [-graphe, -graphie, -graphique, graph(o)-], écrire
    Le syphylographe est le médecin spécialisé dans l'étude de la syphilis, de son évolution et de ses traitements. La syphilographie ou syphiliographie ou siphilographie est donc l'étude de la syphilis, de sa propagation (dans les populations, de la mère à l'enfant), de son évolution et de ses traitements. Syn. : syphilologie(du grec logos [log(o)-, -logie, -logique, -logiste, -logue] science, discours, raison).    Haut de page

Syphilis   Syphilis primaire   Syphilis secondaire   Syphilis secondaire précoce   Syphilis secondaire tardive   Syphilis tertiaire
Vénérologie, dermatologie, immunologie allergologie, épidémiologie et santé publique  -  [Angl. : Syphilis, Primary syphilis, Secondary syphilis, Early secondary syphilis, Late secondary syphilis, Tertiary syphilis]   N. f. 
* syphilis : du latin syphilis, du nom du berger Syphilus [syphil(o)-, -syphilitique], maladie vénérienne due au Tréponème pâle ou Treponema pallidum      
    Autrefois appelée "le mal de Naples" ou "le mal napolitain" par les français, "il male francese" par les italiens, "the french disease" par les anglais, la syphilis a été redoutée pendant des siècles pour sa contagiosité, sa gravité et les tares qu'elle provoquait chez les enfants de syphilitiques. Connue aussi sous le nom de vérole
(du bas latin médical variola, de varius [vérole, variole], varié, maladie éruptive), elle a été essentiellement transportée et diffusée par les armées en campagne.
    Cette maladie vénérienne ou MST (maladie sexuellement transmissible) se transmet par contact entre les muqueuses génitales et était MDO (maladie à déclaration obligatoire - aux services de santé) jusqu'en juillet 2000. Des réseaux de surveillance ont depuis été mis en place du fait de la forte recrudescence (comme pour toutes les autres MST) de la syphilis, signalée régulièrement par les bulletins épidémiologiques du Ministère de la Santé. La liste des MDO peut être consultés sur le site de l'INVS (Institut National de Veille Sanitaire)
. On distingue essentiellement 3 phases dans le développement de la syphilis.

* Syphilis primaire.
    Elle débute au moment de l'inoculation, c'est-à-dire du rapport sexuel infectant.
Deux à trois semaines après la contamination apparaît un chancre sous la forme d'une érosion ronde et aplatie, rose, à base ferme et indurée (devenue plus dure). Ce chancre se situe chez l'homme sur la verge, le plus souvent sur le gland ou sous le prépuce. Cette situation et le fait qu'il soit indolore fait qu'il passe souvent inaperçu ou, si on le voit, on ne pense pas forcément à la syphilis.
    Chez la femme, il est le plus souvent localisé à l'intérieur du vagin, quelquefois à l'intérieur des petites lèvres et n'est découvert qu'à l'occasion d'un examen gynécologique.
    Chez l'homme comme chez la femme, un ou plusieurs ganglions se développent dans l'aine mais eux aussi sont indolores. À ce stade, tout concoure donc pour une contamination d'autres personnes, d'autant plus que le chancre est un véritable réservoir de tréponèmes, facilement reconnaissables avec un microscope optique. Le malade est déjà hautement contagieux. Il est donc particulièrement important de consulter son médecin au moindre doute et en finir une fois pour toutes avec le préjugé "syphilis = maladie honteuse".
    Si la maladie est diagnostiquée à ce stade, la guérison est totale et relativement rapide avec une antibiothérapie adaptée (pénicilline ou tétracycline) et une abstinence pendant la durée du traitement, ce qui est la moindre des choses. Des contrôles sérologiques seront ensuite pratiqués pendant quelques mois pour suivre l'évolution du traitement. Points importants à ne pas méconnaître :
* une première syphilis, même guérie "dans les temps" ne confère aucune immunité et le patient peut tout aussi facilement se réinfecter ; * le chancre disparaît spontanément et le malade se croit guéri, alors que la maladie continue son évolution et sera de plus en plus difficile à soigner.

* Syphilis secondaire.
    Elle commence le deuxième mois et peut durer jusqu'à la troisième ou quatrième ou année. Pendant cette période où le malade reste contagieux, on voit d'abord apparaître une roséole dite syphilitique ou syphilis secondaire précoce (qui n'a donc rien à voir avec la roséole infantile) : ce sont des taches roses, peu colorées, qui apparaissent sur le ventre, les flancs, les plis.
Cette éruption s'accompagne d'un état correspondant à un syndrome grippal avec poussées de fièvre, courbatures, céphalées, fatigue, ainsi qu'une polyadénopathie caractéristique ; gonflement généralisé des ganglions lymphatiques.
    Ces taches ne sont pas douloureuses et, même si on ne fait rien, tout disparaît dans la plupart des cas ! Sinon, des plaques muqueuses rosées se recouvrent parfois d'un enduit blanchâtre, se développent sur la langue, au coin des lèvres et sur les organes génitaux. Les ganglions gonflent mais l'état général reste encore satisfaisant.
    Si le traitement est démarré à ce stade, tout disparaît. Sans traitement,  la roséole cède la place à des syphilides brunâtres qui dessinent un fin réseau à la base du cou, qui a été appelé "collier de Vénus" et qui résiste même très longtemps au traitement. Dans cette même période, les cheveux tombent par plaques en arrière et au-dessus des oreilles formant ce que les dermatologues appellent une alopécie en clairière, caractéristique de la syphilis.
    Si le traitement n'est toujours pas commencé, une deuxième éruption se produit, formée de centaines de papules saillantes, rouge foncé, sur tout le corps et tout particulièrement sur les mains et la plante des pieds. C'est la syphilis secondaire tardive. Certaines de ces papules s'ulcèrent et l'état général se dégrade très vite.

* Syphilis tertiaire.
    Toujours en l'absence de traitement, cette troisième phase se déclenche avec des atteintes cutanées : gommes (nodosités molles) qui finissent par s'ulcérer, tubercules et nodules aux jambes, organes génitaux et à la bouche, avec destruction simultanée des tissus osseux et cartilagineux. En même temps, les troubles neurologiques et cardiaques se précisent : tabès (atteinte de la moelle épinière), paralysie générale, douleurs viscérales paroxystiques, insuffisance aortique entraînant le plus souvent la mort.

* Sérodiagnostic de la syphilis : n. m.  * séro :
du latin serum [sér(o)-, séreux, se], petit-lait ; en physiologie : liquide qui se sépare du sang après coagulation ; * diagnostic : du grec diagnôstikos |-diagnostique], signes qui font connaître la nature des maladies. 
    Le sérodiagnostic de la syphilis est une variante du VDRL ou Veneral Disease Research Laboratory.  * VDRL : en français : recherche de laboratoire sur les maladies vénériennes, encore que le VDRL concerne plus spécifiquement la syphilis.  Ce sérodiagnostic peut se faire par la réaction du VDRL. C'est une réaction d'agglutination passive réalisée entre un Ac anti-Ag cardiolipidique (Ac appelé réagine) et un Ag cardiolipidique normalement soluble, mais rendu particulaire par fixation sur un support figuré (particule en charbon ou latex généralement).
    Cette fixation a pour avantage de provoquer des réactions d'agglutination visibles facilement à l'œil nu. Pour le dépistage de la syphilis, le VDRL est souvent associé au test TPHA 
    Haut de page

Syphilisation
Recherche médicale, vénérologie, immunologie allergologie  -  [Angl. : Syphilization]   N. f.  * syphilis : du latin syphilis, du nom du berger Syphilus [syphil(o)-, -syphilitique], maladie vénérienne due au Tréponème pâle ou Treponema pallidum ; * ation : du latin atio, ationis [-ation, -ateur], suffixe nominal, qui transforme une racine en nom, ou un verbe (et son sujet) en un substantif (nom d’agent ou d’instrument, nom de personne exerçant une action, un métier, etc.) 
     La syphilisation est le fait d'inoculer volontairement, à des fins expérimentales, la syphilis à des animaux de laboratoire.      Haut de page

Syphilithérapie   Syphilothérapie
Recherche médicale, vénérologie, immunologie allergologie  -  [Angl. : Syphilotherapy]   N. f.  * syphilo : du latin syphilis, du nom du berger Syphilus [syphil(o)-, -syphilitique], maladie vénérienne due au Tréponème pâle ou Treponema pallidum ; * thérapie : du grec therapeuein [- thérapeute, -thérapie], soigneur, soigner. 
    La syphilithérapie ou syphilothérapie est l'utilisation de tous les moyens actuellement disponibles pour soigner la syphilis.      Haut de page

Syphilitique
Vénérologie, dermatologie, immunologie allergologie, épidémiologie et santé publique  -  [Angl. : Syphilitic]   Adj. et nom  * syphilis : du latin syphilis, du nom du berger Syphilus [syphil(o)-, -syphilitique], maladie vénérienne due au Tréponème pâle ou Treponema pallidum ; * ique : du grec eikôs [-ique, -(ic)ien, -ienne], semblable, propre à, ou suffixe servant à transformer des substantifs en adjectifs ou en d’autres substantifs
    L'adjectif syphilitique qualifie ce qui se rapporte à la syphilis ou une personne qui en est atteinte.     Haut de page

Syphilogène
Vénérologie, dermatologie, immunologie allergologie, épidémiologie et santé publique  -  [Angl. : Syphilogenous]   Adj.  * syphilis : du latin syphilis, du nom du berger Syphilus [syphil(o)-, -syphilitique], maladie vénérienne due au Tréponème pâle ou Treponema pallidum ; * con : lorsqu'il s'agit d'un préfixe, vient du latin cum, avec ; * gène : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, -génie, -génique, -génisme, -génétique], naissance, formation, qui engendre
    L'adjectif syphilogène qualifie tout ce qui est susceptible de provoquer l'apparition de la syphilis ou de favoriser son apparition et son évolution.    Haut de page

Syphilis congénitale   Syphilis congénitale précoce   Syphilis congénitale tardive
Vénérologie, dermatologie, immunologie allergologie, épidémiologie et santé publique  -  [Angl. : Congenital syphilis, Early congenital syphilis, Late congenital syphilis]   N. f.  * syphilis : du latin syphilis, du nom du berger Syphilus [syphil(o)-, -syphilitique], maladie vénérienne due au Tréponème pâle ou Treponema pallidum ; * con : lorsqu'il s'agit d'un préfixe, vient du latin cum, avec ; * génito, génital : du latin genitalis, de genitum, genere [génit(o)-, -génital], engendrer
    Important : ne pas confondre "congénitale" et "héréditaire". En effet, la syphilis n'est pas héréditaire, il n'y a pas de gène de la syphilis. On parle de syphilis congénitale lorsque des enfants dont la mère est syphilitique naissent avec la maladie qu'ils ont contractée pendant la grossesse.
    * Si la syphilis se manifeste pendant les deux premières années de la vie, on parle de syphilis congénitale précoce. Le bébé présente des lésions cutanées, des atteintes des muqueuses et d'un nombre impressionnant d'organes : foie, rate, squelette, reins, poumons, yeux.
    * Elle peut aussi ne se manifester qu'entre 5 et 10 ans : c'est la syphilis congénitale tardive. Les symptômes sont identiques à ceux de la forme précoce, avec en plus des atteintes neurologiques, odontostomatologiques, entre autres.    Haut de page

Syphiloïde
Vénérologie, dermatologie, immunologie allergologie, épidémiologie et santé publique  -  [Angl. : Syphiloid]   Adj.  * syphilo : du latin syphilis, du nom du berger Syphilus [syphil(o)-, -syphilitique], maladie vénérienne due au Tréponème pâle ou Treponema pallidum ; * oïde : du grec eidos, [-oïde, -oïdal, -oïdien], qui a l’apparence
    L'adjectif syphiloïde qualifie une éruption cutanée qui ressemble à celle observée dans la syphilis, mais qui n'a aucun rapport avec cette maladie.    Haut de page

Syphilomanie
Psychologie psychiatrie  -  [Angl. : Syphilomania]   N. f.  * syphilo : du latin syphilis, du nom du berger Syphilus [syphil(o)-, -syphilitique], maladie vénérienne due au Tréponème pâle ou Treponema pallidum ; * manie : du latin mania [maniaco-, -maniaque, -manie], folie, habitude bizarre
    La syphilomanie est un trouble obsessionnel, une névrose, dans lequel le malade est persuadé qu'il est atteint de syphilis.    Haut de page

Syphilophobie
Psychologie psychiatrie  -  [Angl. : Syphilophobia]   N. f.  * syphilo : du latin syphilis, du nom du berger Syphilus [syphil(o)-, -syphilitique], maladie vénérienne due au Tréponème pâle ou Treponema pallidum ; * phobie : du grec phobos [-phobe, -phobie], crainte
    La syphilophobie est une crainte irrépressible, une véritable peur panique, de contracter la syphilis.    Haut de page

Syphilome   Syphilome anorectal   Syphilome primaire
Vénérologie, dermatologie, immunologie allergologie, épidémiologie et santé publique  -  [Angl. : Syphiloma, Anorectal syphiloma, Primary syphiloma]   N. m.  * syphilo : du latin syphilis, du nom du berger Syphilus [syphil(o)-, -syphilitique], maladie vénérienne due au Tréponème pâle ou Treponema pallidum ; * con : lorsqu'il s'agit d'un préfixe, vient du latin cum, avec ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction
    Le syphilome est une production pathologique de nature syphilitique et qui ressemble de façon plus ou moins évidente à une tumeur : ce que les dermatologues vénérologues nomment aussi une gomme. Le syphilome anorectal (* ano : du latin anulus [an(o)-, -anal], anneau, relatif à l’anus ; * recto, rectal : du latin recta, recte [rect(o)-], droit, exactement, et de l’expression rectum intestinum, dernière partie de l’intestin qui aboutit à l’anus, c’est-à-dire le rectum) produit une sténose (rétrécissement) du rectum au niveau de l'anus.
    Il a longtemps été considéré comme un symptôme de la syphilis tertiaire mais qui est rattachée aujourd'hui à la maladie de Nicolas et Favre, lymphogranulomatose inguinale aigüe ou vénérienne. Quant au syphilome primaire, il désigne le chancre induré qui apparaît dans la syphilis primaire.    Haut de page

Syphilopathie
Vénérologie, dermatologie, immunologie allergologie, épidémiologie et santé publique  -  [Angl. : Syphilopathy]   N. f.  * syphilo : du latin syphilis, du nom du berger Syphilus [syphil(o)-, -syphilitique], maladie vénérienne due au Tréponème pâle ou Treponema pallidum ; * con : lorsqu'il s'agit d'un préfixe, vient du latin cum, avec ; * pathie : du grec pathos [-pathie, -pathique, -pathe, patho-], souffrance, changement accidentel
    Le mot syphilopathie est un terme générique qui désigne toutes les pathologies qui apparaissent pendant l'évolution de la syphilis - voir la définition de la syphilis.    Haut de page