Retour à la page d'accueil  S - TERMINOLOGIE MEDICALE - S  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 10-05-2020

Schist(o)-       Du latin schistus, du grec skhistos [schist(o)-], que l’on peut fendre. Le mot "schiste" désigne une roche sédimentaire ou métamorphique qui présente une structure feuilletée et peut être facilement débitée en plaques plus ou moins fines.


Schistocyte - Schistoprosopie - Schistose - Schistosoma - Schistosoma hæmatobium - Schistosoma intercalatum - Schistosoma japonicum - Schistosoma mansoni - Schistosomatidae - Schistosome - Schistosomiase - Schistosomiase artérioveineuse - Schistosomiase asiatique - Schistosomiase de Manson - Schistosomiase intestinale - Schistosomiase urinaire - Schistosomiase vésicale - Schistosomose

Schistocyte
Hématologie, médecine biologique  -  [Angl. : Schistocyte]  N. m.  * schisto : du latin schistus, du grec skhistos [schist(o)-], que l’on peut fendre ; * cyte : du grec kutos [cyto-, -cyte, -cytie], cellule. 
    Syn. : schyzocyte. Le schistocyte est une hématie (ou érythrocyte ou globule rouge) qui a une forme particulière : il est triangulaire au lieu d'être rond, ou coupé en deux. Il résulte de la fragmentation d'un globule rouge sur un obstacle (caillot, prothèse endocardiaque, entre autres).
    La présence plus ou moins importante de schistocytes est le signe d'une forme d'hémolyse (destruction des éléments figurés du sang) et il convient, par l'analyse microscopique d'un frottis, d'en évaluer la gravité, puis d'en déterminer la cause.       Haut de page

Schistoprosopie
Anatomopathologie, chirurgie faciale  -  [Angl. : Schistoprosopia]  N. f.  * schisto : du latin schistus, du grec skhistos [schist(o)-], que l’on peut fendre ; * schizo : du grec skhizein [schiz(o)-, -schisis], fendre, diviser ; * prosopie : du grec prosôpon [prosop(o)-, -prosopie], visage. 
    La schizoprosopie, aussi appelée schistoprosopie, est une malformation craniofaciale médiane congénitale, qui se traduit par une division de presque toute la face, résultant d'une fissure en bec-de-lièvre qui se prolonge vers le haut.       Haut de page

Schistose
Pneumologie  -  [Angl. : Schistosis]  N. f.  * schisto : du latin schistus, du grec skhistos [schist(o)-], que l’on peut fendre ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    La schistose est une pathologie pulmonaire qui résulte de l'inhalation pendant une période plus ou moins longue, de poussières de schistes ou plus précisément d'ardoises. Cette affection est aussi connue sous le nom de maladie des ardoisiers et fait partie des pneumoconioses (du grec konis [coni(o)-], poussière) et donc des maladies professionnelles. Comme pour les autres pneumoconioses, le malade est d'abord essoufflé à l'effort, puis une fibrose interstitielle se forme progressivement. Il n'y a pas de traitement spécifique.       Haut de page

Schistosomiase   Schistosoma   Schistosoma japonicum   Schistosomiase artérioveineuse   Schistosomiase asiatique   Schistosoma mansoni   Schistosoma hæmatobium   Schistosomose   Schistosomiase urinaire   Schistosomiase vésicale   Schistosomiase de Manson   Schistosomiase intestinale   Schistosoma intercalatum   Schistosomatidae   Schistosome
Parasitologie pathologies infectieuses et tropicales, médecine biologique  -  [Angl. : Schistosomiasis, Schistosoma, Schistosoma japonicum, Arteriovenous schistosomiasis, asiatic schistosomiasis, Schistosoma mansoni, Schistosoma haematobium, Schistosomiasis, Urinary schistosomiasis, Vesical schistosomiasis, Manson's schistosomiasis, Intestinal schistosomiasis, Schistosoma intercalatum, Schistosomatidae, Schistosomus, schistosoma]  N. f.  * schisto : du latin schistus, du grec skhistos [schist(o)-], que l’on peut fendre ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction ; * iase : du grec iasis, guérison. En médecine, le suffixe -iase est utilisé pour désigner un état pathologique. 
    La schistosomiase (ou schistosomose) est une maladie parasitaire due à des vers du genre Schistosoma ou schistosome, appartenant à la famille des Schistosomatidae. Cette maladie endémique, qui se rencontre essentiellement en Asie, Afrique et Amérique du Sud est aussi connue sous le nom de bilharziose (du docteur allemand T. BILHARZ, 1825 - 1862) et concerne plusieurs millions de personnes.
    Le cycle de développement des Schistosoma ou bilharzies passe toujours par un mollusque d'eau douce spécifique. Les larves passent ensuite dans l'eau et c'est elle qui devient contaminante. Les larves passent dans les vaisseaux sanguins, la vessie, l'intestin, le rectum, le foie, la rate, s'y développent en vers adultes de quelques millimètres de long. Les vers adultes ont une durée de vie qui peut atteindre quinze ans et les femelles pondent chaque jour des centaines d'oeufs qui passent dans l'urine et les matières fécales.
    Quand les larves pénètrent dans l'organisme humain en traversant la peau, on note de vives démangeaisons. Après une période de quelques semaines apparaissent des fièvres, une dysenterie et des plaques d'urticaire. Des analyses de laboratoires effectuées sur le malade à ce stade, révèlent de très nombreux éosinophiles et surtout des anticorps antibilharziens. Le traitement des bilharzioses repose essentiellement sur des antihelminthiques qui guérissent de la maladie en quelques jours.

    On distingue plusieurs formes de schistosomiase, en fonction du ver parasite ou de l'organe concerné.
* Schistosoma japonicum
[Chine, Philippines, Indonésie] provoque une forme dite artérioveineuse ou asiatique de schistosomiase qui se traduit par des anomalies sanguines graves (éosinophilie et toxi-infection), mais aussi une splénomégalie et une hépatomégalie (augmentation anormale de la taille de la rate et du foie), des dysenteries (diarrhées nombreuses et sanguinolentes).
* Schistosoma mansoni
[Antilles, Brésil, Afrique noire, Égypte, péninsule arabique] est responsable de la schistosomiase intestinale ou schistosomiase de Manson, caractérisée par une atteinte de l'intestin et du foie.
* Il existe encore bien d'autres formes de schistosomiases, notamment la schistosomiase urinaire ou vésicale, dont le responsable est Schistosoma hæmatobium [Afrique, Proche-Orient] et qui se traduit par des troubles sévères au niveau de la vessie et de l'urine (hématurie).
* Enfin, Schistosoma intercalatum [Afrique centrale] est à l'origine d'une schistosomiase qui touche essentiellement le rectum.      Haut de page