Retour à la page d'accueil  L - TERMINOLOGIE MEDICALE - L  retour à la lettre "A"

Dernière modification : 5-07-2020

Lymph(o)-     Du latin lympha : eau dans son sens poétique. Le terme "lymphe" a été repris en physiologie et est relatif à la lymphe, endiguée ou interstitielle, ou aux lymphocytes. Autrefois, la lymphe était considérée comme l'une des quatre humeurs, avec le sang, la bile jaune et la bile noire.


Lymphadénie - Lymphadénectomie - Lymphadénopathie - Lymphangiectasie intestinale - Lymphangiectomie - Lymphangioléiomyomatose - Lymphangiomateux - Lymphangiomatose - Lymphangiome - Lymphangiome capillaire - Lymphangiome caverneux - Lymphangiome kystique - Lymphangiomyomatose - Lymphangite - Lymphatique - Lymphe - Lymphocèle - Lymphocyte - Lymphocytopénie - Lymphocytose - Lymphogranulomatose - Lymphogranulome - Lymphome - Lymphome à faible malignité - Lymphome à grandes cellules - Lymphome à petites cellules - Lymphome de Hodgkin - Lymphome diffus - Lymphome du manteau - Lymphome du MALT - Lymphome folliculaire - Lymphome intermédiaire - Lymphome lymphocytique - Lymphome non hodgkinien - Lymphopénie - Lymphoprolifératif 

Lymphadénie   Lymphadénectomie
Hématologie, cancérologie  -  [Angl. : Lymphadenia, lymphadenosis, Lymphadenectomy]   N. f.  * lympho : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * adénie : du grec adên, glande. Préfixe relatif aux glandes et aux ganglions  lymphatiques.
    Production anormale (hypertrophie et hyperplasie) de tissu lymphoïde au niveau soit des ganglions lymphatiques ou des organes hématopoïétiques (rate, moelle osseuse), soit au niveau d'autres organes. La lymphadénie s'accompagne souvent de modifications au niveau du sang qui caractérisent la leucémie. Les principales formes de lymphadénie sont les myélomes, les lymphomes ou lymphadénomes et les lymphosarcomes (voir ces termes).
La lymphadénectomie (du grec adên, glande. Préfixe relatif aux glandes et aux ganglions  lymphatiques et du grec ektomê [ectomie], ablation) est l'ablation chirurgicale d'un ou plusieurs ganglions lymphatiques.     Haut de page

Lymphadénopathie
Hématologie, cancérologie  -  [Angl. : Lymphadenopathy]   N. f.  * lympho : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * adéno : du grec adên, glande. Préfixe relatif aux glandes et aux ganglions  lymphatiques ; * pathie : du grec pathos [-pathie, -pathique, -pathe, patho-], souffrance, changement accidentel. 
    Le mot lymphadénopathie est un terme générique qui désigne toutes les affections des ganglions lymphatiques et du tissu lymphatique.      Haut de page

Lymphangiectasie intestinale
Gastroentérologie, chirurgie digestive, pharmacologie  -  [Angl. : Intestinal lymphangiectasis, protein-loosing enteropathy]   N. f.  * lympho : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * angio : du grec aggeion [angi(o)], vaisseau ; * ectasie : du grec ektasis [ectasie], dilatation d'un segment d'organe creux ou d'un vaisseau. 
    La lymphangiectasie intestinale ou maladie de Waldmann ou entéropathie exsudative, peut être une maladie génétique et correspond, de façon très schématique, à une fuite de protéines. Le sujet présente une dilatation anormale des vaisseaux lymphatiques sous muqueux et sous séreux de l'intestin, de nombreux œdèmes, une diarrhée et des douleurs abdominales.
    Les causes de cette maladie ne sont pas encore élucidées et les recherches s'orientent vers une malformation du système lymphatique, des lésions de l'épithélium digestif, voire même des affections cardiaques, hépatiques ou rénales. Cette fuite de protéines se traduit essentiellement au niveau des analyses sanguines : baisse générale des protéines, notamment de l'albumine, de l'IgG (immunoglobuline) et de la transferrine.
    Le mot entéropathie est un terme générique qui désigne toutes les affections de l'intestin, quelle que soit leur cause et leur importance. Parmi elles, l'entéropathie mucinomembraneuse, décrite ci-dessus sous le nom d'entérocolite.     Haut de page

Lymphangiectomie
Angiologie, chirurgie  -  [Angl. : Lymphangiectomy]   N. f.  * lympho : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * angio : du grec aggeion [angi(o)], vaisseau ; * ectomie : du grec ektomê [ectomie], ablation. 
    La lymphangiectomie est l'ablation partielle ou totale des vaisseaux lymphatiques d'une région du corps ou d'un membre, ainsi que du tissu cellulaire sous-cutané. Cette intervention peut être rendue nécessaire dans certaines pathologies, comme l'éléphantiasis par exemple. C'est une forme extrême de lymphœdème, c'est-à-dire une accumulation parfois colossale de lymphe dans les tissus d'une région du corps, que l'on observe essentiellement dans les régions tropicales (pour l'éléphantiasis filarien ou tropical).
    Un éléphantiasis survient généralement en cas d'obstacle mécanique à la circulation de la lymphe, présent dans les vaisseaux lymphatiques qui drainent cet organe, notamment un parasite, le filaire de Bancroft (filariose) qui s'installe et vit dans les vaisseaux lymphatiques. Il peut aussi être dû à une pathologie lymphatique telle une malformation (génétique, embryologique), une compression résultant d'une tumeur, voire une lymphangite (voir ci-dessous).
    L'éléphantiasis se caractérise par un œdème dur et volumineux, avec épaississement de la peau (pachydermie) qui peut être d'aspect normal ou violacée, ou même parcourue de verrucosités inégales. Il affecte souvent un membre inférieur qui gonfle de façon telle qu'il prend alors un aspect en patte d'éléphant, mais il peut aussi toucher un membre supérieur, le scrotum, la vulve, un sein, la face. On connaît quelques cas où il est idiopathique et d'autres où il est apparu après une cure ganglionnaire (suppression des ganglions dans le cas de l'ablation d'une tumeur cancéreuse).     Haut de page

Lymphangiome   Lymphangiome capillaire   Lymphangiome caverneux   Lymphangiome kystique   Lymphangiomateux   Lymphangiomatose
Hématologie, chirurgie cardiaque et vasculaire [Angl. : Lymphangioma, Capillary lymphangioma, Cavernous lymphangioma, Cystic lymphangioma, Lymphangiomatous, Lymphangiomatosis]   N. m.  * lympho : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * angio : du grec aggeion [angio], vaisseau ; * -ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur,tuméfaction
    Tumeur bénigne constituée par une accumulation de vaisseaux lymphatiques. Ces tumeurs sont presque toujours de nature congénitale et s'accompagnent souvent de dilatations vasculaires sanguines (hémangiomes). Le traitement d'un lymphangiome est chirurgical. Syn. angiomes lymphatiques. 
    Il existe plusieurs formes de lymphangiomes :
* Lorsque le lymphangiome ressemble à un hémangiome, on parle de lymphangiome capillaire.
* Le lymphangiome caverneux est plus rare et caractérisé par des vaisseaux lymphatiques dilatés à l'extrême et qui forment de véritables cavités et qui peuvent comprimer les tissus environnants.
* Le lymphangiome kystique, comme le précédent, apparaît essentiellement sur la peau de la région du cou, de la tête, des aisselles et est accompagné de petits kystes plus ou moins nombreux. Dans la plupart des cas, le lymphangiome kystique est isolé. Il peut arriver qu'il y en ait un nombre plus important et on parle alors de lymphangiomatose
    Adj. : lymphangiomateux : qui se rapporte à un lymphangiome ou qui en a l'aspect.     Haut de page

Lymphangiomyomatose   Lymphangioléiomyomatose
Génétique, angiologie, chirurgie cardiaque et vasculaire  -  [Angl. : Lymphangiomyomatosis, Lymphangioleiomyomatosis]   N. f.  * lympho : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * angio : du grec aggeion [angio], vaisseau ; * myo : du grec mus [myo-], muscle ; * oma : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    La lymphangiomyomatose ou lymphangioléiomyomatose - abréviation LAM -  (du grec leios [léio-], lisse) est classée par le GERMOP (Groupe d'Étude et de Recherche sur les Maladies Orphelines Pulmonaires) dans les maladies orphelines. Elle se manifeste essentiellement au niveau des poumons, des troncs lymphatiques du thorax et de l'abdomen, mais aussi des reins.
    Dans cette pathologie, ce sont des cellules musculaires lisses qui se développent de façon anarchique, sans toutefois être cancéreuses. Il en résulte une destruction progressive du tissu pulmonaire (avec insuffisance respiratoire qui s'aggrave) et des vaisseaux lymphatiques qui peuvent dégénérer au point de s'obturer complètement.
    Des études épidémiologiques ont montré que cette maladie n'affecte pratiquement que des femmes, entre la puberté et la ménopause. Dans les cas les plus graves, la seule solution thérapeutique est la transplantation pulmonaire. À noter qu'il existe un site Internet "France Lymphangioléiomyomatose"      Haut de page

Lymphangite
Angiologie et médecine vasculaire  -  [Angl. : Lymphangitis]   N. f.  * lympho : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * angio : du grec aggeion [angio], vaisseau ; * ite : du grec -itis [-ite], suffixe désignant, en médecine, une maladie inflammatoire.
    Inflammation d'un ou plusieurs vaisseaux lymphatiques et des ganglions auxquels ils aboutissent. Des stries rouges partent de l'écorchure et, en se rapprochant, forment des plaques dont les bords sont plus ou moins nets. Elles aboutissent aux ganglions qui sont gonflés et douloureux. Les autres signes de la lymphangite sont une lourdeur inhabituelle au niveau des membres, rougeur, picotements.  Syn. angioleucite.       Haut de page

Lymphe    Lymphatique
Angiologie et médecine vasculaire  -  [Angl. : Lymph ; Lymphatic]   N. f.  * lymphe, lymphatique : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe.
   La lymphe qui baigne tous les espaces intercellulaires est un liquide clair, transparent et opalescent, légèrement alcalin. Elle est drainée par les vaisseaux lymphatiques qui sont en communication avec le sang au niveau des tissus lymphoïdes. La lymphe a la même composition que le plasma et on y trouve des lymphocytes, des corpuscules de graisse et pas ou peu d'hématies. 
   L'adjectif lymphatique caractérise ce qui se rapporte à la lymphe ou qui en contient : ganglion lymphatique, vaisseau lymphatique, entre autres.        Haut de page

Lymphocèle
Angiologie et médecine vasculaire  -  [Angl. : Lymphocele, seroma]   N. f.  * lympho : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * cèle : du grec kêlê [-cèle], tumeur, hernie.
    Une lymphocèle est un épanchement de lymphe pathologique et localisé. Cette lymphocèle peut se produire dans les suites d’une lymphangite ou apparaître dans les jours qui suivent l’exérèse d’une zone nodale ou toute autre blessure, chirurgicale ou non, d’un conduit lymphatique.      Haut de page

Lymphocyte
Histologie cytologie, hématologie, immunologie allergologie, médecine biologique  -  [Angl. : Lymphocyte]   N. m.  * lympho : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * cyte : du grec kutos [-cyte, cyto], cellule.
    C'est l'une des catégories de leucocytes ou globules blancs, c'est-à-dire qu'elle possède un noyau. Les lymphocytes sont présents en grand nombre dans les tissus lymphoïdes (lymphe, sang).
    On distingue 2 grandes catégories fonctionnelles :
* les lymphocytes B (LB) et
* les lymphocytes T (LT). Ils participent tous à la réponse immunitaire spécifique. Les cellules tueuses naturelles sont des lymphocytes qui participent à une réponse immunitaire non spécifique et qui s'attaquent essentiellement aux cellules cancéreuses.  Un lymphocyte (frottis)      Haut de page

Lymphocytopénie   Lymphopénie
Hématologie, immunologie allergologie, médecine biologique  -  [Angl. : Lymphocytopenia, lymphopenia]   N. f.  * lympho : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * cyto : du grec kutos [cyto-, -cyte], cellule ; * pénie : du grec penia [-pénie, -pénique], pauvreté, insuffisance, en diminution. 
    La lymphocytopénie ou lymphopénie est la diminution plus ou moins importante des lymphocytes circulant dans le sang. Syn. : hypolymphémie. On rencontre cette pathologie dans la maladie de Hodgkin, dans les déficits immunitaires, les primo-infections à VIH, les entéropathies exsudatives, entre autres.       Haut de page

Lymphocytose
Hématologie, immunologie allergologie, médecine biologique  -  [Angl. : Lymphocytosis]   N. f.  * lympho : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * cyto : du grec kutos [cyto-, -cyte], cellule ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. 
    La lymphocytose est soit le nombre de lymphocytes présents dans le sang circulant (entre 1 500 et 4 000 par mm3), soit une élévation importante et anormale de leur nombre.      Haut de page

Lymphogranulomatose
Vénérologie, cancérologie  -  [Angl. : Lymphogranulomatosis]   N. f.  * lympho : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * granulo : du latin granulum, [granulo-], petit grain ; * oma : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques.
    La lymphogranulomatose est une maladie caractérisée par l'apparition d'un nombre plus ou moins important de lymphogranulomes (voir ci-dessous) et existe sous différentes formes, bénignes ou malignes : maladie de Nicolas Favre, maladie de Hodgkin.      Haut de page

Lymphogranulome
Anatomie et cytologie pathologiques, cancérologie, vénérologie  -  [Angl. : Lymphogranuloma]   N. m.  * lympho : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * granulo : du latin granulum, [granulo-], petit grain ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction
    Un lymphogranulome est une petite tumeur arrondie, dans laquelle on trouve deux types de cellules : des lymphocytes et des granulocytes. De nature inflammatoire, il contient un nombre important de capillaires sanguins. Il peut être bénin ou vénérien (transmis par voie sexuelle).       Haut de page

Lymphome   Lymphome non hodgkinien   Lymphome à faible malignité   Lymphome diffus   Lymphome lymphocytique   Lymphome folliculaire   Lymphome du manteau   Lymphome intermédiaire   Lymphome du MALT   Lymphome à petites cellules   Lymphome à grandes cellules
Cancérologie -  [Angl. : Lymphoma, Non-Hodgkin's lymphoma, Low malignant lymphoma, Diffuse lymphoma, Lymphocytic lymphoma, Follicular lymphoma, Mantle (cell) lymphoma, Intermediate lymphoma, MALT lymphoma, Small cell lymphoma, Large cell lymphoma]   N. m.  * lympho : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction
    Le système lymphatique ou tissu lymphoïde est essentiellement constitué des vaisseaux lymphatiques qui conduisent la lymphe, des lymphocytes qui y circulent, en sortent ou y entrent selon les besoins, des ganglions lymphatiques, véritables réservoirs où se concentrent les lymphocytes et des organes lymphoïdes : amygdales, moelle osseuse, plaques de Peyer (intestin), rate, thymus.
    Rare chez l'enfant, plus fréquent chez les personnes âgées, un lymphome désigne toute tumeur qui se développe à partir du tissu lymphoïde et notamment des lymphocytes, mais plus particulièrement les tumeurs malignes. C'est le cas de la maladie de Hodgkin, de la maladie de Burkitt et des leucémies lymphoïdes. Il existe aussi des lymphomes non hodgkiniens (LNH), connus pour être à faible malignité car leur évolution est beaucoup plus lente. Ils atteignent les enfants et les adultes et la guérison dure de plusieurs mois à quelques années.
    On parle de prolifération monoclonale lymphocytaire car il n'y a généralement qu'une seule sorte de lymphocytes qui échappe au contrôle et se multiplie de façon à former une tumeur, qu'elle soit localisée ou diffuse. Il y a eu plusieurs tentatives de classement des différentes formes de lymphomes non hodgkiniens et la détermination du type de lymphome est importante car les traitements sont spécifiques à chaque type. On peut retenir schématiquement 4 groupes : 

* Lymphomes diffus ou lymphocytiques : ils sont caractérisés par une prolifération de petits lymphocytes que l'on peut comparer avec les atteintes ganglionnaires de la leucémie lymphoïde chronique. Les traitements sont donc les mêmes que ceux de la leucémie lymphoïde chronique.

* Lymphomes folliculaires : ils doivent leur nom à une organisation en zones folliculaires (ou nodules) dans un ganglion lymphatique normal. Ils représentent entre 30 et 40% de tous les lymphomes non hodgkiniens et leur fréquence ne cesse d'augmenter, sans que l'on sache véritablement pour quelle(s) raison(s) - vieillissement de la population, facteurs environnementaux, diminution des défenses immunitaires ... La quasi-totalité de ces lymphomes folliculaires correspondent à des proliférations de cellules lymphoïdes B et se traduit, comme les autres formes de lymphomes, par des ganglions qui augmentent de taille et deviennent facilement palpables, notamment au cou, aux aisselles, à l'aine, mais aussi une grande fatigue, de la fièvre, une perte de l'appétit, entre autres.
    Ces phénomènes pouvant également résulter d'une infection bactérienne ou virale, le diagnostic d'un lymphome folliculaire repose sur une biopsie du ganglion atteint avec observation au microscope pour déterminer le type de cellule responsable.

* Lymphomes du manteau ou lymphomes intermédiaires : le manteau est la zone corticale (donc externe) des ganglions lymphatiques. Ces lymphomes se développent aux dépens des cellules lymphoïdes B du manteau ou de la couronne qui entoure les follicules normaux. Ces proliférations prennent souvent des aspects diffus.

* Les lymphomes du MALT (Mucosa Associated Lymphoïd Tissue) concernent les annexes lymphoïdes des organes muqueux et correspondent à une prolifération de cellules lymphoïdes B de petite taille. Ils ont donc une localisation essentiellement digestive (dans l'estomac, leur apparition est liée à une infection par Helicobacter pilori), mais aussi au niveau des bronches, de la thyroïde, des glandes salivaires et lacrymales.
    En règle générale, tous les lymphomes à petites cellules sont d'évolution lente mais ne réagissent pas de façon déterminante à la chimiothérapie et on note de nombreuses récidives. Par contre, les lymphomes à grandes cellules (lymphome de Burkitt par exemple) sont redoutables s'ils ne sont pas traités, mais réagissent bien à la chimiothérapie (aujourd'hui environ 90% de guérison).
  Système lymphatique et localisation des principaux ganglions       Haut de page

Lymphome de Hodgkin
Cancérologie  -  [Angl. : Hodgkin's lymphoma]   N. pr.  * Hodgkin : du médecin anglais Thomas Hodgkin, né en 1798 à Pentonville, mort en 1866 à Jaffa.
    Thomas Hodgkin était anatomopathologiste, et a donné en 1832 la première description de la maladie qui reçut son nom en 1865.  C'est un lymphome (cancer des ganglions lymphatiques), caractérisé par la présence de cellules de Sternberg (énormes cellules à plusieurs noyaux), appelées aussi cellules réticulaires, en même temps que de très nombreux lymphocytes et granulocytes. Certains patients montrent des traces du virus VEB (d'Epstein-Barr) dans les cellules de Sternberg.
    Le traitement actuel repose essentiellement sur la radiothérapie et la chimiothérapie, mais de nouveaux protocoles sont à l'étude pour augmenter encore les pourcentages de guérison (actuellement plus de 80%) de ce cancer qui frappe surtout des sujets jeunes (entre 30 et 40 ans).
    Syn. : MDH, lymphogranulomatose bénigne. À noter qu'il existe plusieurs formes de MDH : * forme localisée de stade IE (atteinte pariétale digestive), ou de stade IIE1 (atteinte ganglionnaire paratumorale) ou de stade IIE2 (atteinte ganglionnaire à distance de plus mauvais pronostic) ; * Il existe également des formes localisées dites "bulky" avec extension ganglionnaire locorégionale. Le terme "bulky", (de l'anglais bulk, grosseur, volume, bulky, volumineux, encombrant) utilisé par les Anglo-saxons dans l'expression "bulky-disease" traduit le fait que les tumeurs deviennent volumineuses et encombrantes.       Haut de page

Lymphoprolifératif
Hématologie, histologie cytologie, cancérologie  -  [Angl. : Lymphoproliferative]   Adj.  * lympho : du latin lympha [lymph(o)-], eau : racine des termes relatifs à la lymphe ; * prolifératif : dérivé du latin proles [-prolifératif, -proliférant], progéniture, descendance, postérité. 
    (Syndrome). Il s'agit d'une multiplication anormale maligne des lymphocytes B, observée dans plusieurs cas : dans la MGW (macroglobulinémie de Waldenström - voir cette abréviation), chez certains transplantés rénaux où le syndrome lymphoprolifératif du transplant peut être induit par le VEB (virus d'Epstein Barr). Dans ce cas, la solution consiste en l'administration d'un traitement immunosuppresseur puissant qui va arrêter la prolifération des cellules B.      Haut de page