Retour à la page d'accueil  A - TERMINOLOGIE MEDICALE - A  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 25-02-2020

Argent(o)-, argin(o)-, argyr(o)-      Du latin argentum, désignant le métal blanc précieux, l'argenterie, puis la monnaie. La racine argin(o)-, qui a donné notamment le mot arginine, vient du grec arginoeis, blanc argenté. Le latin argyritis, emprunté au grec arguros, désigne le minerai d'argent et a donné la racine argyr(o)-.


Argent - Argent colloïdal - Argent (nitrate d') - Argentaffine - Argentation - Argentine (fièvre hémorragique d') - Argentique - Argentophile - Arginase - Arginine - Argininémie - Arginine-vasopressine - Argininurie - Arginosuccinurie - Argyrémie - Argyrie - Argyrique - Argyrisme - Argyrophile

Argent   Nitrate d'argent
Médecine biologique, hématologie, biochimie  -  [Angl. : Silver]   N. m.  * argent : du latin argentum, désignant le métal blanc précieux, l'argenterie, puis la monnaie. 
    Dans le tableau périodique des éléments, on trouve l'argent, symbole Ag, avec le numéro atomique (ou nombre de protons) 47. Sa masse atomique est égale à 107,88 (arrondie à 107,9 sur le tableau) et il est classé dans les métaux dits de transition. Il a été très utilisé dans les pellicules photographiques et l'est toujours dans la fabrication des pellicules radiographiques. Quelques autres données en vrac : métal blanc malléable, densité 10,5 (un dm3 ou 1 litre a une masse de 10,5 kg), température de fusion 960°C, soluble dans l'acide nitrique HNO3, inoxydable mais noircit progressivement en se couvrant d'hydrogène sulfuré, c'est un excellent conducteur.
   Certains sels d'argent comme le nitrate d'argent AgNO3 par exemple, (du latin nitrum, emprunté au grec nitron, nom usuel du salpêtre, ou du nitre, mot qui a pratiquement disparu et remplacé par nitrate de potassium) sont utilisés comme antiseptiques ou pour leurs propriétés astringentes (astringent : qui resserre les tissus).    Tableau de Mendeleïev     Haut de page

Argent colloïdal
Pharmacologie  -  [Angl. : Colloidal silver]   N. m.  * argent : du latin argentum, désignant le métal blanc précieux, l'argenterie, puis la monnaie ; * collo : du latin vulgaire colla ou du grec kolla [coll(o)-, colloïd(o)-], colle, gomme ; * oïdal : du grec eidos, [-oïde, -oïdal], qui a l’apparence. 
   Un colloïde désigne généralement une substance insoluble - dans ce cas l'argent - dans un certain milieu (eau, alcool ...) et qui s'y trouve donc dispersée en particules très fines. Ce mélange est une suspension colloïdale et, si les particules sont suffisamment fines, elle traverse les filtres habituels.
   L'argent colloïdal est une suspension permanente dans l'eau, car l'argent a été suffisamment découpé, dispersé pour y former des micelles, petits amas de molécules d'argent. Ces suspensions sont encore utilisées actuellement en gouttes nasales et en collyres.    Haut de page

Argentaffine   Argentophile
Médecine biologique, hématologie, biochimie  -  [Angl. : Argentaffin ; Argentophile]   Adj.  * argent-, argento- : du latin argentum, désignant le métal blanc précieux, l'argenterie, puis la monnaie ; * -affine : du latin affinis [-affine], voisin, proche ; * -phile : du grec philos [phil(o)-, -phile, -philie], ami, qui aime. 
    L'adjectif argentaffine ou ses synonymes argentophile, argyrophile, qualifient ce qui se colore ou se combine facilement avec des sels d'argent. Il faut pour cela des propriétés réductrices et c'est par exemple le cas des granules présents dans les cellules argentaphiles (ou entérochromaffines) du tube digestif, qui contiennent des monoamines, comme la sérotonine, par exemple.    Haut de page

Argentation
Médecine biologique, imagerie médicale  -  [Angl. : Argentation]   N. f.  * argent- : du latin argentum, désignant le métal blanc précieux, l'argenterie, puis la monnaie ; * -ation : du latin atio, ationis [-ation, -ateur], suffixe nominal, qui transforme une racine en nom, ou un verbe (et son sujet) en un substantif. 
    L'argentation désigne le fait, pour un produit, un tissu vivant ou un composé chimique, de s'imprégner de sels d'argent. Ce procédé est toujours utilisé, notamment dans la fabrication des plaques radiologiques.       Haut de page

Argentine (fièvre hémorragique d')
Infectiologie, santé publique  -  [Angl. : Argentinian hemmorrhagic fever]   N. f.  * Argentine : du nom du pays d'Amérique du sud, du latin argentum, désignant le métal blanc précieux, l'argenterie, puis la monnaie ; * fièvre : du latin febris, élévation anormale de la température du corps ; * hémo : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hémo-] : relatif au sang ; * rragique : du grec rhagê [-rragie], éruption, jaillissement. 
   La fièvre hémorragique d'Argentine (AHF) ou maladie d'O'Higgins (nom du village dans lequel elle est apparue pour la première fois en 1958), également connue en Argentine sous le nom de mal de Los Rastrojos, ou de la maladie du chaume, est une zoonose infectieuse sévissant en Argentine. Elle est provoquée par le Virus Junin (un Arénavirus, étroitement apparenté au Virus Machupo, agent causal de la fièvre hémorragique bolivienne). Son vecteur est une espèce de rongeur, la souris du maïs.
    L'AHF est une maladie aigüe grave qui peut évoluer vers la guérison ou la mort en 1 à 2 semaines. La durée d'incubation de la maladie est de 10 et 12 jours, puis les premiers symptômes apparaissent : fièvre, maux de tête, faiblesse et perte d'appétit. Ils s'intensifient moins d'une semaine plus tard, obligeant les personnes infectées à se coucher, avec l'apparition de signes de gravité comme des troubles vasculaires, rénaux, hématologiques et neurologiques. Cette phase dure environ 3 semaines.

   En l'absence de traitement, la mortalité de l'AHF atteint 15 à 30%. Le traitement spécifique consiste à injecter le plasma de patients guéris, méthode qui, si elle est commencée suffisamment précocement, est extrêmement efficace et réduit la mortalité à 1%. La Ribavirine a également suscité certains espoirs dans le traitement des maladies à Arénavirus. Depuis 1990, le vaccin Junin, efficace à plus de 95%, a également prouvé qu'il conférait une immunité croisée avec le virus Machupo et, à ce titre, est considéré comme un traitement potentiel pour la fièvre hémorragique bolivienne.        Haut de page

Argentique    Argyrique
Médecine biologique, imagerie médicale  -  [Angl. : Argentic]   Adj. et n.  * argent- : du latin argentum, désignant le métal blanc précieux, l'argenterie, puis la monnaie ; * -ique : du grec eikôs [-ique, -(ic)ien, -ienne], semblable, propre à, ou suffixe servant à transformer des substantifs en adjectifs ou en d’autres substantifs ; * argyr- : du latin argyritis, emprunté au grec arguros, désigne le minerai d'argent et a donné la racine argyr(o)-. 
    L'adjectif argentique, qui est parfois utilisé comme substantif, qualifie un composé dans lequel l'argent constitue un élément essentiel. L'adjectif argyrique, très peu utilisé est synonyme d'argentique.        Haut de page

Arginase
Médecine biologique, hématologie, biochimie  -  [Angl. : Arginase]   N. f.  * argin- : du latin argentum, désignant le métal blanc précieux, l'argenterie, puis la monnaie ; * -ase : du suffixe -ase, -asie, qui signifie enzyme, synonyme de diastase. 
    L'arginase est une enzyme hépatique présente dans la membrane du réticulum endoplasmique des hépatocytes et appartenant au groupe des hydrolases. Son rôle est de catalyser ou hydrolyser la L-arginine en urée et L-ornithine selon la réaction :
L-arginase + H2O ---> L-ornithine + urée. Valeurs normales : 500 à 800 mg d'urée formée à partir de l'arginine en 1h à 38°C pour 100 mL de sérum.
    Elle intervient donc dans le cycle de l'urée ou, plus généralement dans le cycle de l'azote. On convient aujourd'hui qu'un excès de l'arginase vasculaire joue un rôle essentiel dans la dysfonction endothéliale (DE) et de l'atteinte vasculaire.    Haut de page

Arginine
Médecine biologique, hématologie, biochimie  -  [Angl. : Arginine]   N. f.  * argin- : du latin argentum, désignant le métal blanc précieux, l'argenterie, puis la monnaie ; * -ine : du suffixe -in, -inal(e), -ine, -inine, servant à transformer un mot ou un adjectif en un autre mot ou substantif. 
    L'arginine est un acide aminé constituant des protéines, de formule brute C6H14N4O2. Son symbole est Arg ou R et elle joue un rôle important dans la synthèse hépatique de l'urée et de l'oxyde nitrique. L'arginine intervient dans la protection contre des affections cardiovasculaires et l'HTA ou hypertension artérielle, et est utilisée pour faire baisser le taux de cholestérol.
    Extrait du site acide-amines.com : "Le Prix Nobel de Médecine a été décerné en 1998 pour ces découvertes cruciales effectuées sur la relation entre le monoxyde d'azote et l'arginine en tant que son précurseur. La L-arginine améliore le flux sanguin et l'oxygénation des vaisseaux sanguins coronaires et périphériques grâce à la libération du monoxyde d'azote. Le taux de monoxyde d'azote augmente chez les personnes absorbant beaucoup d'arginine. Le monoxyde d'azote détend les parois vasculaires et améliore la circulation sanguine dans l'ensemble du corps, y compris dans les corps caverneux du pénis. L'arginine augmente donc le taux d'oxyde nitrique présent dans l'organisme, ce qui rend les artères plus élastiques. Ce phénomène peut faire baisser la tension artérielle et améliorer la fonction érectile. En outre, les nutriments et l'oxygène sont transportés plus rapidement vers les organes au travers du sang, ce qui a un effet positif général sur la puissance érectile, l'endurance et la performance sexuelles."    Tableau des acides aminés      Haut de page

Argininémie
Médecine biologique, génétique, biochimie  -  [Angl. : Argininemia]   N. f.  * argin- : du latin argentum, désignant le métal blanc précieux, l'argenterie, puis la monnaie ; * -ine : du suffixe -in, -inal(e), -ine, -inine, servant à transformer un mot ou un adjectif en un autre mot ou substantif ; * -émie : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hém(o)-] : relatif au sang. 
    L'argininémie désigne la présence ou le taux d'arginine dans le sang, mais aussi et surtout un trouble rare autosomique récessif qui perturbe le cycle de l'urée. Elle est causée par un déficit d'une enzyme hépatique : l'arginase. Le taux d'arginine est élevé dans le sang et le liquide céphalorachidien, et une hyperammoniémie périodique peut survenir. Le début de la maladie survient généralement chez le nourrisson ou le jeune enfant et les manifestations cliniques comprennent des convulsions, une microcéphalie, une déficience mentale progressive, une hypotonie, une ataxie, une diplégie spastique et une quadriparésie.      Haut de page

Arginine-vasopressine
Angiologie et médecine vasculaire, endocrinologie et métabolismes, pharmacologie  -   [Angl. : Arginine-vasopressin (antidiuretic hormone)]   N. f.  * argin- : du latin argentum, désignant le métal blanc précieux, l'argenterie, puis la monnaie ; * -ine : du suffixe -in, -inal(e), -ine, -inine, servant à transformer un mot ou un adjectif en un autre mot ou substantif ; * vaso : du latin vas [vaso-], récipient, canal, vaisseau ; * pressine : du latin pressare, presser. 
    L'ADH ou hormone antidiurétique ou vasopressine ou arginine-vasopressine, est une hormone qui intervient dans la régulation des mouvements de l'eau dans l'organisme en diminuant les sorties d'eau dans les urines. C'est un polypeptidique de 9 acides aminés, synthétisé dans l'hypothalamus puis acheminé par le flux axonique jusqu'à l'hypophyse postérieure où il est stocké.
    Son action s'exerce sur le rein en favorisant la réabsorption de l'eau en augmentant les perméabilités du tube contourné distal et du tube collecteur. Sa sécrétion est activée par une hyperosmolarité plasmatique (osmorécepteurs hypothalamiques), une hypovolémie (volorécepteurs de l'oreillette gauche), une hypotension (barorécepteurs du sinus carotidien et de la crosse aortique). L'hypotonie plasmatique, l'hypervolémie et l'hypertension inhibent sa sécrétion. 
      Haut de page

Argininurie
Médecine biologique, urologie, biochimie  -  [Angl. : Argininuria]   N. f.  *argin- : du latin argentum, désignant le métal blanc précieux, l'argenterie, puis la monnaie ; * -ine : du suffixe -in, -inal(e), -ine, -inine, servant à transformer un mot ou un adjectif en un autre mot ou substantif ; * -urie : du grec oûron [uro-, urée, -urie, -urèse, -urétique], urine. 
    L'argininurie est la présence, le taux de l'arginine dans l'urine. C'est aussi une aminoacidopathie (ou pathologie dont le(s) responsable(s) est (sont) un (des) acide(s) aminé(s). Cette pathologie est congénitale et concerne l'arginine, qui est éliminée de façon excessive dans les urines.
    Parmi les principaux symptômes observés : convulsions, hépatomégalie (le foie est anormalement gros), les phanères (cheveux, poils, ongles) sont secs et cassants.        Haut de page

Arginosuccinurie
Médecine biologique, hématologie, biochimie  -  [Angl. : Arginosuccinic aciduria]   N. f.  * argino- : du latin argentum, désignant le métal blanc précieux, l'argenterie, puis la monnaie ; * succin- : cette racine vient du succin, dont a été extrait l'acide succinique ; le succin, du latin succinum, de sucinum [succin(o)-, succinique], est synonyme de l'ambre jaune ; * urie : du grec oûron [uro-, urée, -urie, -urèse, -urétique], urine. 
    Comme son nom l'indique, l'arginosuccinurie est la présence dans l'urine d'acide arginosuccinique. Il s'agit d'un trouble autosomique récessif rare du cycle de l'urée qui entraine l'accumulation d'acide arginosuccinuque dans les fluides de l'organisme, ainsi qu'une hyperammoniémie sévère.
    Chez le nouveau-né, les signes cliniques comprennent une alimentation insuffisante, des vomissements, une léthargie, des convulsions, une tachypnée, un coma et la mort. Quand la maladie apparaît plus tardivement, les symptômes cliniques sont moins graves et se traduisent par des vomissements, un retard de croissance, une irritabilité, des problèmes de comportement ou un retard psychomoteur. On connaît plusieurs mutations du gène codant l'arginossuccinate-lyase qui sont à l'origine de cette pathologie.       Haut de page

Argyrémie   Argyrie   Argyrisme
Médecine biologique, hématologie, dermatologie  -  [Angl. : Argyremia, Argyria, Argyrism]   N. f.  * argyro- : du latin argyritis, emprunté au grec arguros, désigne le minerai d'argent et a donné la racine argyr(o)- ; * -émie : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hém(o)-] : relatif au sang ; * -isme : suffixe  servant à former des substantifs. 
    L'argyrémie est la présence, le taux de sels d'argent dans le sang. Chez les patients qui sont soignés par des sels d'argent pendant une période prolongée, ou qui sont exposés de par leur métier à un environnement industriel riche en sels d'argent, la peau (visage surtout), la conjonctive et les organes internes, peuvent se colorer progressivement en une teinte gris cendrée : c'est l'argyrie.
    L'argyrisme est l'intoxication par des sels d'argent.       Haut de page

Argyrophile
Médecine biologique, hématologie, biochimie  -  [Angl. : Argyrophile]   Adj.  * argyro- : du latin argyritis, emprunté au grec arguros, désigne le minerai d'argent et a donné la racine argyr(o)- ; * -phile : du grec philos [phil(o)-, -phile, -philie], ami, qui aime. 
    L'adjectif argyrophile ou ses synonymes argentophile, argentaffine, qualifient ce qui se colore ou se combine facilement avec des sels d'argent. Il faut pour cela des propriétés réductrices et c'est par exemple le cas des granules présents dans les cellules argyrophiles (ou entérochromaffines) du tube digestif, qui contiennent des monoamines, comme la sérotonine, par exemple.    Haut de page