Retour à la page d'accueil  L - TERMINOLOGIE MEDICALE - L  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 10-03-2020

Lip(o)-     Du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse d'animal, gras, huile. Le mot "lipide" désigne, en biochimie, en diététique, un corps gras d'origine organique.


Lipacidémie - Lipacidurie - Liparocèle - Lipase - Lipasémie - Lipasurie - Lipectomie - Lipémie - Lipide - Lipidémie - Lipidocèle - Lipidogramme - Lipidoprotéinose - Lipidurie - Lipiododiagnostic - Lipiodol - Lipidose - Lipoarthrite - Lipoaspiration - Lipoatrophie - Lipoatrophique - Lipoblastome - Lipocaïne - Lipocaïque - Lipocèle - Lipochondrodystrophie - Lipochrome - Lipocyte - Lipodystrophie - Lipœdème - Lipofibrome - Lipofuchsine - Lipogenèse - Lipogranulomatose - Lipogranulome - Lipoïde - Lipoïdémie - Lipoïdique - Lipoïdoprotéinose - Lipoïdose - Lipoïque - Lipolyse - Lipolytique - Lipomatose - Lipomatosis - Lipome - Lipomicron - Lipomucopolysaccharidose - Lipopénie - Lipopexie - Lipophagie - Lipophilie - Lipoprotéine - Lipoprotéine a - Lipoprotéine pré-ß - Lipoprotéine ß - Lipoprotéinémie -  Lipoprotéinose - Liposarcome - Liposculpture - Liposis - Liposome - Lipostructure - Liposuccion - Lipothymie - Lipothymique - Lipotrope - Lipotrophie - Lipovaccin - Lipoxydase - Lipoxygénase - Lipurie 

Lipacidémie
Hématologie, médecine biologique  -  [Angl. : Lipacidaemia, lipacidemia]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * acido : du latin acidus [acid(o)-], d’une saveur piquante ; * émie : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hémo-] : relatif au sang.
    C'est le taux d'acides gras présents dans le sang. Un exemple d'acide gras : l'acide butyrique  Ce taux correspond aux acides gras libres (AGL) ou acides gras non estérifiés (AGNE). La lipacidémie normale varie entre 0,12 et 0,24 g/L de sérum, ce qui représente environ 3% des lipides totaux. Pour les variations physiologiques, voir hypolipacidémie et hyperlipacidémie.   Haut de page

Lipacidurie
Néphrologie urologie   -  [Angl. : Lipaciduria]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * acido : du latin acidus [acid(o)-], d’une saveur piquante ; * urie : du grec oûron [uro-, -urie, -urique], urine.
    Présence anormale d'acides gras dans l'urine. Cette pathologie laisse présager un trouble rénal, car les acides gras ne doivent pas passer dans les tubes urinifères.    Haut de page

Liparocèle
Anatomie, chirurgie générale  -  [Angl. : Liparocele]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * cèle : du grec kêlê [-cèle], tumeur, hernie.
    C'est une pseudotumeur adipeuse (c'est-à-dire qui contient des lipides) qui se développe généralement au niveau du scrotum. Le traitement est chirurgical. Syn. : lipocèle, adipocèle.    Haut de page

Lipase
Gastroentérologie, médecine biologique  -  [Angl. : Lipase]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * ase : du suffixe -ase, qui signifie enzyme, synonyme de diastase.
    Diastase ou enzyme contenue dans la plupart des sucs digestifs et qui hydrolyse les lipides. Sous l'action de cette enzyme, les lipides sont transformés en un alcool (glycérol) et en acides gras. La présence des sels biliaires est très importante pour une bonne action des lipases.   Haut de page

Lipasémie
Hématologie, médecine biologique  -  [Angl. : Lipasaemia, lipasemia]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * ase : du suffixe -ase, qui signifie enzyme, synonyme de diastase ; * émie : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hémo-] : relatif au sang.
    La lipasémie est le taux de lipase dans le sang. Le dosage est délicat et, de ce fait, peu utilisé. Une hyperlipasémie peut s'observer dans les pancréatites, les cirrhoses, les hépatites, les affections des voies biliaires et de la vésicule, les occlusions intestinales, entre autres.    Haut de page

Lipasurie
Néphrologie urologie, médecine biologique  -  [Angl. : Lipasuria]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * ase : du suffixe -ase, qui signifie enzyme, synonyme de diastase ; * urie : du grec oûron [uro-, -urie, -urique], urine.
    Présence anormale de lipase (enzyme qui hydrolyse les lipides en glycérol et acides gras) dans l'urine.    Haut de page

Lipectomie
Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  -  [Angl. : Lipectomy]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * ectomie : du grec ektomê [ectomie], ablation.
    La lipectomie abdominale est l'opération chirurgicale qui consiste à exciser (enlever) l'excédent de peau et de graisse situé au bas du ventre. Cette opération est combinée avec la liposuccion, qui permet de réduire la graisse aux endroits que la lipectomie ne peut traiter. Ces régions sont  les côtés et l´épigastre, qui est la partie supérieure de l´abdomen sous le sternum.
    La lipectomie est une opération lourde et risquée du point de vue chirurgical. Les suites opératoires sont pénibles et douloureuses.    Haut de page

Lipémie   Lipidémie   Lipoïdémie
Hématologie, médecine biologique  -  [Angl. : Lipaemia, lipemia, Lipidaemia, lipidemia, Lipoidaemia, lipoidemia]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * émie : du grec haima, [-émie, héma-, hémat(o)-, hémo-] : relatif au sang.
    C'est le taux de lipides dans le sang. La valeur normale est comprise entre 5 et 7 g/L de sérum. Chez le nouveau-né, la lipémie est beaucoup plus basse : 2 à 3 g/L et remonte au-dessus de 4 g/L dès la première semaine. Chez un même patient, les variations peuvent être importantes en fonction de l'alimentation  et de l'âge (elle augmente avec l'âge). Pour les variations physiologiques, voir hypolipémie et hyperlipémie. Lipidémie : N. f. syn. de lipémie. Autre synonyme : lipoïdémie.    Haut de page

Lipide
Biochimie, hématologie [Angl. : Lipid]   N. m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * ide : du grec eidos [-ide, -idie], apparence. 
    Composés organiques caractérisés par leur insolubilité dans l'eau et leur solubilité dans les solvants organiques : acétone, éther, chloroforme, toluène, benzène ... Essentiellement formés de C, H et d'un peu d'O (carbone, hydrogène et oxygène), les lipides sont des molécules bipolaires, avec une extrémité hydrophile (attirée par l'eau), l'autre étant hydrophobe (repoussée par l'eau), ce qui détermine leur orientation par rapport aux molécules d'eau.
    Les lipides regroupent les glycérides Exemple : formation d'un triglycéride, les acides gras Représentations d'un acide gras saturé : l'acide palmitique  Deux acides gras insaturés, les stéroïdes, Exemple : la testostérone  les phospholipides, les glycolipides et les terpènes.    Haut de page

Lipidogramme
Biochimie, hématologie, médecine biologique [Angl. : Lipidogram]   N. m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * gramme : du grec gramma, [-gramme], lettre, écriture et par extension, enregistrement écrit.
    Technique de détection et de séparation des lipides du sang, par électrophorèse sur papier en milieu albumineux, sur gélose ou agarose ou sur cellogel. Les bandes sont colorées par le noir Soudan ou le rouge Ciba. On sépare ainsi essentiellement 2 fractions : alpha et bêta (mais aussi deux fractions supplémentaires selon la méthode employée : pré alpha et pré bêta).
    Valeurs normales : pré alpha + alpha : 25 à 35% ; pré bêta + bêta : 65 à 75%. Rapport bêta sur alpha : 1,5 à 2,5.    Haut de page

Lipidurie   Lipurie
Néphrologie urologie
  -  [Angl. : Lipiduria, lipuria]   N. f.  * lipido : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * urie : du grec oûron [uro-, -urie, -urique], urine. 
    Présence pathologique de lipides dans l'urine. Il s'agit de graisses non émulsionnées formant des gouttelettes huileuses à la surface de l'urine. De tels éléments anormaux peuvent se rencontrer dans les syndromes néphrotiques.  Syn. : Lipurie. On parle aussi d'urines chyleuses, de présence de globules gras.    Haut de page

Lipiododiagnostic
Imagerie médicale et interventionnelle  -  [Angl. : Lipiododiagnosis]   N. m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * iodo : du grec iôdes [iod(o)-], violet, relatif à l’iode, dont les cristaux forment des paillettes violettes ; * diagnostic : du grec diagnôstikos |-diagnostique], signes qui font connaître la nature des maladies.
    Examen radiologique de certains conduits ou cavités (utérus, trompes, uretères ...) après injection de lipiodol - voir ce terme - pour rendre la cavité opaque aux rayons X. Le lipiodol n'est plus commercialisé aujourd'hui).      Haut de page

Lipiodol
Imagerie médicale et interventionnelle  -  [Angl. : Lipiodol]   N. m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * iodo : du grec iôdes [iod(o)-], violet, relatif à l’iode, dont les cristaux forment des paillettes violettes.
    Solution injectable (arrêt de commercialisation en 1996) contenant de l'iode et utilisée pour ses propriétés de radio-opacité lors d'examens tels que l'hystérosalpingographie, l'urétérographie, la fistulographie, entre autres. Effets secondaires rarement observés : dysthyroïdie, réaction allergique.              Haut de page

Lipoarthrite
Rhumatologie  -  [Angl. : Lipoarthritis]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * arthro : du grec arthron [arthr(o), arthrie], articulation ; * ite : du grec -itis [-ite], suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire.
    Autour d'une arthropathie se développe une hypertrophie de tissu adipeux. Cette pathologie est surtout observée chez les femmes après la ménopause et pourrait donc résulter de modifications hormonales.    Haut de page

Lipoatrophie   Lipoatrophique
Pharmacologie, médecine biologique  -  [Angl. : Lipoatrophy, Lipoathrophic]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * a- : du préfixe « a » : privatif, signifie « sans » ou « arrêt » ou « absence de » ; * trophie : du grec trophê [troph(o)-,  -trophie], nourriture, développement.
    Le syndrome de lipoatrophie se caractérise par une perte de la graisse sous-cutanée, affectant le visage, les membres, le ventre, les fesses. Il apparaît généralement 14 à 16 mois après le début d'un traitement HAART (traitements antirétroviraux hautement actifs - voir cette abréviation).
    Ce syndrome est totalement différent de la cachexie (perte de poids), car il ne concerne que le tissu adipeux. La lipoatrophie apparaît également dans certaines formes de diabète (diabète lipoatrophique).      Haut de page

Lipoblastome
Cancérologie, chirurgie générale  -  [Angl. : Lipoblastoma]   N. m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * blasto : du grec blastos [-blaste, -blasto], germe, qui a un rapport avec le développement embryonnaire ; * ome : du grec -ôma,[-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction.
    Tumeur constituée essentiellement de cellules adipeuses, c'est-à-dire qui renferment des graisses.    Haut de page

Lipocaïne   Lipocaïque
Endocrinologie et métabolismes  -  [Angl. : Lipocaic hormone, Lipocaic]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * caïne : du mot cocaïne, indique la présence d’un dérivé de la cocaïne et donc d’un anesthésique local. 
    Après une pancréatectomie, les lipides ont tendance à se déposer de façon anormalement importante dans les organes et en particulier dans le foie. Cette régulation se fait normalement grâce à une hormone : la lipocaïne (ou hormone lipocaïque ou facteur lipocaïque) qui est sécrétée par les cellules des îlots de Langerhans du pancréas. La lipocaïne est utilisée, en association avec l'héparine (anticoagulant) pour la prévention de l'athérosclérose.    Haut de page

Lipocèle   Lipidocèle
Chirurgie  -  [Angl. : Lipocele]   N. f. * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * cèle : du grec kêlê [-cèle], tumeur, hernie. C'est une hernie de taille plus ou moins importante, dont le sac renferme du tissu adipeux. Syn. lipidocèle. Voir aussi adipome ou lipome.    Haut de page

Lipochondrodystrophie
Génétique, pédiatrie  -  [Angl. : Lipochondrodystrophy]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * chondro : du grec khondros, [chondr(o)], cartilage ; * dys : du préfixe grec dus [dys-], marquant une idée de difficulté ; * trophie : du grec trophê [troph(o)-,  -trophie], nourriture, développement.
  Également appelé syndrome de Hurler, la lipochondrodystrophie est une forme de mucopolysaccharidose. C'est au cours de la première année qu'apparaissent les symptômes de cette pathologie : la tête devient large, le front proéminent, le nez et la langue s'élargissent, une protubérance apparaît sur le dos. La pilosité devient abondante et drue, la déficience mentale se révèle sévère. La transmission se fait selon le mode récessif autosomique.    Haut de page.

Lipochrome
Biochimie  -  [Angl. : Lipochrome]   N. m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * chrome : du grec khrôma, khrômatos [chromo-, -chrome], couleur.
    Groupe de pigments solubles, colorant les graisses en jaune. Chez les végétaux, ce sont les caroténoïdes, xanthophylles, chez les animaux, les pigments du beurre, du jaune d'œuf entre autres.    Haut de page

Lipocyte
Histologie cytologie  -  [Angl. : Lipocyte]   N. m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * cyte : du grec kutos [cyto-, -cyte], cellule.
    Les tissus adipeux sous-cutanés sont essentiellement constitués de lipocytes ou adipocytes. Ce sont des cellules spécialisées dans le stockage des graisses (triglycérides) dans leur cytoplasme.    Haut de page

Lipodystrophie
Dermatologie, histologie cytologie  -  [Angl. : Lipodystrophy]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * dys : du préfixe grec dus [dys-], marquant une idée de difficulté ; * trophie : du grec trophê [troph(o)-,  -trophie], nourriture, développement.
    Pathologie qui apparaît au niveau du tissu adipeux, essentiellement sous-cutané. Les adipocytes se raréfient. Les causes sont nombreuses et variées : points d'injections répétées d'insuline par exemple. Une autre forme de lipodystrophie atteint surtout des femmes : disparition progressive des graisses sous-cutanées dans la partie haute du corps, mais accumulation dans les fesses et les cuisses.    Haut de page

Lipœdème
Dermatologie  -  [Angl. : Lipedemia]   N. m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * œdème : du grec oidêma [œdém(o)-, -œdème], gonflement pathologique du tissu sous-cutané.
    Ce n'est pas à proprement parler un œdème, mais une accumulation anormale bénigne de graisses sous-cutanées dans certaines régions du corps (cuisses, fesses), qui fait penser à un œdème. La chirurgie n'est à envisager que si le lipœdème présente une gêne importante.     Haut de page

Lipofibrome
Dermatologie, chirurgie générale  -  [Angl. : Lipofibroma]   N. m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * fibro : du latin fibra [fibr(o)-], filament ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction. 
    Le lipofibrome est un lipome qui contient une quantité plus ou moins importante de tissu fibreux. Un lipofibrome est une tumeur généralement bénigne, constituée essentiellement par une prolifération anormale d'adipocytes (cellules adipeuses qui stockent les graisses) et de tissu fibreux.
    Ces lipofibromes sont assez fréquents dans la peau et ne seront enlevés chirurgicalement que s'ils deviennent trop importants ou gênants.    Haut de page

Lipofuchsine
Biologie, ophtalmologie  -  [Angl. : Lipofuscin]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * fuchsine : découverte en 1859 par le chimiste français VERGUIN sous le nom de magenta, qui vendit son brevet aux frères RENARD à Mâcon ; Renard se dit « Fuchs » en allemand, ce qui a donné le nom de fuchsine. 
    La lipofuchsine est un pigment lipidique, de couleur brunâtre, qui peut s'accumuler dans certains tissus. C'est le cas notamment dans la maladie de Best encore appelée dystrophie maculaire vitelliforme. C'est une maladie génétique dont le gène muté se trouve sur le chromosome 11. Sa transmission est autosomale dominante (c'est-à-dire que si un parent est atteint, tous ses enfants le seront). Il s'agit d'un important dépôt de lipofuchsine, en forme de disque, au niveau de la macula de la rétine, sous la neurorétine. Dans de rares cas, cette pathologie a provoqué la cécité.
    Le gène responsable code pour une protéine : la bestrophine, qui ne s'exprime que dans l'épithélium pigmentaire de la rétine et dans la moelle épinière. Son rôle est encore inconnu. Dans de nombreuses cellules (en particulier dans celles du myocarde qui ont été très étudiées), on a constaté que le vieillissement se traduisait entre autres par une réduction des oxydations et une surcharge progressive en lipofuchsine.     Haut de page

Lipogenèse
Histologie cytologie, physiologie  -  [Angl. : Lipogenesis]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * genèse : du latin et du grec genesis [-gène, -genèse, génique], naissance, formation, qui engendre. 
    La lipogenèse est l'ensemble des mécanismes qui aboutissent à la fabrication des lipides ou graisses. Le résultat est la formation et le stockage de triglycérides à partir des acides gras, dans des cellules spécialisées : les adipocytes. Logés dans une vésicule qui peut représenter jusqu'à 95% du volume de l'adipocyte, les triglycérides représentent une réserve énergétique importante. Ils sont fabriqués à partir des acides gras et chylomicrons résultant de la digestion et du glucose en excès. Le foie fabrique également des lipides (VLDL) qui interviennent dans ces synthèses.     Haut de page

Lipogranulome   Lipogranulomatose
Histologie cytologie, dermatologie, hépatologie  -  [Angl. : Lipogranoloma, Lipogranulomatosis]   N. m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * granulo : du latin granulum, [granulo-], petit grain ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction. 
    Un lipogranulome est une petite tumeur bénigne de tissu adipeux associé à un tissu granuleux. On rencontre des lipogranulomes dans les stéatoses (le foie est très chargé en graisses), mais aussi dans la peau, sous forme de nævus intradermique, chez les patients traités par des antiprotéases et atteints de lipodystrophies.
    La lipogranulomatose est une affection dans laquelle le sujet présente plusieurs lipogranulomes.      Haut de page

Lipoïdose   Lipidose
Physiologie, néphrologie urologie, hépatologie  -  [Angl. : Lipoidosis, dyslipidosis, lipidosis]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * oïde : du grec eidos, [-oïde, -oïdal], qui a l’apparence ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    La lipoïdose est un trouble du métabolisme des lipides ou dyslipidose ou dyslipoïdose, c'est-à-dire de leur utilisation. Il en résulte souvent une infiltration excessive de certains tissus par les graisses, notamment au niveau des reins (néphrose lipoïdique) ou du foie (stéatose), des viscères et des organes hématopoïétiques. Toutes ces dyslipoïdoses paraissent résulter de l'absence d'une enzyme spécifique pour chacune d'entre elles.
    * La maladie de Gaucher, caractérisée par le dépôt de kérasine, se transmet généralement selon le mode dominant. Il est à remarquer que certains cas d'idiotie amaurotique s'accompagnent de dépôt tissulaire de kérasine.
    * La maladie de Niemann-Pick, très voisine de la maladie de Gaucher, mais à évolution plus rapide, se caractérise par un dépôt de sphingomyéline. Une transmission incomplètement récessive est probable.
    * L'idiotie amaurotique familiale, ou maladie de Tay-Sachs, due à l'accumulation de lipoïdes (phosphatides) dans les cellules nerveuses, produit des troubles neurologiques variés, dont l'amaurose, l'oligophrénie et des paralysies.
    * On peut encore citer : la lipoïdose, affection récessive, caractérisée par des nodules constitués de dépôts lipoïdiques, l'hyperlipémie essentielle, probablement dominante et la lipochondrodystrophie, ou maladie de Hurler où l'on observe un dépôt de graisse dans le foie et la rate. Syn. : lipidose.     Haut de page

Lipoprotéinose   Lipidoprotéinose   Lipoïdoprotéinose
Biologie moléculaire et cellulaire, génétique, dermatologie, néphrologie  -  [Angl. : Lipoproteinosis]   N. f.   * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * oïde : du grec eidos, [-oïde, -oïdal], qui a l’apparence ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques ; * protéino : du grec tardif prôteios, signifiant "qui occupe le premier rang" ou "de première qualité", lui-même dérivé de protos, premier, relatif aux protides ou aux protéines, composées essentiellement de C, H, O et N ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques.  
    La lipoprotéinose ou lipidoprotéinose ou lipoïdoprotéinose est aussi connue sous le nom de hyalinose (* hyalino : du grec hualos [hyal(o)-], verre et, par extension, transparent) ou dégénérescence hyaline ou maladie de Urbach-Wiethe. La hyalinose est une affection qui touche le plus souvent la peau et les muqueuses et dans laquelle les tissus sont progressivement remplacés par une substance hyaline anormale, vitreuse et inerte : de la lécithine associée à une substance protéique, d'où le nom de cette maladie. Il en résulte la formation de nodules sous-cutanés.
    Dans la hyalinose cutanéomuqueuse, la peau et les muqueuses sont progressivement infiltrées par cette substance hyaline lipoprotéique. C'est une maladie extrêmement rare (orpheline), héréditaire et qui se manifeste dès les premiers mois de la vie. Les conséquences sont nombreuses : la peau perd sa souplesse et s'épaissit, les muqueuses du larynx et du pharynx sont aussi atteintes, provoquant la modification de la voix qui devient rauque et une déglutition difficile, des convulsions et une arriération mentales peuvent aussi apparaître. Il n'y a pas de véritable traitement, mais uniquement un certain soulagement de ces symptômes par application d'antiseptiques cutanés.

    * La hyalinose segmentaire et focale est une maladie chronique qui atteint les glomérules, c'est-à-dire les éléments vasculaires des néphrons du rein. Pouvant apparaître à tout âge mais touchant préférentiellement les jeunes enfants, elle se manifeste par un syndrome néphrotique avec des œdèmes, un taux anormalement élevé de protéines dans l'urine, alors que le taux sanguin d'albumine est très bas. Les cas de guérison existent, mais sont toujours moins nombreux que les récidives, voire la chronicité. Le traitement repose sur les corticostéroïdes et les immunosuppresseurs. En cas d'échec des traitements, le malade devra subir des séances régulières d'hémodialyse, voire une greffe rénale.     Haut de page

Lipoïde   Lipoïdique
Dermatologie  -  [Angl. : Lipoid, Lipoidic]   Adj.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * oïde : du grec eidos, [-oïde, -oïdal], qui a l’apparence. 
    Qui a l'aspect des graisses. Il existe des solutions buvables (émulsion de paraffine) dites lipoïdes, qui sont utilisées comme laxatifs, des pommades lipoïdes pour protéger la peau dans les manipulations de certains produits irritants. Pour soigner les constipations chroniques des enfants, on peut aussi utiliser des gels lipoïdes. La dermoarthrite lipoïde ou réticulohistiocytose multicentrique est une maladie très rare caractérisée par la prolifération d'histiocytes chargés de lipides dans la peau, les muqueuses, les synoviales, les os …Elle atteint plus souvent les femmes vers 40 - 50 ans.
    Les manifestations articulaires sont des polyarthralgies symétriques, pouvant être rapidement mutilantes et intéressant par ordre de fréquence décroissante les articulations inter-phalangiennes des doigts, les genoux, les épaules, les hanches…Cette pathologie est associée à un cancer dans 25 % des cas (carcinomes coliques, bronchiques ou mammaires). Les lésions des mains, caractéristiques et présentes chez plus de 75 % des patients associent une atteinte bilatérale et symétrique, sans déminéralisation périarticulaire ou prolifération osseuse.    Haut de page

Lipoïque
Pharmacologie, hépatologie  -  [Angl. : Lipoic (acid)]   Adj.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * oïque : du grec eikôs [-ique], semblable. 
    L'acide lipoïque (ou alpha-lipoïque) est un puissant antioxydant naturellement présent dans les levures et dans le foie. Il intervient dans les transformations des sucres en énergie. Pendant longtemps, l'acide lipoïque a été utilisé pour traiter des problèmes chez des sujets alcooliques ou intoxiqués par des champignons ou des métaux lourds. Actuellement, on utilise l'acide lipoïque comme protecteur hépatique, notamment chez les personnes atteintes du SIDA.     Haut de page

Lipolyse   Lipolytique
Biochimie, hépatologie, gastroentérologie [Angl. : Lipolysis, Lipolytic]   Adj. et nom m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * lyse : du grec lusis [lyso-, -lys, lysi-, -lyse, -lytique], dissolution.
    Au cours de la digestion, la lipolyse est l'ensemble des phénomènes enzymatiques qui transforment les lipides ingérés en acides gras et en glycérol. La lipolyse désigne également les processus qui hydrolysent les graisses de réserve des adipocytes lorsque l'organisme en a besoin (notamment lors d'une demande importante d'énergie). Ces mécanismes sont complexes et font intervenir plusieurs organes et hormones. Syn. : adipolyse. Adj. : lipolytique : qui se rapporte à la lipolyse ou qui la stimule.      Haut de page

Lipome   Lipomatose    Lipomatosis    Liposis
Dermatologie, chirurgie générale[Angl. : Lipoma, Lipomatosis]   N. m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction.
    Tumeur généralement bénigne, constituée essentiellement par une prolifération anormale d'adipocytes (cellules adipeuses qui stockent les graisses). Ces lipomes sont assez fréquents dans la peau et ne seront enlevés chirurgicalement que s'ils deviennent trop importants ou gênants. Syn. : adipome. Si le lipome est associé à un développement prolifératif de vaisseaux sanguins, il est qualifié de télangiectasique. La lipomatose est la présence de lipomes multiples. Synonymes : lipomatosis, liposis.    Haut de page

Lipomicron
Biologie, hématologie  -  [Angl. : Lipomicron]   N. m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * micron : du grec mikros [micr(o)-, -micrie], petit. 
    Les lipomicrons sont des globules de lipides résultant de la digestion, présents dans le sang et généralement entourés d'une couche de protéines. Ces lipomicrons sont particulièrement riches en triglycérides et ne se trouvent dans le sang que pendant les périodes postprandiales (après les repas). Par hydrolyse, ces lipomicrons ou chylomicrons peuvent donner des HDL (high density lipoprotein).  Syn. : chylomicrons.     Haut de page

Lipomucopolysaccharidose
Génétique, histologie cytologie  -  [Angl. : Lipomucopolysaccharidosis, mucolipidosis]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * muco : du latin mucus, mucosus [muc(o)-, -muqueux, -mucine],  humeur visqueuse contenant des protides, sécrétée par des tissus de revêtement, destinée à retenir poussières et microbes ; * poly : du grec polus [poly-], nombreux, plusieurs ; * saccharide : du latin saccharum, du grec sakkharon [sacchar(o)-], sucre ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    Syn. : mucolipidose. C'est une maladie de surcharge lysosomiale provoquée par une déficience génétique touchant une ou plusieurs hydrolases lysosomiales. Les lysosomes se saturent de substances non digérées. La cause est vraisemblablement une mutation d'un gène de structure qui code pour une enzyme lysosomiale.
    Il existe plusieurs maladies de ce type, l'une des plus redoutées étant la lipomucopolysaccharidose ou mucolipidose de type II. Dans cette forme, la quasi-totalité des enzymes lysosomiales sont absentes et les lysosomes présentent de grandes inclusions. C'est une maladie génétique récessive (les deux parents doivent être atteints pour que leurs enfants le soient).    Haut de page

Lipopénie
Médecine biologique, histologie cytologie  -  [Angl. : Lipopenia]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * pénie : du grec penia [-pénie, -pénique], pauvreté, insuffisance, en diminution.  
    La lipopénie est définie comme une quantité anormalement faible des lipides sanguins, ou une carence des lipides dans le corps.   Haut de page

Lipopexie
Biologie, histologie cytologie  -  [Angl. : Lipopexia]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * pexie : du grec pexis [-pexie], fixation.  
    La lipopexie est une accumulation et une fixation anormale de graisses (lipides) dans les cellules et certains tissus.    Haut de page

Lipophagie
Biologie, cancérologie  -  [Angl. : Lipophagia]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * phagie : du grec phagos,  phagia, de phagein [phag(o)-, -phage, -phagie, -phagique], manger. 
    La lipophagie est la destruction (absorption) des graisses. Des foyers de lipophagie se déclarent dans le mésocôlon ou le mésentère dans des affections comme les panniculites intraabdominales, maladies rares, posttumorales, souvent associées à une divertuculose ou un cancer colique.     Haut de page

Lipophilie
Médecine biologique  -  [Angl. : Lipophilia]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * philie : du grec philos [phil(o)-, -phile, -philie], ami, qui aime. 
    Le terme lipophilie a plusieurs sens. Certaines molécules, comme les acides gras présentent un pôle hydrophile (ou tête) et un pôle hydrophobe ou lipophile. La lipophilie peut donc également se définir comme l'affinité d'une substance pour une phase organique par rapport à une phase aqueuse. Cette propriété est importante dans la mise au point de certains médicaments (chimie thérapeutique).
    La lipophilie se définit enfin comme l'affinité particulière de certains tissus pour les graisses, comme les tissus sous-cutanés qui ont tendance à accumuler les graisses.     Haut de page

Lipoprotéine   Lipoprotéine α   Lipoprotéine ß   Lipoprotéine pré-ß
Médecine biologique  -  [Angl. : Lipoprotein, Lipoprotein α, Lipoprotein ß, Lipoprotein pre-ß]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * protéine : du grec tardif prôteios, signifiant "qui occupe le premier rang" ou "de première qualité", lui-même dérivé de protos, premier, relatif aux protides ou aux protéines, composées essentiellement de C, H, O et N.  
    Une lipoprotéine est une molécule qui associe, dans des proportions variables, des lipides et des protéines. Dans notre milieu intérieur et notamment dans la circulation sanguine, les lipides n'existent pas à l'état "pur". C'est toujours sous la forme de lipoprotéines qu'ils sont transportés. C'est le cas par exemple du cholestérol qui est transporté essentiellement sous 3 formes :
* le HDL (high density lipoprotein) ou cholestérol de haute densité, appelé aussi "bon cholestérol" ou lipoprotéine a (alpha),
* le LDL (low density lipoprotein) ou cholestérol de faible densité, "mauvais cholestérol" car il est athérogène, ou lipoprotéine ß, enfin
* le VLDL (very low density lipoprotein), cholestérol de très faible densité ou lipoprotéine pré-ß.    Haut de page

Lipoprotéinémie
Médecine biologique, hématologie  -  [Angl. : Lipoproteinaemia, lipoproteinemia]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * protéino : du grec tardif prôteios, signifiant "qui occupe le premier rang" ou "de première qualité", lui-même dérivé de protos, premier, relatif aux protides ou aux protéines, composées essentiellement de C, H, O et N ; * émie : du grec haima, [-émie] : relatif au sang.
    C'est la quantité de lipoprotéines dans le sang. On distingue les VLDL (Very Low Density Lipoprotein) ou  lipoprotéines pré-ß, les LDL (Low Density Lipoprotein) ou lipoprotéines ß, les HDL (High Density Lipoprotein) ou lipoprotéines a et les chylomicrons.   Haut de page

Liposarcome
Cancérologie, chirurgie générale  -  [Angl. : Liposarcoma]   N. m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * sarco : du grec sarks, sarkos [sarc(o), -sarque], chair ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction. 
    Le liposarcome est un sarcome (*) dans lequel on trouve une grande quantité de cellules adipeuses. Son pronostic n'est pas bon, car cette tumeur récidive souvent et propage des métastases, notamment dans les poumons.
    * Un sarcome désigne un cancer développé à partir des cellules du tissu conjonctif (fibrosarcome). Ces tumeurs malignes sont principalement représentées par les cancers des os : ostéosarcomes, et les sarcomes des tissus mous. Elles présentent généralement une grande malignité.     Haut de page

Liposome
Histologie cytologie, pharmacologie  -  [Angl. : Liposome]   N. m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * some : du grec sôma [somato-, -some, -somie], corps. 
    Un liposome est une particule sphérique constituée d'une double couche de lipides (en fait des glycérophospholipides). Du fait de cette structure chimique, les liposomes peuvent fusionner avec les membranes cellulaires et sont ainsi utilisés en cosmétologie, en pharmacologie et dans certaines biotechnologies. Ils permettent entre autres de transporter des principes actifs à l'intérieur des cellules. C'est le cas notamment pour l'amphotéricine B, un antifongique.
    Des laboratoires font actuellement des recherches sur leurs éventuelles propriétés vaccinales et comme transporteurs d'AG (antigènes) viraux    Haut de page.

Lipostructure
Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  -  [Angl. : Lipostructure]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * structure : du latin structura, de struere [-structure], construire, construction. 
    Intervention chirurgicale réparatrice du visage, destinée à combler les parties creuses et les muscles amincis par l'âge. La technique consiste à prélever de la graisse au niveau du ventre, de la cuisse et des hanches, puis de la réinjecter dans différentes zones du visage (lèvres, joues, pommettes, paupières ...) à l'aide de microcanules de 1 à 2 mm de diamètre. Après quelques temps, le tissu graisseux se revascularise (c'est une autogreffe) et s'intègre aux tissus environnants.    Haut de page

Liposuccion   Lipoaspiration   Liposculpture
Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique  -  [Angl. : Liposuction]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * succion : du latin suctum [-succion], action d’aspirer en suçant. 
    La liposuccion est une technique qui consiste à éliminer les excès de graisse sous-cutanés par aspiration. La liposuccion vise surtout les culottes de cheval et la face interne des genoux, les fesses, les hanches (poignées d'amour), entre autres. La peau doit avoir une élasticité suffisante  et l'opération se pratique sous anesthésie régionale ou générale selon l'importance des zones à traiter. Des injections préalables d'adrénaline évitent les saignements excessifs.

    Important : la liposuccion n'est pas un traitement contre l'obésité. Syn. : lipoaspiration  du latin aspiratio, aspirare [-aspiration], souffle, souffler vers).  Intervention chirurgicale réparatrice qui consiste à supprimer les tissus adipeux (graisseux) disgracieux et superflus. L'incision est pratiquée dans un pli naturel de la peau et l'aspiration se fait par une canule. Une technique plus récente : la lipoaspiration superficielle, permet de modeler le corps avec plus de précision. Autre synonyme : liposculpture (du latin sculptura, de sculpere, façonner, tailler).   Haut de page.

Lipothymie   Lipothymique
Neurologie, angiologie et médecine vasculaire  -  [Angl. : Lipothymia, Lipothymic]   N. f.  * lipo : du grec leipô [lip(o)-], laisser, abandonner ; * thymie : du grec thumia, de thumos [thym(o)-, -thymie, -thymique], esprit, cœur, affectivité, relatif à la passion. 
    La lipothymie est l'équivalent mineur de la syncope (perte de connaissance de quelques secondes à 2 - 3 minutes) avec impression de malaise diffus, jambes lourdes, brouillard visuel, acouphènes, étourdissements, palpitations et hypersudation, entre autres. Dans la lipothymie, il n'y a ni arrêt respiratoire, ni arrêt cardiaque et la perte de connaissance est exceptionnelle. C'est le premier degré de la syncope qui peut intervenir, entre autres, lors d'un effort important et prolongé avec une température atmosphérique élevée.
    Parmi les autres causes connues : une perturbation du nerf X (pneumogastriques ou dixième paire de nerfs craniens), pression trop forte au niveau du cou (dans les carotides se trouvent des récepteurs de la pression osmotique). L'adjectif lipothymique se rapporte à ce type de malaise.      Haut de page.

Lipotrope
Pharmacologie  -  [Angl. : Lipootrophic]   Adj. et n. m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * trope : du grec tropos, trepein [-trope, -tropie, -tropion, -tropisme], tour, tourner, affinité pour. 
    Une substance ou un produit lipotrope est un donneur de méthyle qui a une affinité pour les graisses et en accélère l'élimination. Il permet la formation de choline à partir d'éthanolamine. Ces produits préviennent l'infiltration graisseuse du foie en favorisant la biosynthèse des phospholipides. Ce sont des hépatoprotecteurs. On les trouve aussi dans les compléments alimentaires amincissants car ils favorisent le désengorgement et le drainage naturel du corps.    Haut de page.

Lipotrophie
Physiologie  -  [Angl. : Lipotrophy]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * trophie : du grec trophê [troph(o)-,  -trophie], nourriture, développement. 
    La lipotrophie est l'ensemble des processus biochimiques qui aboutissent à une accumulation pathologique de graisses dans l'organisme.      Haut de page.

Lipovaccin
Immunologie allergologie, pharmacologie  -  [Angl. : Lipovaccine]   N. m.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * vaccin : du latin médiéval vaccina [vaccin(o)-] qui désignait la variole de la vache ; relatif à un vaccin. 
      Comme son nom l'indique, un lipovaccin est une préparation vaccinale en suspension dans l'huile ou dans d'autres lipides.    Haut de page.

Lipoxydase   Lipoxygénase
Médecine biologique  -  [Angl. : Lipoxidase, lipoxygenase]   N. f.  * lipo : du grec lipos, liparos [lip(o)-], graisse, gras ; * oxydo : du grec oxos [oxy-, -oxydation] : relatif à l'oxygène ; * ase : du suffixe -ase, qui signifie enzyme, synonyme de diastase. 
    De nombreux acides gras, dits insaturés ou polyinsaturés, présentent une ou plusieurs doubles liaisons sur leur chaîne carbonée. Ces doubles liaisons peuvent facilement s'ouvrir pour fixer des atomes d'oxygène. Ces réactions nécessitent la présence d'une enzyme spécifique : la lipoxydase.
* Si l'oxydation est énergique (avec l'ozone par exemple), la molécule d'acide gras peut se rompre à l'emplacement de la double liaison et former deux nouvelles molécules plus petites.
* Avec une oxydation moins violente, la molécule ne se rompt pas mais devient un peroxyde. À l'air libre, les graisses insaturées s'oxydent naturellement, toujours en présence de lipoxydase, mais aussi sous l'action de la lumière, pouvant dans certains cas, former des dérivés toxiques. Syn. : lipoxygénase.    Haut de page.